Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Lili....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Lili.... Dim 1 Avr 2012 - 17:20


    Nom : de Rossum
    Prénom: Emilie, Manuelle
    Surnom: Lili
    Age: 28 ans
    Sexualité: Bisexuelle
    Métier: Cantatrice à l’opéra
    Groupe: Nobles
    Rang désiré:Lili





Caractère: Les choses changent au grès d’une vie. Changent énormément. Il fut une époque où j’étais une jeune femme, enfantine, une vrai petite fille. Et puis est venue la femme, l’amoureuse, la tentatrice. Il y a eu aussi la mélancolique, perdue, déboussolée, suicidaire. Et aujourd’hui. Aujourd’hui c’est entre tous ces mélanges que je me suis construite. Entre tout cela que j’essaye de me reconstruire. J’ai fuis pour cela, j’ai dû fuir et agir. De la pire façon qui soit, j’ai fait comme il m’a appris, une manipulatrice, joueuse, malicieuse et intransigeante. Je suis devenue cette femme terrible aux colères épuisantes qui sans le désirer s'est formée avec ces défauts et ces faiblesses. Cela n'est peut être pas plus mal me direz-vous? Cela est peut être mieux? Je ne sais pas.
Je suis une séductrice, même si mon corps ressemble à celui d'une jeune femme, jeune fille?, et qu'il m'en a fallu du temps pour me souvenir de ce trait de mon caractère. J'aime les hommes, j'aime les femmes, on m'a fait aimer la chaire. Ce n'est pas Charles d’ailleurs qui a provoqué cela, c'est Henry, c'est lui. Bien avant que je ne rencontre mon (ancien?) compagnon, mon premier mari m'a fait apprendre cela. La luxure, le libertinage, le masochisme et tant d'autres choses....rester sans calmer cette envie peut me rendre terrible.
Je ne suis pas une femme de parole, les actions sont parfois meilleurs solutions pour me faire taire. Mais cela il l'a oublié et ça me blesse. Je l'aime, à en mourir, à en frémir chaque nuit, mais il ne se souvient plus. Il ne se souvient plus que son autorité sur moi est acte de foi et qu'il lui suffit de l'imposer pour me posséder en son entièreté. Mais attention, seul Charles à ce pouvoir sur moi. Seul mon amant le peut. Avec les autres, c'est différent, avec les autres tout est toujours différent.
Je peux être aimable, complice, douce, invivable, méchante et fourbe. Les sentiments traversent mon corps comme une lame traverse un corps, je n'ai pas de vie si je ne ressens rien. Cela doit être l'opéra qui a dépeint sur ma vie. Je veux vivre de passion, d'amour et pour un seul. Mais mon Roméo n'est pas le même que celui de Juliette et ne ressemblera jamais à l'amant de la Traviata. Tant pis...


Physique: Je ne suis pas voluptueuse, j'en suis navrée. J'aurais aimé ressembler à ces nobles rondes et charnelles, aussi belles que bien en chair, mais je crains que mon corps ne soit pas de cet avis. Je ne suis pas immense, non, je suis grande, dans les 1m77 arrivant à peine à 55 kilos. Je ne sais pas pourquoi il est dans ma nature d'être ainsi, d'avoir gardé de mon enfance cette silhouette, mais pourtant. Peu de sein, peu de hanche, peu de formes en sommes. Et ma peau garde cette blancheur d'adolescence, comme si je ne vieillissais pas. C'est à peine si je fais mes vingt huit ans et j'ai parfois l'impression d'avoir huit ans de moins, ma grossesse n'y a rien changé... J'aurais aimé ressembler à ma cousine Morgane, elle a ce que je n'ai pas, le corps d'une femme et que je n'aurais probablement jamais. Mais nous ne pouvons pas nous changer.
Je suis fine, les yeux verts comme teinté de bleu, un visage de jeune fille, qui se tortille souvent en des moues bien à moi. J'ai parfois dans l'idée d'être un petit piaf. Un petit piaf dont on a coupé les ailles. Mais dont le chant brise tous les échos. Car oui, si je suis d'apparence frêle, fragile, ma voix, ma puissance de voix, qui, ne se loge pas dans ma poitrine comparées aux autres chanteuses, fait ravage et prend une puissance sans égale. Je suis chanteuse, un petit moineau chantant aussi fortement que les rossignols....





    Je suis Emilie, Manuelle Comtesse de Rossum et de Véritas. Fille de Louis Arthur de Véritas. Cousine de Morgane et Loïc de Bretagne, mère de Sasha de Rossum. Mon histoire doit débuter par là où débute toutes les histoires...

    Sur les terres de Veritas, comté sous le jouc du duché des De Bretagne, je vins au monde. Seule et unique fille d'une lignée d'esthète et artiste, j'avais pour vocation un jour de devenir à mon tour, si ce n'est mécène, artiste dans le domaine de la musique. Mon ancêtre Emilienne de Rossum fut une des premières chanteuses d'opéra, célèbre pour sa voix et lorsque je naquis, l'on espéra que je fusses héritière de son talent.
    Enfant, j'ai toujours été calme et docile. Imperturbable, l'on m'apprit l'art, la musique et la voix. La voix que l'on me fit travailler très tôt. On me prêtait déjà les vertus de ma grand-mère à la plus grande joie de mes parents qui savaient nourrir mon talent par leur fierté. Enfant, je jouais avec mes cousins peu souvent, nos familles bien que cousines ne se mélangeaient que peu. L'on n'estimait pas l'art de la même façon mais on l'appréciait cependant. Je grandis, voyant peu mes cousins mais nouant un lien tendre, innocent et parfois complice lors des repas de famille. Rien de plus, rien de moins.

    Vint le temps de l'adolescence, qui passa comme une ombre fugace. Rien de bien étonnant ne noua ma vie à cette époque, mon père me fit enseigner l'escrime cependant et quelques autres choses. Douées à l'éducation des jeunes filles, libre, écrire, l'histoire et autres matières. L'on me présenta un jeune homme, Henry de Rossum, mon futur éducateur, il avait dix ans de plus que moi, mais il était le choix de mon père. Richesses étaient à la clé pour fournir peut être toujours plus mécène dans nos actions, un bel avenir. Un futur mari déjà à seize ans.
    Je connus aussi Charles à cette époque, bien moins qu'aujourd'hui, il n'était que de passage, il n'était pas le choix de mon père. Docile et sage, je n'envisageais pas d'aimer ou d'essayer d'aimer un autre que celui qui serait mon futur époux. Ainsi, je ne relevais de son passage que quelques cours de musique, parfois étrange, à la limite de la bienséance, à la limite de beaucoup de chose. M'attirait-il? Je dois avouer que oui, je n'aurais jamais du envisager de désobéir...jamais. Mais....

    Mon éducation arriva à mes dix huit ans et perdura jusqu'à mes 21 ans. Trois ans. Trois longues années en compagnie d'Henry qui changea l'innocence en femme curieuse. En novice désireuse de la chair, en demoiselle qui voulait apprendre. Bon amant? Il l'était mais il ne m'enseigna pas que le plaisir à deux, il me fit apprendre le libertinage, renouvelant sans cesse de nouvelles expériences étranges qui me plaisaient et qui me changeaient. Je suis devenue un peu moins innocente, beaucoup moins. J'ai appris à aimer, à vouloir, à devenir une femme que l'on considéré comme une bonne amante, comme une maîtresse. Et puis je suis sortie, je suis devenue son épouse. Emilie de Rossum. Qu'est ce que je peux détester porter son nom. Je le porte depuis mes 22 ans.

    Henry n'en eut pas finis de tout cela, il me forma comme on forme un animal, me faisant parfois devenir un jouet des plaisirs libertins de ces soirées. Je chantais toujours, mais parfois, le chant était une litanie pour le plaisir des corps, un cantique à la chair.
    Peu avant mes 24 ans, Charles revint, il était, à ce que je compris, un ami d'Henry, un très bon ami. Mais étrangement, Henry ne me partagea pas avec lui, j'en avais le désir, je le sais, mais il cessa même de me tenir comme un jouet. Il préféra me garder pour lui, comme si une jalousie certaine mordait ces chairs en la présence de son ami. Je ne compris pas pourquoi. Mais tout ce que je peux vous dire, c'est que naissait déjà l'aube d'une vie bientôt différente.

    Une nuit, neuf mois exactement avant mon vingt quatrième anniversaire, Henry m'offrit une nuit entière, une nuit inoubliable de plaisir et de jouissance, pour la première fois, il sut exactement ce que je désirais et les yeux bandés je fus soumise à ses mains puissantes fessant ma chair nue. Neuf mois plus tard naissait Sasha, un petit garçon aux yeux bleus et à la même tâche de naissance que la mienne au bas des reins. J'étais heureuse....je le croyais.

    Un an plus tard, Charles revint, un an plus tard exactement en compagnie d'une jeune fille, Nadejda. Pour les un ans de mon fils, il avait été organisé une partie de chasse. Mon époux, Charles et sa fille, moi ainsi que quelques amis. Mon fils était resté au château, viendrait l'heure du banquet plus tard.
    La chasse se déroula plutôt bien, vint l'instant de tuer un sanglier, la balle fusa dans la nature, l'on entendit un cris. La fille de Charles avait mal visé, touchant en pleine tête l'époux malheureux, un hurlement déchira mon coeur, plus encore lorsque le feu prit force dans le château. Je voulus rentrer, Charles me retint et j'assistais impuissante à la mort de mon petit.

    Charles ne me quitta pas et veilla sur moi une année entière, plongée dans la peine, la tristesse, les larmes toujours dans le regard, je portais le deuil inlassablement. Jusqu'à ce qu'il me possède.
    Oui...me possède.
    Vingt sixième années...je vivais dans le château des Rossum rénovés, seule, mes parents n'étaient plus, seul Charles était là encore. Il vint frapper à ma porte, il entra, m'embrassa et la nuit entière, il brûla mes chairs de désirs. Je découvris l'égal du plaisir, prêt à s'enfermer avec moi, des jours entiers, et d'amante je devins compagne, heureuse, amoureuse, réalisant l'amour, réalisant les choses....

    Cela ne dura qu'un an, un an et quelques mois. Charles a un appétit des chairs tout aussi puissant que les miens, mais il ne put jamais accepter de me voir batifoler vers d'autre, ivre de jalousie. Je pensais pouvoir être l'unique, cela ne dura pas longtemps et ce fut sa propre fille adoptive qui devint ma rivale. Une nuit, je l'attendis, il ne vint pas, je le trouvais dans ces bras. Mon être se brisa, mon corps se révulsa. J'étais cocue sous ce toit, vulgaire femme au foyer relégué au rang de rien du tout. Déchéance.
    Je sombrais de nouveau, une dispute, une bagarre avec Nadejda, cohabitation difficile, j'appris. Dans un excès de rage ou de colère, l'enfant m'avoua, elle m'avoua qu'elle avait tué mon mari sur l'ordre de Charles et le fils n'était pas mort. Mensonge? Je voulus la défigurer de mes mains, la tuer, on me maîtrisa, on m'avoua....

    Mon défunt mari voulait ma fortune, pour en amasser plus encore, il comptait me tuer. Charles, amoureux, condamna l'acte radicalement, il me prit, il me voulut, il m'obtint. Il sauva l'enfant. Il le cachait l'élevant comme le sien. Je ne crus rien, je hurlais, répudiant cette vérité. On m’amena l'enfant, il fut difficile de l'accepter. Je ne le fis pas.
    Je m'en occupais cependant, le temps qu'on me le laissait, ma couche, pour Charles était fermée. Pas toujours, pas tout le temps, parfois l'amour était plus fort que la haine...parfois oui. MAis le savoir avec d'autres me brisaient d'avantage au point que j'en perdais la raison.
    Mais un jour...un petit jour.

    L'enfant, Sasha, revint couvert de bout, du haut de ces quatre ans, je le lavais, découvrant alors dans son dos, cette tâche de naissance. Mon sang ne fit qu'un tour. Le gardant dans mes bras, fouillant le bureau de l'amant, je découvris trop de chose. Des lettres, des vérités. L'histoire était vrai, mais pas seulement, il y avait un acte devant notaire. "Moi Henry de Rossum, reconnait avoir demandé à mon ami Charles Allen de faire un enfant à ma femme, car je suis infertile depuis la chute de mon ...."
    Je crus perdre la raison, encore une fois. Mais au lieu de cela, je profitais de l'absence de Charles pour m'en aller, partir en Ambrosia.

    Ce fut auprès de Loïc que je trouvais refuge, auprès de mon cousin que je me rendais pour être protégé. Ma cousine parvint à convaincre la reine de me donner audience, mais je ne voulais pas blâmer mon compagnon. Non, j'étais en colère, mais pas au point de le mettre en prison. Morgane fut ma confidente et me donna quelques leçons de fourberie.
    Je détenais des arguments pour le mettre à mal devant la cour, cette cour devant laquelle il était ministre des finances. Je le menaçais donc pour l'enfant et pour l'inceste. Et je me reconstruis durant quelques mois. C'était avant la naissance des jumeaux de la reine.
    Je devins cantatrice à l'opéra, gagnant ma vie seule, ma fortune me permit d'avoir un hotel particulier de refaire ma vie et d'attendre pour voir si Charles se présenterait de nouveau. De nouveau pour lui montrer que j'attendais de lui un enfant, de quatre mois désormais.

    Ambrosia avait connu avant l'empreinte du poison, il connu aussi l'empreinte de la mort. J'y suis,mais je ne partirais pas. J'attends...quoi? Charles peut être.




[i]Vous
Nom/surnom: Ang
Avatar: Darla Baker
Possibilité de prendre votre personnage en pv: Oui-
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia?:moi
Les mots de passe ont été envoyé?:oui

Voir le profil de l'utilisateur
Emilie de Veritas
Lili
avatar

Messages : 698
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 30
Date d'inscription : 01/04/2012



Situation : Veuve

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Cantatrice
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Lili.... Dim 1 Avr 2012 - 20:16

Bonjour et bienvenue à Ambrosia

    Un fiche comme il le faut, je vous valide.

    Pour faire une demande d'esclave ce sera ici
    Pour gérer votre personnage, par là


Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Lili.... Lun 2 Avr 2012 - 20:13

Bienvenu ma chere

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lili....


Contenu sponsorisé




 

Lili....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Nobles-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact