Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Ven 21 Mai 2010 - 2:27



Mélusine entra dans sa chambre se trouvant au deuxième étage en prenant soin de bien refermer la porte à clé derrière elle. Elle poussa un petit soupir et passa sa main dans ses cheveux en ôtant les épingles maintenant son chignon. Les longues mèches de cheveux retombèrent sur ses épaules avec souplesse, dévoilant ainsi sa magnifique chevelure. Elle desserra un peu le laçage de son corset puis s’installa sur la méridienne en posant les épingles sur le petit guéridon à côté. Un petit étui en métal était posé là avec un fume-cigarette, quelques allumettes et un joli cendrier rouge.


Sa chambre était plutôt sobre, assez spacieuse, dans les tons rouges, un lit à baldaquin avec des voilages assez fins bordeaux, une coiffeuse avec un grand miroir et tout un tas de flacon et autres poudres bien alignés, quelques étagères avec toutes sortes de livres, une armoire banale, et une très belle commode en bois, finement sculptée, qui dépareillait le reste de la pièce. C’était l’une des rares choses qui lui restait de sa maison maternelle, son père l’avait fait lui-même de ses mains, passant de très longues heures à polir et sculpter les motifs et petits détails de l’imposante commode. Il n’avait guère été simple de la ramener à Ambrosia, mais elle tenait absolument à ce meuble de grande valeur aussi bien sentimentale que financière.


Elle poussa un autre soupir un peu plus long en étendant ses jambes fatiguées sous sa longue jupe. Une petite heure de pause lui ferait le plus grand bien. Le travail à la maison close n’était pas de tout repos. Hormis les comptes à gérer ou les achats pour rendre le lieu plus attractif et glamour, il y avait aussi toutes les petites querelles à supporter de ses protégées. Quand elles ne se battaient pas pour un client, il fallait qu’elles se disputent pour un collier emprunté ou une brosse égarée. Mais Mélusine avait l’autorité nécessaire pour faire cesser ces chamailleries et que chacun retourne à ses occupations.


Elle porta à sa bouche pulpeuse le fume-cigarette, craqua une allumette et alluma la cigarette. Elle regarda pensivement la commode en faisant des ronds de fumée et caressant ses cheveux de l’autre main. Elle resta quelques minutes ainsi, regardant dans le vide, ne se souciant pas de ce qu’il se passait au dehors de sa chambre, aspirant et recrachant la fumée, s’affalant sur la méridienne avec nonchalance, un sein sortant à moitié de son corset. Elle revient à elle en entendant des rires et des voix provenant certainement du rez de chaussée, se redressa et éteignit sa cigarette dans le cendrier.


Elle se leva doucement et se dirigea vers la commode. Il y avait quatre grands tiroirs avec différents vêtements entassés à l’intérieur, de la lingerie, des écharpes et étoffes des plus jolis tissus et matières que l’on pouvait trouver à Ambrosia. Sur la commode il y avait un grand vase avec de belles roses au parfum exquis. Certains habitués de la maison close avaient pris l’habitude d’envoyer quelques fleurs à la patronne, espérant peut être un jour froisser les draps de son lit ou simplement pour la remercier de tenir en état un établissement où ils pouvaient se laisser aller à leur plus grand fantasme sexuel.


Elle s’accroupit et tira le dernier tiroir. Il y avait de la belle lingerie en dentelle et des corsets assez précieux et onéreux. A première vue, le tiroir ressemblait à ceux du dessus, mais en regardant mieux, on pouvait voir qu’il était beaucoup moins profond en hauteur. Cela pouvait encore plus se voir lorsque Mélusine ôta les pièces de lingeries qui s’y trouvait, les posant soigneusement sur le sol de la chambre. Elle passa ses mains dans le fond en caressant le bois, puis souleva la plaque d‘un coup sec. Sans aucun doute, c’était un système très astucieux de double fond que son père avait fabriqué là. A l’époque il y avait mis des documents importants sur son travail mais surtout des papiers que Mélusine n’avait trouvé que pendant le déménagement qui avait révélé ce double fond. Des papiers d’adoption. Rien de très formel, pas de nom très lisible, juste une sorte de contrat comme quoi la personne qui avait apposé une signature en bas de page devait convenir de ne pas chercher à récupérer l’enfant. Ce document, Mélusine l’avait lu en long, large et travers, ne comprenant pas du tout ce que cela signifiait. Quel enfant avait pu bien être adopté ? Et par qui ? C’était pourtant bien écrit de la main de son père, mais cette signature illisible, elle n’avait pas la moindre idée de qui cela pouvait être. Une écriture fine sûrement une femme. Il n’y avait pas non plus de date. Cela l’avait perturbé un moment, pensant surtout à sa sœur. Cela pourrait sans doute expliquer leur différence de caractère. Mais Mélusine était certaine qu’elle ne pouvait pas être une enfant adoptée, elle avait trop de ressemblance physique avec son propre père, un peu moins avec sa mère si ce n’est le tempérament de feu de celle-ci. Ne pouvant trouver aucune explication logique à ce contrat, elle le laissa à l’intérieur du tiroir, se débarrassant d’autres papiers sans importance, et y mettant d’autres documents à elle à la place.


Il y avait également un petit coffret qui tenait tout juste à l’intérieur. Le coffret était du même bois que la commode, sculpté finement représentant deux cerfs sur le dessus, l’un allongé sur l’herbe, l’autre debout avec de grandes cornes sur le front. Il y avait un verrou sur le devant. Mélusine prit le coffret à deux mains et l’apporta sur la coiffeuse. Elle souleva le couvercle un petit pot sur celle-ci et enfourna sa main dedans en y retirant une petite clé qu’elle glissa doucement dans la serrure du coffret en bois. Un petit cliquetis se fit entendre et elle souleva le couvercle. A cet instant précis un petit frisson lui parcouru le corps en même temps que la pupille de ses yeux se dilata légèrement à la vue du contenant. Elle entrouvrit sa bouche en posa sa main droite sur les trois fioles qui s’y trouvait. Soigneusement rangées sur un tissu de velours rouge, à l’intérieur, les petits fioles attendaient qu’une personne vienne les utiliser. Il y avait une étiquette déchirée sur chacune d’elle mais il y avait des rubans de couleurs autour pour les distinguer.


Mélusine prit la première, le ruban jaune qu’elle leva à la lumière du jour pour voir le liquide qui s’y trouvait . Un liquide plutôt clair, tirant vers le jaune, avec un peu de résidus au fond. La fiole ne semblait pas avoir été encore ouverte. Elle la reposa et prit la seconde fiole au ruban rouge. Des frissons d’excitation la parcourait quand elle les regardait, comme si c’était des bijoux très chers et qu’elle devait décider lequel elle porterait le soir d’un bal. Mais là en l’occurrence ce n’était certainement pas quelque chose à se mettre autour du cou ou sur la peau. La fiole contenait un liquide plutôt dans les verdâtres et on l’avait déjà utilisé pratiquement à moitié. Enfin le dernier flacon, elle n’y toucha pas, il y avait un ruban noir autour. Et il était bien entamé.


Une porte claqua au loin. Elle sursauta légèrement semblant entendre des pas monter l’escalier. Elle referma le coffret et fit un tour avec la clé qu’elle remit dans le pot en reposant le couvercle dessus. Elle marcha jusqu’à la commode précipitamment, en replaçant le coffret et remettant le double fond puis dispersant la lingerie dessus et referma le tout. Elle se redressa, ajustant son corset et le resserrant puis passa à nouveau devant la coiffeuse pour se regarder dans le miroir. Elle se pencha en regardant sa bouche et posa son index dessus pour éparpiller le rouge uniformément sur les lèvres. Quelqu’un semblait approcher de sa chambre d’après les bruits qu’elle entendait. Non décidément, une petite heure de repos au calme elle ne pouvait pas l’avoir aujourd’hui…



Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Sam 22 Mai 2010 - 17:41

Arrow Entretiens avec les deux prostituées

Ses entretiens avec les deux prostituées ne l'avaient guère avancé au final. Elles n'avaient pas pu lui donner un nom, ou refusait catégoriquement de le faire, par peur ou autre. Tout ce qu'il avait pu en tirer, était ce que lui avait déjà dit Algardi lors de leur entretien. Une sorcière qui créait des potions maléfiques, qui pouvait vous lancer des sorts, vous maudire pour de bon... rien de très pragmatique aux yeux de notre enquêteur qui avait du mal à croire que la magie puisse réellement exister. Par contre, que cette femme soit une empoisonneuse, ça, il le gardait en mémoire, car c'était un fait qui pouvait s'avérer totalement vrai. Il suffisait simplement, maintenant, de lui mettre la main dessus. Pour cela, Richard avait besoin d'un nom, d'une adresse, de quelque chose d'un peu plus formel que des rumeurs et pour cela, quoi de mieux que d'aller parler à la gérante de l'endroit? Il la connaissait de réputation, il savait pertinemment quelle source d'information elle pouvait être, il faudrait juste savoir quel en serait le prix.

Quitter l’étage des témoins, lui permettait, aussi de se sentir moins oppressé par cette odeur d’opium fort présente dans les couloirs et le boudoir. Car connaissant ses penchants, il se savait à la merci d’une envie subite d’une chasse au dragon, alors que ce n’était pas le moment. La tentation était forte et sa volonté était bien loin d’être à toute épreuve, quand cela concernait ses vices. Ce n’était pas le fait d’être « en service » qui lui donnait une certaine morale, non, c’était plutôt le fait de vouloir rester bien concentré sur les informations qu'il collectait. Rien ne l'empêcherait ensuite d'aller s'installer sur une couche une petite heure... c'était à voir, même s'il se doutait déjà de sa décision, le boulot avant tout autre plaisir.

Son manteau soigneusement posé sur le bras, son chapeau tenu dans une main, le Grand descendait donc d'un pas tranquille les quelques marches qui le séparaient encore du palier de ce nouvel étage, les bruits étouffés que l'on pouvait entendre derrière les portes de l'établissement, ne mentaient pas un seul instant sur ce que l'on y trouvait. Mais ça ne semblait pas le déranger plus que cela. Après tout, lui aussi venait parfois se perdre dans les bras de ces femmes qui vendaient leurs corps contre quelques doux plaisirs et quelques sous... bien entendu. Il marqua un temps devant la porte de la patronne, avant de frapper trois coups secs contre le bois. La main posée sur la poignée, il l'avait ouverte dès qu'on le lui avait donné la permission. Non, notre enquêteur n'était pas du genre à attendre très longtemps.

En fait, même s'il ne l'avait eue, il l'aurait fait. Son enquête ne souffrait pas les retards et il fallait qu'il avance. Il avait besoin de retourner dehors, de pouvoir s'emplir les poumons d'air un peu moins vicié et tentateur. Un visage alors tout à fait neutre, il remarqua bien rapidement qu'il dérangeait. C'était rare, de toutes les façons, que ce soit le contraire. Un coup d'oeil rapide à la pièce, permit au policier de voir qu'elle était plutôt modeste, la dame n'avait pas énormément de richesse à exposées, ce qui aurait pu lui paraître étrange. Elle avait beau tenir une maison close de "luxe", il était évident qu'elle ne devait pas non plus rouler sur l'or. Et même si ces messieurs, riches infidèles, pouvaient parfois lui envoyer quelques cadeaux de remerciement, ça ne permettait pas de vivre non plus... encore moins les fleurs qui trônaient fièrement sur les meubles de la pièce.

Son regard avait fini par revenir sur la dirigeante de l’établissement. Il avait déjà eu l'occasion de l'étudier rapidement alors qu'ils s'étaient croisés quand elle l'envoya voir ses filles, il avait déjà noté la prestance qu'elle dégageait. Maintenant qu'il l'avait en face d'elle, un peu plus concentré sur sa personne et non plus sur d'autre, cette sensation se faisait plus forte et il comprenait parfaitement pourquoi on parlait de cette femme en termes élogieux.

- Madame... excusez-moi de vous déranger ainsi, mais j'en ai fini avec vos demoiselles - et d'ailleurs, je vous remercie d'avoir accepté que je les interroge - mais j'ai encore quelques questions à vous poser, avant de partir. Je sais combien ma présence en ces lieux n'est pas pour vous plaire, ou encore plaire à votre clientèle, alors... j'espère que nous trouverons rapidement un terrain d'entente.

C'était sûrement un peu trop brusque comme approche, mais il fallait en finir. Welton était fatigué de ces deux autres entretiens, les femmes... il avait toujours eu l'impression que c'était plus compliqué avec elle. Le tact était important, encore plus en fait. Et ces deux prostituées avaient eu tendance à se braquer comme jamais à la moindre de ses remarques. Autant croisez les doigts pour que celle qui lui faisait face maintenant, soit un peu plus... ouverte à la discussion.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Sam 22 Mai 2010 - 19:37


Mélusine se tenait devant sa coiffeuse, remettant ses cheveux correctement devant le miroir, lorsqu’elle entendit les trois coups à la porte. Allons bon, que pouvait-il encore y avoir de si urgent pour que l’on vienne jusqu’à sa chambre l’ennuyer ? Assurément la personne derrière la porte devait avoir une bonne raison, et elle se ferait un plaisir de la virer illico de la pièce si c’était encore les pleurs d’une de ses filles parce qu’une autre lui a piquer son client. Elle soupira en enfonçant les épingles dans sa chevelure.


- Entrez, dit-elle simplement d’un ton neutre.


Ne voyant pas qui venait de pénétrer dans sa chambre et pensant que c’était une des filles elle continua :

- Serait-ce trop vous demandez que de me laisser me reposer une petite heure ? J’espère que vous avez une... Elle s’interrompit en se retournant découvrant le policier se tenir devant la porte. Elle fut surprise un instant, le dévisageant d‘un regard étonné. Sa silhouette cadrait parfaitement dans l’embrasure de la porte. Il avait du charme, bien que son visage portait les cicatrices du temps , cela se voyait au premier coup d’œil qu’il était un parfait gentleman. Mais que pouvait-il bien faire ici et surtout que lui voulait-il ? Aurait-il une envie soudaine de venir froisser les draps du lit de la gérante ?


- Oh… c’est vous Inspecteur.


Elle s’approcha de quelques pas écoutant ce que lui voulait son interlocuteur. Il en avait donc terminé avec Sarah et Katy. Qu’avait-il bien pu leur demander, cela elle aimerait bien le savoir, mais elle avait déjà prévu de questionner les deux filles à ce sujet. Mélusine était très curieuse certes, mais elle n’aimait pas les cachotteries entre ses murs. Et surtout lorsque cela fait déplacer un enquêteur. C’est comme ça qu’elle savait à peu près la vie de certains de ses clients, même sans connaître leur nom, elle savait s’ils étaient mariés ou non, leurs métiers et même la prostituée qu’il préférait chez elle. Ce qui était un plus lorsqu’elle les voyait arriver, elle pouvait ainsi leur indiquer directement si la fille était libre ou pas. Mais l’enquêteur présent ne semblait pas vouloir passer du bon temps pourtant vu comme il avait un peu l’air tendu cela ne lui aurait pas fait de mal. Elle sourit entendant les mots « un terrain d’entente » jetant un petit regard rapide sur son lit.


- Je vous écoute, mais je vous en prie asseyez vous donc, lui indiquant la méridienne de la main. A moins que vous ne préfèreriez tester la solidité de mon matelas avant ?

Elle avait dit cette phrase avec un tel naturel aguicheur en souriant malicieusement qu’elle attendait à ce que l’homme soit un peu perturbé de sa proposition alors qu’il avait plutôt l’air de porter son affaire au sérieux. Après tout un peu de plaisir charnel pendant le boulot, quel mal y avait-il ? Tout le monde à le droit de s’autoriser une pause. Et puis c’était peut être aussi le moyen d’effacer certains soupçons sur sa personne.



Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Sam 22 Mai 2010 - 21:44

La dame ne s'attendait pas à le voir, il en était parfaitement conscient. Lui tournant le dos, parlant alors sans faire attention de suite à l'intrus, il n'avait pas besoin de plus pour savoir qu'elle ne s'attendait sûrement pas à ce qu'il vienne la rejoindre aussi rapidement. Elle était en pause? Parfait, rien de mieux pour avoir un peu de temps pour eux. Non pas dans le sens d'user les draps, mais bien la salive. Il fallait qu'elle lui parle et il espérait bien que c'est ce qu'elle allait faire. L'air étonné de Duval ne dura qu'un instant avant qu'elle ne se reprenne. Richard la salua d'un petit signe de la tête, tout en fermant la porte derrière lui, alors qu'elle s'approchait. Comblant bien rapidement l'espace entre eux, pour leur laisser une marge de distance, mais qui était plus agréable pour parler.

De ce fait, notre ami ne manqua pas le regard de la gérante, il avait bien rapidement enregistré comment était aménagé les lieux et pas de doute que c'était le lit qui avait attiré son regard une demi-seconde. Les esprits tordus étaient nombreux dans cette citée et cela ne dérangea pas plus l'inspecteur, si cela pouvait amuser la dame d'y penser, qu'elle y pense seulement. Il resterait le plus insensible à cela, ou en tous les cas, essayerai.

Elle lui permettait de s'asseoir, il se dirigea donc vers la méridienne, fauteuil qui invitait à tout, sauf à discuter, aux yeux de notre inspecteur. Il posa alors son chapeau et son manteau à côté de lui, avant de s'arrêter dans ses gestes, tout en observant son interlocutrice. Cherchant à voir si elle était réellement sérieuse dans ses propos. Et à lire son regard, il pouvait parier que oui. D'ailleurs, si elle avait cherché à le déstabiliser, elle pouvait se targuer que pendant un instant ça avait été le cas.

Haussant les sourcils, il se passa une main dans les cheveux, prit au dépourvu par une telle proposition. Certes, il ne s’y attendait vraiment pas. Alors qu’il aurait peut-être du, après tout, il avait face à lui, l’une des Reines du plaisir de la ville, non ? Secouant alors négativement de la tête.

- Je... merci pour cette proposition très tentante Madame, mais je ne suis pas là pour cela.
Marquant une pause. Une prochaine fois peut-être. Avec un léger sourire en coin. Elle cherchait à le charmer, il savait aussi parfaitement entrer dans ce jeu. Mais ce n'était vraiment pas le moment de perdre les pédales, pour quoi que ce soit. Tant que ce n’était que des paroles, il savait qu’il n’y avait rien à craindre.

Welton se savait tout aussi sensible que n'importe quel autre homme aux charmes de ces dames, tout aussi... faible. Pourtant, il ne devait pas y penser et surtout pas se laisser aller. Le policier s'installa alors sur le fauteuil, le dos droit, un bras posé sur le dossier/accoudoir du meuble, sortant son carnet et son stylo de la poche interne de son veston, tout en ne quittant pas du regard cette charmante dame.

- Tout le monde s'accorde sur la croyance des sorcières... ce n'est pas mon cas. Pourtant, il paraîtrait qu'une dame vient parfois entre vos murs pour s'occuper des... de celles qui tombent enceinte. J'aimerais avoir son nom, si cela est possible. Et son adresse aussi.

Après tout, si cette "sorcière" avait une certaine connaissance des poisons, elle pourrait peut-être l'aider. Son frère lui avait dressé la liste des plantes utilisées pour celui qui avait tué De Voisin, maintenant, il lui fallait savoir comment des néophytes pouvaient s'en procurer. Si bien entendu, l'assassin en était un. Il détestait ne pas savoir dans quelle direction aller... insupportable pour un esprit comme le sien! La langue sèche... il aurait bien prit un whisky pour se désaltérer quelque peu.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 3:07


Constatant l’air plutôt gêné de l’enquêteur, Mélusine ne pu retenir un petit rire. Il faut dire que venir s’aventurer « Aux Vices et aux Délices » il n’allait tout de même pas sortir de ce lieu sans avoir envie d’y revenir. Elle adorait ce petit jeu de séduction, elle en était très friande et savait jouer de ses charmes et bien que l’homme n’était venu ici que pour son affaire, elle essayerait quand même d’en tirer quelque chose.

Mélusine se contenta de sourire lorsqu’il lui dit qu’il viendrait peut être une prochaine fois. Tiens, tiens, il semblerait que le poisson morde à l’hameçon. Le tout est de réussir à le ferrer maintenant. Elle l’aurait bien tenté un peu plus en se rapprochant et déboutonnant un peu le col de sa chemise pour le mettre plus à l’aise, mais ce geste aurait certainement été mal pris. Elle aimait charmer oui, mais elle n’allait tout de même pas se mettre la police à dos. Elle se tenait debout devant lui, observant ses moindres gestes, caressant son corps de son regard envoûtant lorsque la question de l’enquêteur lui fit arquer légèrement le sourcil gauche en effaçant un peu son sourire. Ah voilà… Il fallait bien une question fâcheuse.

Elle détourna le regard en direction d’une petite table dans l’angle de la pièce pour dissimuler son petit mal aise. D‘accord, là, c‘était à son tour d‘être déstabilisée.
Il y avait là un plateau d’argent avec deux verres et une bouteille de vin. Les clients appréciaient toujours de boire quelque chose avant ou après l’acte. Tout comme les cigarettes, elle en avait toujours dans sa chambre. Elle ne répondit pas immédiatement à l’enquêteur et se dirigea vers la table.

- Puis-je vous offrir un verre de vin Inspecteur ? Pas très astucieux comme moyen de changer de sujet, mais cela lui donnerait un peu de temps pour réfléchir aux mots qu’elle allait bien pouvoir employer pour parler de la Lassourin. Mais pourquoi lui posait-il cette question ? De toute évidence, l’une des filles avait parlé de cette femme qu’elle faisait venir ici. Comment aurait-il pu le savoir autrement ? Mélusine ne voulait pas que les bruits courts la ville sur le fait qu’elle faisait venir cette personne dans sa maison. Cela ferait une très mauvaise publicité et les clients prendraient la fuite immédiatement. Oui, Katty et Sarah allaient être sévèrement réprimandé pour avoir parler de tout ceci.

D’autre part, donner le nom et l’adresse de la Lassourin à un policier, c’était le meilleur moyen de se la mettre à dos et qu’elle ne revienne plus l’aider. Mélusine avait confiance aux dons qu’avait Amélia, mais il n’empêchait pas qu’elle se méfiait un peu de cette femme. Elle ne l’aurait jamais appelé sorcière, mais plutôt bienfaitrice, son travail était propre et efficace tout autant que discret. Et c’était tout ce qu’elle demandait. Elle ouvrit la bouteille de vin et commença à verser son contenu dans un des deux verres sans attendre la réponse de l’homme.

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 12:45

Si Mélusine avait insisté, il l'aurait simplement remise à sa place sans plus. Ce n'était pas pour quelques charmes qu'il la mettrait au trou. Quand même, il n'était pas si intransigeant que cela. Ce n'était pas une réelle obstruction à son enquête. En tous les cas, Richard ne manquait pas de sentir le regard de cette femme sur lui. Elle tentait d'éveillé en lui ses plus bas instincts de mâle et pas de doute que si ça continuait dans ce sens, elle finirait bien par y arriver. Heureusement pour lui, le fait qu'il pose sa question, échangea les rôles et même si la dame tenta de le cacher, il comprit bien rapidement que c'était lui qui venait de la mettre légèrement mal à l'aise. De quoi faire revenir au triple galop tous ses instincts de flic et balayait en un claquement de doigts, les idées déplacées qu'il aurait pu avoir avec cette femme. Quoi que... rien de mieux que des confessions sur l'oreiller, non?

Olha, olha, il n'était pas temps de s'égarer et Welton reprit les rênes de son entretien sans trop de difficulté, merci à Duval de tenter un changement de discussion, presque bienvenu. En tous les cas, pour lui. Elle ne voulait donc pas lui répondre? Avait-elle quelque chose à cacher de plus, qu'une simple affaire avec une "tueuse d'enfants"? Oui c'était un peu fort comme terme, son frère lui avait bien expliqué que jusqu'à un certain point, ce n'était pas encore ce que l'on pouvait cataloguer comme étant une entité humaine à part entière. Pourtant, pas de doute que si cette information se propageait un peu trop, la pauvre femme risquait un lynchage sur la place publique dans les règles de l'art. La populace n'aimait pas ce qui lui faisait peur ou ce qu'elle trouvait contraire aux lois divines établies et empêcher la vie, en était une. Lui, pouvait comprendre qu'une pauvre fille de joie ne souhaitait pas se retrouvera avec un morveux sur les bras, la vie était bien assez difficile comme cela.

La proposition du vin fût accueillie avec un sourire conquis, oh oui, il en voulait volontiers! Ca ne valait pas le whisky, mais c'était toujours un peu d'alcool dans le sang et ça ne pouvait que lui faire le plus grand bien. La tête fit un petit signe positif à l'offre de la boisson. Il ne put s'empêcher une petite pensée pour Judith... sa boisson préférée, à n'en pas douter. Et après, elle osait encore venir lui faire part de ses inquiétudes pour sa dépendance au whisky...

- Avec plaisir, madame. En service, oui, ça n'empêchait pas ce genre de plaisir. Automatiquement, ses mains allèrent chercher le porte cigare, il appréciait de mélanger les deux et c'est en sortant le boitier métallique, qu'il lâcha à haute voix. Ca ne vous dérange pas si je fume? Autant demander la permission quand même! Le Grand ne souhaitait pas non plus s'imposer ainsi, il fallait laisser à la patronne de l'établissement, l'illusion qu'elle était encore maîtresse chez elle.

Ce n'était pas pour autant qu'il en avait oublié sa question. Loin de là même. Il laissait juste son interlocutrice s'occuper de remplir les verres, avant de la remercier quand elle lui tendit le sien et la laissa s'installer face à lui, enfin, si elle souhaitait s'asseoir, bien entendu. Sans jamais la quitter du regard, tentant, rien qu'en l'observant, à lire en elle. Il regrettait parfois de ne pouvoir avoir le pouvoir de lire dans les pensées. Un moyen qui aurait pu grandement faciliter sa tâche dans bien des domaines.

- Dois-je vous reposez ma question, Madame Duval? Un tenace, oui, de toute façon, il ne partirait pas sans avoir sa réponse. Ne croyez pas que je vais aller crier sur tous les toits que vous demandez un peu d'aide parfois à une femme pareille. Ce n'est pas mon genre et cela ne m'apporterais rien de salir la réputation de votre établissement. Mis à part quelques ennuis. Fit-il doucement, pour la mettre en confiance. Elle devait savoir qu'il y avait bien trop de nobles et autres protégés de la Cour qui venaient entre ses murs, pour que l'inspecteur se permette de lui faire du tord. A moins qu'elle ait réellement quelque chose à voir avec le meurtre de De Voisin.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 16:10


Le dos tourné dans le coin de la pièce, Mélusine versa donc le vin dans les deux verres. C’était un bon vin, elle prenait toujours le même car il avait ce petit goût fruité qui généralement plaisait. Ce n’était pas non plus l’un des plus cher mais il mettait dans de bonnes conditions les clients. Du vin, de l’opium, des femmes… Elle offrait le nécessaire pour qu’ils passent un bon moment et surtout qu’ils aient envie de revenir.


Mélusine reboucha la bouteille en hochant de la tête à l’enquêteur tout en lui indiquant le cendrier sur le guéridon. Elle prit les deux verres et se retourna, approchant de la méridienne. Elle lui offra le verre de la main gauche en se penchant derrière lui, bien assez prêt pour qu’il puisse voir son décolleté pigeonnant et qu’il hume son parfum, histoire de ne pas lui faire oublier où il se trouvait. Une idée lui traversa son esprit à ce moment là. Et si elle lui renversait malencontreusement le vin sur sa belle chemise ? Il faudrait l’ôter sans doute. Elle pourrait enfin voir son torse nu et peut être que les envies prendraient le dessus. Hum… Après une pareil question, cela se serait sans doute vu que c’était fait exprès. Non, elle allait bien se comporter c’est pour cela qu’elle lui tendit tout simplement le verre mais d’une façon sensuelle en montrant ses atouts majeurs.


Elle prit place sur une chaise en face de l’inspecteur, son verre de vin à la main, en pénétrant son regard et portant le verre à ses lèvres. Il ne voulait pas lâcher le morceau pour la Lassourin et elle n’était pas du genre à balancer les informations qu’elle tenait sur la soit disant sorcière. Elle savait où se trouvait sa maison, bien que ce n’était pas à cet endroit qu’elle se rendait pour la trouver. Mais là, elle était un peu prise au piège. Soit elle donnait son nom, et la femme le saurait tôt ou tard en lui faisant regretter ce geste si c‘était pour une affaire délicate, soit elle se taisait, et ce serait elle qui aurait des soucis avec la police. Mais pourquoi cet enquêteur voulait avoir son nom et son adresse ? Qu’avait-elle bien pu faire pour que la police la cherche ?


- Pourrais-je savoir pourquoi vous recherchez cette femme, Inspecteur ? Autant lui demander après tout. Votre femme serait-elle dans une fâcheuse situation pour que vous recouriez au service de l’avortement ? Et ça, c’était simplement pour la curiosité. C’est un peu comme cela qu’elle arrivait à savoir la vie des clients. Poser des questions, toujours en tournant autour du pot subtilement. Ils finissaient par dire « non je n’ai pas de femme » ou bien « ma femme m’attend à la maison », et là elle savait tout de suite si l’homme venait simplement en ces lieux pour le plaisir ou pour l‘oublie. Ou les deux des fois.


Elle se mettait à imaginer toutes ces femmes trompées, qui voudraient sans aucun doute tuer leur mari si elles savaient où ils venaient le soir, prétextant sans doute le travail tardif. Cela la faisait plutôt sourire. Ouvrir un tel établissement était une sorte de vengeance intérieure sur son passé, donner du plaisir, sans aucun amour, se venger des hommes, se venger des femmes, et surtout jouir de tout ceci avec un enjeu financier. Car la liberté et l’argent, c’était bien les deux choses dont elle se souciait le plus.


Elle regarda l’inspecteur attendant sa réponse en croisant les jambes, bien que ce soit lui qui pose les questions, elle avait le droit de savoir pourquoi il cherchait cette femme et ce qui l’avait mené à cette piste ici même.


Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 17:11

Richard était certes du type méfiant, il faisait pourtant confiance à la dame pour qu'elle ne l'empoisonne pas directement. Ca serait bien bête de sa part, c'était une certitude. Et puis, ce n'était pas en se montrant non confiant, qu'il pourrait en tirer quelque chose. De toutes les façons, elle arrivait parfaitement à lui faire perdre sa méfiance, user de ses atouts ainsi marchait à merveille. Oui comme dit, notre inspecteur était un homme comme un autre, jamais insensible aux charmes des belles femmes. Certes, la seule qui pouvait réellement lui faire un effet fou était son ex, mais pas sûre qu'elle apprécie qu'il pense à elle dans un endroit pareil... quoique.

Remerciant la dame d'un signe significatif, il porta le cigare à ses lèvres, pour l'allumer en un tour de main. Dénotant une certaine habitude de la chose, fallait bien avouer qu'un autre de ses vices se concentrait dans ces bâtons de nicotine.

Toute son attention était, quand même, pour l'instant centrée sur son interlocutrice, qui lui faisait apercevoir quelques monts agréables, il se força pourtant à ne pas trop se focaliser sur ce décolleté, pour garder encore un temps soin peu les idées claires. Le parfum lourd et ambré de la femme emplissait ses narines, mais il profita d'avoir le verre de vin en main pour s'écarter et échapper à la présence, quasi écrasante de la gérante. Non décidément, elle savait parfaitement faire son travail, il n'en doutait pas.

La fumée s'engouffra plus rapidement dans ses poumons, lui permettant de faire disparaître l'odeur de ce parfum, assurément fait pour envouter les hommes. Ses lèvres goutèrent au vin. Un bon vin, fruité, frais, ça ne manqua pas de lui faire du bien. De le rafraîchir. Oui ça pouvait paraître étrange, venant d'une boisson alcoolisé, mais c'était toujours meilleur qu'un verre de flotte.

- Excellent votre vin.

Et cette Duval semblait réellement réticente à lui dire quoi que ce soit sur cette fameuse "sorcière." Le flic fût néanmoins surpris de la question qu'elle lui posa alors... sa femme... enceinte à nouveau.

- Sans vouloir vous offenser. C'est à moi de poser les questions, Madame. Je suis sur une enquête, comme vous le savez, d'où ma présence en ces lieux. Et tout entrave à mon travail, vous vaudrai de sérieux problèmes. Chose que vous voulez éviter, j'imagine. Tirant à nouveau longuement sur son cigare, si elle trouvait que c'était un connard de parler ainsi, qu'importe. Son boulot avant tout. Alors... m'aiderez-vous de votre plein gré, ou dois-je commencer à sérieusement utiliser une manière beaucoup moins amicale, Madame?

Welton ne répondait en rien à ses questions, mais il n'avait pas à le faire et il ne s'étendrait assurément pas sur sa propre vie privée. Il ne le faisait jamais, même.

- Elle pourrait s'avérer être un témoin fort important pour mon enquête, mais pour cela, il me faudrait pouvoir échanger quelque peu avec elle.

L'enquêteur lâchait un peu de leste, en espérant que son interlocutrice se contente de ce bout d'os qu'il lui donnait. Il n'irait pas dans les détails de l'affaire, même s'il allait encore lui poser quelques questions sur De Voisin. Puisque ce monsieur aimait venir entre ces murs pour ses petites affaires, il pouvait parier que la dame devait sûrement savoir deux ou trois points intéressants. Notamment, le nom, ou en tous les cas, les visages de ceux qu'il rejoignait pour ses parties de "cartes". Mais tout cela viendrait après qu'il ait obtenu cette foutue adresse!

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 18:53


La réponse de l’enquêteur avait légèrement froissé Mélusine. Il faisait certes son travail, mais elle lui avait tout de même permis de questionner ses filles. Elle se leva et alla poser son verre sur le guéridon, en prenant une cigarette dans le petit étui s’y trouvant et l’allumant. Elle tira une bouffée et souffla la fumée en regardant le ciel que l’on pouvait voir de sa fenêtre.

- Monsieur… Elle marqua une courte pause ne connaissant toujours pas le nom de son interlocuteur. Comprenez bien que je répondrais à vos questions pour que vous puissiez avancer dans votre enquête, néanmoins sachez que de parler des affaires secrètes qui ont lieu dans cette maison m’est plutôt délicat. Elle tira à nouveau sur sa cigarette. Cette femme vient simplement ici pour faire ce que je lui demande. Rien de plus. Si l’une de mes filles tombe enceinte d’un client, je suis dans l’obligation de faire disparaître tout cela. Imaginez un seul instant un enfant dans cet endroit, ce n’est pas sa place. De plus, un enfant d’un de mes clients avec une fille de joie, ne croyez-vous pas que je risque la fermeture définitive de mon établissement ?

Elle se retourna un peu irrité en fixant l’homme d’un regard perçant. Katty et Sarah allaient avoir le droit à rester un peu dans les rues dans les prochains jours, nul doute qu’elle leur ferait payer le fait qu’elles aient mentionné la présence de la Lassourin dans la maison et la mettre maintenant dans un position très embarrassante face à l’enquêteur. Son lupanar, c’est tout ce qui lui restait à présent, elle ne pouvait pas faire autre chose, elle n’avait pas assez d’étude et ne souhaitait pas retomber dans la misère après qu’elle ait bâti un tel empire de la luxure. Elle avait besoin d’Amélia pour effacer les erreurs de ses petites. Qui d’autre pouvait faire ce travail en ville ? Bien sûr elle avait acheté un mélange d’herbes destinés à tuer le fœtus que vendait la Lassourin au cas où cette situation revenait et qu’elle ne pouvait pas la trouver au lieu habituel, mais elle n’en aurait certainement pas assez pour tenir encore des années et cela ne garantissait en rien un infanticide efficace si jamais on attendait trop longtemps.

La situation prenait une toute autre tournure. Mais Mélusine ne voulait pas perdre le contrôle. Elle tira nonchalamment sur sa cigarette. Elle devait lui donner un nom où sinon il ne la lâcherait pas. De plus, maintenant il savait que cette femme venait ici. Elle ne pouvait pas reculer.

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 20:29

Pas que Richard avait l'impression qu'ils entraient tout deux dans une discussion de sourd, mais c'était bien l'impression que cet échange commençait à donner. Ne comprenait-elle pas que c'était dans son intérêt, à elle, qu'elle lui crache ce nom. Afin qu'il lui foute la paix? Et que de toutes les façons, il n'irait pas la bouche en cœur vers cette autre femme, pour lui balancer celle qui l'avait fait connaître? Voyons, notre enquêteur était quand même un peu plus subtil que cela. Certes, beaucoup des hommes qui travaillaient avec lui ne l’étaient pas, mais il n'était pas l'un d'entre eux, bien loin de là même. Il souffla la fumée qu'il venait de prendre par les narines, montrant un léger énervement le prendre, alors qu'il écoutait d'une oreille ce que la femme lui donnait comme excuse pour mettre autant de temps à lui donner une réponse.

- Welton... lâcha-t-il alors qu'elle semblait chercher son nom. Il lui semblait l'avoir donné lorsqu'il était arrivé à la maison close, quand il lui avait demandé de voir les filles impliquées dans une drôle d'histoire de vol de brosse à cheveux. Petit crime qui, au final, n'avait absolument rien à voir avec celui sur lequel il enquêtait. Mais qui lui permettrait peut-être de ferrer un plus gros poisson. Il fallait être patient dans ce métier. Chose qu'il perdait parfois, quand ses interlocuteurs commençaient à lui tomber un peu trop sur les nerfs.

D'ailleurs, cette histoire allait finir par le fatiguer, et sérieusement! Il termina son verre d'une traite, le posant ensuite sur le guéridon, regardant la femme face à lui d'un regard implacable. Faisant parfaitement concurrence à l'air irrité qu'elle affichait, à l'instant. Si elle pensait le faire fuir avec cet air ou le faire changer d'avis, elle se trompait grandement, il en fallait plus pour que Welton se sente menacer.

- Je comprends parfaitement tout ce que vous m'avancez là, madame. Et je ne juge pas vos prises de position, honnêtement, je m'en moque même pas mal. Tout ce qui m'importe, c'est d'avoir le nom de cette dame. Voilà tout. Je n'irais pas lui dire que c'est vous qui m'avez fourni l'adresse et au pire des cas, je dirais que vous l'avez fait sous la contrainte. De toutes les façons, ce n'est assurément pas pour ses avortements illégaux que je m'intéresse à son cas. Si un jour, Sa Majesté ou l'Eglise décide d'y fourrer son nez, nous en reparlerons, pour l'instant, c'est une toute autre affaire qui m'amène et j'aimerais vraiment que nous nous entendions, vous et moi. Ce n'est ni dans vos intérêts, ni dans les miens, que l'on se sépare en de mauvais termes. Comprenez-vous cela? Je ne suis pas, encore, votre ennemi, alors réfléchissez-y avant de continuer sur votre lancée...


Soupirant légèrement, tout en tentant de chercher ses mots, à force de se montrer aussi direct, il allait finir par la braquer complètement et ce n'était pas l'effet recherché à l'instant. Il se frotta les yeux du pouce et de l'index, avant de porter à nouveau le cigare à ses lèvres pour tirer une longue bouffée de fumée, calmant un peu son attitude, reprenant un masque un peu plus neutre.

- Si pour vous rendre plus bavarde, il me faut avancer quelques écus et bien... dites-moi votre prix et j'aviserai.


Sa main s'était, cette fois-ci, glissée dans la poche interne de son manteau, s'il fallait payer pour avoir des informations et bien il payera. Parfois, le fait d'ouvrir les bourses, permettait d'ouvrir plus facilement les confidences. Il n'était jamais contre donner quelques sous contre des indications, c'était ainsi que ça marchait dans les bas-fonds, alors peut-être que Mélusine Duval serait aussi attirée par le tintement de l'or, qui sait.

- Vos secrets ne m'intéresse pas, sachez-le... pas ce qui ne touche pas à ce que je suis venu chercher.

Qu’elle comprenne bien que le Grand n’avait que quelques points précis à éclairer et qu’au demeurant, ses affaires internes n’avaient absolument aucunes saveurs pour lui.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 21:39


Mélusine voyait bien que l’inspecteur perdait patience. L’heure tournait et elle n’avait même pas eu le temps de prendre un bain relaxant. Ni de se changer. Elle écrasa sa cigarette dans le cendrier puis le regarda. Il voulait la payer pour une information. Elle refusa catégoriquement de la tête. Elle ne se ferait pas payer pour un nom, ce n’était pas dans ses habitudes, tant que le client ne passait pas par la case plumard, elle ne demandait rien. Et ce n’est pas quelques pièces qui auraient changer l’affaire. Elle aimait l’argent oui, mais pas le gagner de cette façon.

- Lassourin, Amélia Lassourin, lâcha-t-elle simplement en détournant le regard. Elle se baissa et ôta ses chaussures à talons. Puis elle se dirigea vers la coiffeuse en délaçant son corset sans aucune pudeur. Cela pouvait paraître tout à fait incongru, mais elle devait se changer et bien que l’enquêteur était dans sa chambre il allait assisté à son déshabillage.

- Je ne connais pas son adresse. Elle était de dos pour ne pas que l‘inspecteur lise en elle qu‘elle mentait, son adresse elle la connaissait mais elle n’y était jamais allée, puisque ce n’était pas l’endroit où elle la trouvait. Après tout elle n’était pas censée savoir où se trouvait le lieu d’habitation de la Lassourin. Et puis ce n’était pas un endroit où elle voulait vraiment y mettre les pieds. Elle posa le corset sur la chaise de la coiffeuse, dévoilant son dos nu et sa tâche de naissance en bas de celui-ci. Puis elle retira sa jupe en la posant également sur la chaise, se retrouvant en porte-jarretelles devant l’inspecteur mais toujours retournée.

- Excusez-moi Monsieur Welton, je dois m’habiller pour ce soir, laissez-moi juste le temps d’enfiler quelque chose, j’en ai pour deux minutes.

Elle venait d’abattre la carte de la séduction. Elle imaginait la tête que pouvait avoir l’enquêteur dans son dos et souriat en coin. Il devait sûrement détourner le regard et être rouge jusqu’aux oreilles. Malgré ses quarante ans, Mélusine avait toujours un corps splendide, on ne lui donnait pas son âge et encore moins quand les yeux masculins se promenaient le long de ses courbes. Elle fit quelques pas jusqu’à l’armoire en sortant un ensemble aux couleurs de rouge et de bordeaux, avec de la dentelle noire. Un très bel ensemble qu’elle avait choisi avec beaucoup de goût comme à son habitude. On ne pouvait pas reprocher à Mélusine d’avoir des tenues négligées. Ses habits étaient très sexy certes, mais elle avait le don pour les choisir assez classe.

Elle se retourna face à lui, la poitrine droite tenant ses habits dans les mains. Il fallait bien un peu apaiser les tensions qu’il y avait dans cette pièce.

- Vous pouvez détourner le regard si cela vous gêne. Cela l’importait peu qu’il la regarde ou non. Mais elle espérait quand même qu’il jette un coup d’œil sur ses formes, histoire de le faire partir avec un bon souvenir. Peut être qu’il reviendrait plus vite que prévu. Elle allongea l’ensemble sur son lit, se tenant ainsi de profil à l’inspecteur, et commença à dégrafer le haut.


Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Dim 23 Mai 2010 - 23:10

Et bien voilà... il avait simplement fallu qu'il parle d'argent, pour qu'elle se mette à table. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt? Il ne voulait sûrement pas paraître déplacé. Bon ok, là c'était évident que c'était trop tard. Tant pis, la plume alla écrire avec fluidité le nom que venait de lâcher la gérante. Enfin! Un fin sourire se posa sur ses lèvres, alors qu'il la voyait détourner le regard, était-ce si difficile que cela? Ce n'était qu'un nom après tout, elle ne risquait pas sa peau pour si peu.

- Je vous remercie, Madame Duval et ne vous inquiétez pas, elle ne saura pas que cela vient de vous. Haussant un sourcil alors qu'elle se dépêcha de rajouter qu'elle ne connaissait pas l'adresse de cette fameuse Lassourin. Etonnant... ça aurait été bien trop facile sinon. La fumée se vit recrachée vers le plafond de la pièce, alors qu'il allait lui répondre, se rendant compte alors qu'elle était en train de se déshabiller devant lui!?

Bon... voilà que ça devenait délicat, ses yeux trouvèrent un intérêt flagrant pour la tapisserie sur les murs, qui n'était assurément pas du côté de la dame qui avait, semble-t-il, décidée de se mettre à nue au sens figurée du terme. Pourquoi est-ce qu'il devait toujours tomber sur des femmes qui voulaient le déstabilisé de la plus simple des façons? Le problème de travailler dans un métier qui lui faisait côtoyer si souvent des femmes de ce genre. Décidément, Judith aurait mieux fait de s'inquiéter de ces dames, plutôt que de De Valene, il lui aurait donné beaucoup plus de poids à ce niveau. Difficile de nier qu'il n'était pas insensible à tout cela, surtout depuis son divorce et son manque complet de vie sociale.

- Pourquoi compliquez-vous les choses madame? Comment prenez-vous contact avec elle, alors?


Qu'elle ne pense pas jouer au plus malin avec lui, il la coincerait de toutes les façons et assurément pas pour son plus grand plaisir, car ce n'était pas de la manière dont elle le voudrait. Son regard se porta un instant sur la dame, pour remarquer qu'elle n'était vraiment plus habillée cette fois-ci, que seul un porte-jarretelle cachait encore certaine chose, il sentit la chaleur de la pièce montée d'un cran et discrètement, sa main glissa sur son col, comme pour s'aérer quelques instant, avant que son regard ne revienne inexorablement se porter sur les meubles et tout ce qui pouvait attirer son regard dans cette pièce, mis à part la principale... attraction.

- Je vous en prie... faites seulement, je ne veux pas vous empêchez de faire votre travail.

Sa voix était totalement contrôlée, mais il ne pouvait s'empêcher de trouver que cette femme, avait du charme et un certain magnétisme. Après tout, elle était déjà beaucoup plus dans sa tranche d'âge, et il appréciait toujours celles de son âge. C'était ainsi, les petites jeunettes ne l'attiraient pas plus que cela, peut-être parce que sa fille était dans un âge qui l'empêchait de les approcher.

Commençant à se sentir oppressé par l'atmosphère ambiante, il se leva d'un bond et s'approcha de l'une des fenêtres pour observer la vie à l'extérieur, la nuit commençait à tomber sur la ville, une main dans la poche, il fumait le plus tranquillement possible, tout en entendant les mouvements que faisait Duval pas très loin de lui, cherchant assurément quels habits elle allait porter pour la soirée. Son attention fût à nouveau attirée sur elle, d'ailleurs, quand elle s'adressa à nouveau à lui.

Il avait le droit de détourner le regard? Encore heureux, il trouvait on ne peut plus déplacer de se rincer l'oeil ainsi. Oui, il avait un semblant d'éducation quand même!

- Je préfère ne pas passer pour le dernier des rustres, Madame. Tout en se raclant la gorge, luttant contre l'envie d'y jeter un regard. Pourriez-vous me parler un peu de Monsieur De Voisin? Venait-il dans votre établissement?

Manière détournée de penser un peu à autre chose.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Lun 24 Mai 2010 - 7:35


Voir l’homme si gêné l’amusait vraiment. Heureusement que tous ses clients n’étaient pas comme lui car se serait vraiment une perte de temps et d’argent.
Elle posa son pied sur le lit tout en remontant ses bas d’un geste sensuel, l’écoutant d’une oreille. Bon ce qui l’intéressait le plus c’était la Lassourin, elle l’avait bien compris. Rien ne pourrait le détourner de son enquête décidément.

- Nous avons convenu d’un jour et un lieu fixe quand la ville s’endort, Monsieur Welton. Il vaut mieux que personne ne nous voit discuter et n’entende nos arrangements. Elle jeta un bref coup d'oeil sur la commode tout en s’habillant. Certaines personnes pourraient me voir si je me rendais chez elle. Les rumeurs circulent très vite par ici Inspecteur, vous êtes bien placé pour le savoir.

Elle essayait d’agrafer son corset en passant ses mains dans son dos en regardant l’enquêteur qui se tenait debout face à la fenêtre. Il était séduisant ce Monsieur Welton. Coincé, mais charmant. Pour ne pas la regarder, soit il tenait vraiment à une autre femme, soit il… Elle sourit un instant. Non il ne serait pas aussi gêné si la gente féminine n’était pas à son goût.

Nous y voilà donc. Il enquêtait sur l’affaire De Voisin. Pourquoi ne pas l’avoir dit plutôt ? Maintenant elle y voyait plus clair et elle comprenait les questions sur Amélia. Mais était-ce là une bonne piste ? La Lassourin impliquée dans cette histoire d’empoisonnement ? Elle n’y croyait pas trop. A moins qu’il ne voulait en savoir plus sur certaines plantes, il était vrai que pour ça, la femme si connaissait sans nul doute. Elle s’approcha de l’enquêteur, les mains toujours occupées à essayer d’attacher le corset.

- Monsieur De Voisin venait effectivement dans cet établissement. Après tout puisqu’il était mort, il ne pouvait pas lui causer d’ennui pour avoir dévoiler ce secret. Un homme charmant, courtois, un parfait gentleman. Il venait ici surtout pour affaires, pas vraiment pour les filles.

Mélusine souriat en regardant l’homme dans les yeux, lui faisant un regard plutôt coquin, elle se retourna alors en montrant du bout des doigts les attaches trop hautes pour qu’elle puisse les fermer.

- Monsieur Welton, auriez-vous l’amabilité de m’aider à attacher mon corset ? Ce n’était pas le genre de corset très évident à fermer seule. Mélusine avait beaucoup plus de corset à lacets plutôt qu’à attaches. Elle releva de sa main droite les mèches de cheveux qui pouvaient gêner la fermeture. Il faudrait bien qu’il laisse sa gêne de côté un instant et qu’il frôle de ses doigts sa peau si douce. Qu’elle vilaine tentatrice cette Mélusine. A croire qu’elle avait toujours un tour dans son sac.

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Lun 24 Mai 2010 - 11:52

Difficile pourtant de se concentrer sur son enquête, avec autant de tentation de tous les côtés. L'effort qu'il devait faire sur lui était monstrueux. Mais il pouvait être fier d'y arriver, pour l'instant. Les réponses devenaient plus rapide, bien, une barrière semblait donc être tombée entre eux et il ne pouvait qu'en être heureux. Devoir se battre sur chaque front aurait fini par les épuiser, tout deux. Car autant l'inspecteur que la gérante de la maison close, auraient fini par en être lassé. L'homme en premier, c'était une évidence. Toujours concentré sur la vie de la rue, il écouta pourtant avec attention les dires de Duval sur ses rencontres nocturnes avec Lassourin. C'était tout à fait probable, il ne voyait pas pourquoi il ne pourrait pas la croire. Même s'il doutait pourtant du fait qu'elle ne connaissait pas son adresse.

- Tout à fait, Madame. Cela n'empêche pas que vous avez bien du, un jour, connaître son adresse, pour prendre contact avec elle, non?

Et hop, comment resserrer les filets avec classe. On l'avait déjà dit non? Ne pas jouer au plus malin avec lui. Richard ne manquait jamais de coincé le témoin ou le suspect pour qu'il finisse par cracher le morceau, au complet. Ne comprenait-elle pas que plus vite elle parlerait et lui donnerait ce don il avait besoin, plus vite, lui filerait sans demander son reste? A moins qu'elle ne tienne tant à ce qu'ils usent les draps tout deux. Mais à ce moment, elle s'y prenait mal pour le faire craquer. Quoi que... non ce n'est pas qu'elle s'y prenait mal, parce que le fait de se changer devant lui était assurément, totalement calculé pour faire naître l'envie, mais le laisser cogiter et concentrer sur son affaire, n'aidait pas à ce qu'il s'ouvre à des plaisirs plus primaires. Le travail avant tout, comme toujours.

Welton sentait que son interlocutrice revenait près de lui, s'obligeant à garder ses yeux rivés sur les passants dans la rue, toujours en l'écoutant avec grande attention. Elle semblait beaucoup plus disposée à parler de De Voisin, que de l'autre, à croire que les morts ne lui faisaient pas peur. Compréhensible, ça allait sans dire. En tous les cas, elle confirmait ce que lui avaient déjà dit les prostituées qu’il avait vu quelques instants plus tôt. Le Comte passait bien dans cet établissement, pour d’autres choses que les plaisirs de la chaire…

Il allait d'ailleurs continuer dans ce sens, quand la demande de la femme le laissa légèrement perplexe et il ne put s'empêcher de lui faire face cette fois-ci, pour l'observer. Son regard était plongé dans le sien, pour ne pas descendre plus bas, la voyant lui tourner le dos, pour lui présenter l'objet du conflit.

- Je pense que c'est dans mes compétences. Lâcha-t-il sur un ton proche de la plaisanterie, avant de coincer son cigare entre ses lèvres. Oui, il pouvait bien faire cela, ce n'était pas contre ses principes.

L'homme ne put s'empêcher de poser un court instant son regard sur cette nuque offerte, sur ce haut de dos nu. Un appel au vice des plus clairs, rahh! Mais pourquoi devait-il toujours se trouver dans des situations pareilles? Ses mains attrapèrent les agrafes, effleurèrent la peau nue de la dame. Il le savait, que son souffle glissait lentement sur sa peau. Quelque chose dans ces gestes appelait à un certain érotisme, l'inspecteur se devait pourtant de garder les pieds sur terre ou le corset ne serait jamais fermé à temps. Son esprit se concentra alors seulement sur les mouvements qu'il avait à faire sans plus.

- Dites-moi, si ça vous sert trop... il ne souhaitait pas l'étouffer non plus.

Et pour garder un pied dans le concret, continua sur la lancée De Voisin, puisqu'elle était plus apte à en parler.

- Pourriez-vous reconnaître les hommes qu'il rencontrait ici? Ou me les décrire avec détails? Avez-vous une idée des affaires qu'il pouvait venir traiter dans votre établissement?

Ce n'était pas courant que des hommes se retrouvent dans un bordel pour y régler des affaires. Ce genre de personne, il les voyait plus facilement dans des clubs de gentleman, où ils étaient sûrs d'avoir une paix royale. Bon, c'était peut-être le cas ici aussi. Au risque pourtant, de croiser beaucoup plus d'indésirables... à moins que ces gens qu'il rencontrait, n'étaient pas des gentlemen ou des lords, qui avaient leurs entrées dans les clubs très fermés et select où il pouvait avoir l'habitude de se rendre... tiens... une idée à creuser. Encore une...

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Lun 24 Mai 2010 - 17:28

Mélusine pivota légèrement la tête sur la gauche tout en maintenant de sa main droite ses cheveux. Elle sentait les doigts chauds de l’inspecteur frôler son dos et son souffle sur la nuque. Il s’y prenait plutôt bien, à croire qu’il avait l’habitude de serrer ou desserrer les corsets. Il n’avait même pas l’air de trembler en faisant cela.

- Inspecteur, vous n’allez sans doute pas me croire, mais la Lassourin, je suis tombée sur elle totalement par hasard un soir. Je l’ai aborder, malgré sa mauvaise réputation, je savais qu’elle avait le don de savoir avorter les femmes. J’avais viré à l’époque deux de mes filles qui étaient tombées enceintes. Et j’avais de sérieux doute sur une troisième. Lorsque j’entendit qu’on l’appelait « sorcière », je compris immédiatement que c’était elle. A la voir, il n’y avait aucun doute. Ses tenues, son visage… Un petit frisson parcoura le corps de Mélusine lorsqu’elle se remémorait le regard ce soir là d’Amélia. C’est vrai qu’elle avait un petit côté maléfique dans ses yeux, quelque chose qui ne donnait pas envie de lui parler, de s’en méfier. Elle avait prit son courage à deux mains pour l’aborder, malgré qu’elle ne croyait pas en toutes les histoires dont on pouvait affubler l’étrange femme. Mais Mélusine se devait de trouver une solution pour tous ces enfants non désirés, elle ne pouvait pas continuer à virer à chaque fois ses filles.

Lorsque l’enquêteur eu fini d’attacher son corset elle se retourna face à lui en le remerciant, lui mettant sous les yeux son magnifique décolleté. Elle était sublime dans cette tenue. Il faut dire qu’elle plaisait plutôt bien à la gente masculine. C’était comme un paquet cadeau bien enveloppé dans un papier brillant. On s’extasiait alors devant l’emballage puis on est soudain très désireux d’ôter le ruban et de découvrir ce qu’il se cache à l’intérieur. Oui, c’était un peu l’effet voulu de ce vêtement.

Elle se tenait droite devant l’inspecteur, plongeant son regard dans le sien, très peu de centimètres séparaient leur deux corps. Il voulait en savoir plus sur De Voisin et de ses affaires ici même. Elle ne pouvait pas vraiment lui apporter beaucoup de précisions.

- Il venait ici avec quatre ou cinq hommes, des hommes plutôt élégant, je ne les avais jamais vu avant. Je pense qu’ils étaient nobles, mais ce n’est qu’une supposition. Du moins ils en avaient l’air. Je leur réservais une petite salle tranquille au premier étage, Monsieur De Voisin ne voulait pas être embêter par les filles. Il acceptait juste que je passe au début pour leur offrir une boisson et que je referme la porte ensuite en les laissant. Elle marqua une courte pause. Il y avait pourtant un homme qui aurait bien préféré plus que cela. A chaque fois que je me penchais pour lui donner le verre, ou que je passe un peu trop près de lui, il avait toujours une main baladeuse, me caressant discrètement une jambe, un bras ou ma poitrine. En même temps qu’elle prononçait ces derniers mots Mélusine eu le geste de refaire pareil sur Welton. Sa main caressa sensuellement alors le bras de l’enquêteur en la faisant glisser jusqu’à ses doigts qu’elle souleva et qu’elle posa sur son corsage, se serrant un peu plus contre l’homme, son regard hyptonisant toujours plongé dans le sien, sa bouche invitant à la dégustation semblant dire « ne résistez pas à la tentation Monsieur Welton ».

Il n’allait tout de même pas repartir sans goûter les délices de la maison…

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Lun 24 Mai 2010 - 23:42

Ce n'était pas non plus comme si c'était la première fois qu'il devait fermer un corset. Sa femme le lui avait demandé plus souvent qu'à l'accoutumée, quand elle essayait certaines de ses créations ou quand elle-même devait en mettre pour des occasions spéciales. Ca avait été un coup à prendre, mais il avait finit par l'avoir, et c'était comme le vélo, ça ne s'oubliait pas, malgré le temps passé. Tout à son affaire donc, il écouta encore une fois la femme lui répondre et un léger ricanement traversa ses lèvres, tandis qu'elle lui faisait la remarque qu'il ne la croirait pas sur sa rencontre avec la "sorcière". Ca pour sur, il n'y croyait pas une seule seconde, c'était vraiment le prendre pour un imbécile de lui sortir une histoire aussi abracadabrante, digne d'un conte à dormir debout.

- En effet, madame, je ne vous crois pas pour un sous. Mais c'est bien essayé de me mener en bateau ainsi. Le hasard, voilà bien une autre croyance auquel il ne donnait que très peu cas. Très peu de chose était due au hasard, car toutes choses étaient la conséquence d'un événement prévu par son protagoniste. Les deux femmes ne s'étaient sûrement pas tombées dessus, ainsi, au coin d'une rue, grâce à la chance.

Pour le reste de son histoire, par contre, il pouvait penser qu'elle n'était pas si loin de la vérité. En tous les cas, en ce qui concernait les pauvres filles qui s'étaient retrouvées à la rue alors qu'elles faisaient leur boulot et le fait que la patronne cherchait un moyen d'éviter de le faire à chaque fois que ce genre d'"accident" arrivaient, de foutre dehors ces pauvres âmes qui quelque part... n'y étaient pas pour grand chose. Il fallait bien satisfaire le client.

- Je ne doute pas qu'elle tente de garder une certaine image de sa personne pour stimuler l'imaginaire des gens qu'elle croise. Pourtant, il me faudrait son adresse, ou un moyen de la contacter, je suis sûr que vous en avez un. Au pire, donnez-moi cette date fixe que vous avez pour vous voir, je vous accompagnerai la prochaine fois. Et ça, pas sûr que ça plaise à la dame. Richard pensait qu'elle préférait sûrement aller rencontrer Lassourin, sans la police à ses côtés. Une bonne occasion de lui donner son adresse maintenant. Hey oui, c'était ainsi, elle cherchait à ce qu'il la pousse dans ses retranchements, sans préavis. Et il ne se gênait pas non plus pour le faire.

Son occupation terminée, l'homme s'était reculé de quelque pas, pour laisser à nouveau, entre eux, une distance de sécurité. Ses doigts venant s'accaparer le cigare, pour le laisser fumer à nouveau en toute liberté, tandis que Duval lui faisait face, un "je vous en prie" avait répondu à son remerciement et il faisait à nouveau son possible pour se concentrer sur le visage de son interlocutrice, plutôt qu'à ses atouts quelques centimètres plus bas et Dieu savait combien cela devenait difficile. Plus les minutes passaient dans cette pièce, plus la tentation prenait aisément ses quartiers. Elle coupait court, à nouveau, à cette marge qu'il tenait entre eux, pour se rapprocher de lui, tout en lui répondant.

L'enquêteur écoutait, notant mentalement ce qu'elle lui disait, même si ce n'était pas grand chose, c'était toujours cela de prit. Quatre à cinq hommes... des affaires importantes donc. Elle confirmait aussi le fait qu'ils ne souhaitaient être en aucun cas tenté par la chaire, parfait. Qu'un soit plus intéressé que les autres, le fit dresser l'oreille, mais avant même qu'il ne puisse émettre un son, il sentit la caresse sur son bras, qui lui fit froncer légèrement les sourcils, à quoi est-ce qu'elle jouait? Sa main posée sur son corsage, ce corps si proche du sien, qu'il sentait la poitrine contre son torse, le fit quelque peu frissonner d'anticipation. Elle aussi savait le pousser dans ses retranchements! Un rendu pour un donné... une belle application de la loi du Talion.

Welton se perdit un instant dans ce regard si pétillant, perdant totalement le fil de ses pensées, le parfum envoutant... sans y réfléchir son visage faisait déjà le mouvement pour combler l'espace entre leurs lèvres, oui, elles donnaient réellement envie d'y goûter. Elle aussi devait être un peu sorcière, pour réussir à l'envouter ainsi, lui en donner réellement envie. Mais avant qu'il ne les touche et ne se perde réellement, une étincelle de raison s'alluma à nouveau dans son esprit.

*Bordel à quoi tu joues Rick!? Reprends-toi! C’n’est pas le moment de perdre le Nord! Tu travailles!*

Se reculant alors d'un bon pas, il se reprit tant bien que mal, une main sur la nuque, observant cette femme qui lui faisait un peu perdre la tête quand même. Instinctivement, il se dirigea vers la méridienne, s'empara de son carnet de note et de son stylo, tout en chassant de son être toute ce désir, se focalisant sur son but et uniquement sur cela. Sa main griffonnant alors avec rapidité tout ce qu'il avait emmagasiné jusque là. Ce n'était pas le moment de tout oublier.

- Je... cet homme qui semblait s'intéresser à vous, pourriez-vous le reconnaître?

Incorrigible.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mar 25 Mai 2010 - 0:42


Elle le tenait. Il semblait perdre le contrôle peu à peu que les visages se rapprochaient. Au Diable la Lassourin et le mort après tout, toutes ces questions avaient trop duré. Il était temps de passer à d’autres choses plus… physiques. Elle savait qu’elle l’envoûtait, il ne pouvait pas résister à son charme, même avec son geste soudain de recule. Il essayait de se contrôler et de ne penser qu’à son travail. Mais c’était trop tard, elle savait tout à fait qu’il la désirait. Mélusine le regarda prendre son stylo et griffonner un peu nerveusement son carnet. Encore des questions, elle soupira longuement.


- Monsieur Welton, il est l’heure que je retourne au travail. Je vous ai dit ce que je savais.


Elle fit quelques pas jusqu’à son lit, dégageant un voilage de la main et se retournant sur l’inspecteur. Elle le regarda langoureusement en descendant sa main le long de sa nuque, se mordillant la lèvre inférieure.


- A moins que… Elle fit un sourire coquin. Peut être que si vous me donniez un peu de travail ce soir, je serais apte à répondre à la suite de vos questions sur l’oreiller. J’aurais moins l’impression de perdre mon temps.


Après tout, autant en profiter. Deux corps ne demandaient qu’à fusionner dans cette pièce, et cela faisait quand même un moment qu’il la questionnait. Elle tentait le tout pour le tout. Soit il envisageait la première possibilité de passer entre ses cuisses, soit il la laissait partir voir ses clients et reviendrait plus tard pour le reste des informations. Dans les deux cas, elle l’aurait.


Elle s’asseya sur le lit, ne le quittant pas des yeux. Il payait bien pour avoir des noms, pourquoi ne passerait-il pas sur son matelas pour en savoir plus sur l‘affaire De Voisin ?

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mar 25 Mai 2010 - 1:28

Est-ce que par hasard, notre inspecteur ennuyait son témoin avec toutes ses questions? Aucun doute, vu le soupire qu'elle venait de lâcher, alors qu'il avait reprit le court de sa réflexion. Mais c'était mieux ainsi, mieux pour lui en tous les cas. Il engueulait bien assez son incapable d'assistant quand il apprenait que monsieur faisait des galipettes avec les témoins/suspects pour obtenir des renseignements, pour ne pas tomber dans les mêmes bassesses! Même avec une reine de luxure comme il avait face à lui. Bon... s'il la payait peut... non, non! Interdiction d'y penser! Ca ne se faisait pas, point barre! Elle devait travailler, Richard fit une petite moue, presque embêté pour elle.

- Tant que je n'aurais pas toutes les réponses à mes interrogations, je crains qu'il ne faille encore un peu que vos clients attendent pour profiter de vos talents, Madame Duval.


C'est qu'il était tenace le bougre, hey oui... pas de chance pour elle. Mais quand Welton était sur une affaire, il ne lâchait pas le morceau, tant qu’il n’aurait pas obtenu ce pourquoi il était venu. Ce n’était d’ailleurs pas de sa faute si cette femme montrait autant de mauvaise volonté à lui donner ce peu d’information qu’il réclamait quand même ! Comment ça, mauvaise foi ?

Cette dame ne manquait pas de ressource et ne se laissait pas démonter aussi rapidement, une femme d’expérience, comme il les aimait, en fait. Voilà, d’ailleurs, qu'elle trouvait la parade, qu'elle le coinçait comme une pro et il resta silencieux quelques instants, tout en considérant les propos qu'elle venait de lui tenir. Comment devait-il les prendre? Pourquoi se sentait-il prit entre deux feux à ce point? Ce n'était pas compliqué de dire non. Pourtant, en cet instant, il avait un mal de chien à le faire. Il aurait préférait que ce ne soit pas dans le cadre de son enquête.

Voilà que c'était à son tour de soupirer quelque peu... un arrangement, il se devait de le trouver. Ainsi donc, c’était là le prix qu'elle lui demandait, glisser dans ses draps, pour des réponses. Ca pouvait paraître honnête, c'était pourtant contre son étique de travail. Et puis, comment pourrait-il se permettre ensuite de faire la morale à Andrew, si même lui ne suivait pas ses principes ? Impossible ! Il ne pouvait pas se le permettre, pas si facilement.

Richard avait un honneur et il craignait la culpabilité qui risquait bien de le prendre s'il cédait à des avances pareilles. Ecrasant alors le cigare dans le cendrier, il observa son interlocutrice assise sur le lit, tout en réfléchissant aux meilleures possibilités qui lui étaient offertes et il ne pouvait pas le nier, il en avait très peu.

- Combien?
Pour une passe, mais ça, pas besoin de le dire à haute voix. Répondez à mes questions madame et j'oublierais ensuite que je suis en service, pour profiter des vôtres et vous payez le double, afin de compenser le temps que je vous fais perdre avec mon interrogatoire. Ca lui paraissait honnête et faisable comme deal.

Ainsi, il ne mélangeait pas travail et plaisir et tout serait sauf. Enfin... si elle l'acceptait ainsi.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mar 25 Mai 2010 - 2:30


Il avait opté pour la première solution apparemment. Elle en était un peu étonnée d’ailleurs. Lui payer le double ? Elle se redressa tout sourire et s’approcha de lui pour lui glisser son prix à l‘oreille, ne manquant pas d‘effleurer son bras de ses doigts pour bien l‘inciter à la tentation. Certes, c’était bien plus cher que les autres filles de la maison. Normal, c’était la patronne tout de même, et elle valait bien ce prix là. Elle se retourna sur le petit guéridon et prit le verre de l‘enquêteur.


- Laissez-moi vous resservir un verre, Inspecteur. Cela lui laissait le temps de digérer peut être le prix qu’elle venait de lui annoncer. Elle coûtait cher, ce qui lui permettait d’avoir dans ses draps des gens plutôt haut placés. Le luxe dans ce Palais de la luxure. Elle se déplaça jusqu’à la table de l’angle et débouchonna la bouteille de vin pour verser le liquide dans le verre tout en reprenant le fil de ses réponses.


- L’homme accompagnant Monsieur De Voisin, je pourrais parfaitement le reconnaître s’il venait par ici. Il n’a aucune particularité physique, grand, brun, je dirais qu’il a dans la quarantaine. Il n’est pas vraiment beau mais à un petit charme tout de même mais un regard assez… vicieux.


Mélusine se doutait bien que c’était le genre de description tout à fait inutile. Les clients de son établissement pourraient parfaitement tous répondre à ces critères. Pourtant l’homme même s’il était d’un physique banal l’avait tout de même marqué par ses gestes un peu déplacés.


Elle revint à nouveau près de Welton lui tendant le verre lorsque quelqu’un frappa à la porte. Elle releva la tête en regardant la porte.


- Entrez.


A ce moment là, la porte s’ouvrit et la tête d’une jeune fille blonde assez jeune apparue. Elle s’excusa poliment de déranger et regarda l’inspecteur en lui souriant un peu confuse.


- Madame, Monsieur Jacques vous attend en bas, que dois-je lui dire ?


Mélusine fit une petite grimace. Ce Monsieur Jacques était l’un de ses clients principaux qui payait assez cher ses services. Si Welton refusait son offre, elle aurait perdu décidément beaucoup aujourd’hui. Elle lança un petit regard interrogatif à l’inspecteur avant de répondre à la jeune fille.

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mar 25 Mai 2010 - 21:09

Surprise? Pourquoi, il était toujours prêt à trouver un arrangement, quand ça pouvait aider tout le monde. Surtout quand ça l'aidait lui, c'était une évidence, enfin bon. Il la regarda s'approcher et écouta alors ce qu'elle lui murmura à l'oreille, sentant parfaitement ses doigts glisser le long de son bras, dans un appel au vice… décidément.

Richard resta interdit alors qu’il apprenait le prix pour un moment de plaisir en compagnie de Duval. Certes, c'était la patronne mais... et lui qui avait parlé de lui en payer le double! Il voyait mal comment y arriver, car il n'avait pas, et de loin, autant d'argent sur lui pour commencer. Et malgré son statut de Grand, il ne roulait vraiment pas sur l'or. Donnant, en général, une grande partie de ses revenus à son ex-femme, afin de l'aider à élever correctement et au mieux leur fille. Ce qu'il gardait pour lui, lui permettait de payer le loyer de l'appartement qu'il avait toujours en fille, de quoi vivre, sans oublier, bien entendu, les petits extras qu'il utilisait pour son whisky et ses chasses au dragon.

Ses yeux suivaient sans jamais se détourner, la femme se mouvoir dans son espace, lui proposant à nouveau un verre de vin, qu'il accepta plutôt par habitude qu'ayant vraiment écouté la question. Sa main vint se frotter contre sa joue, glissant sur ses lèvres et se demandant si c'était réellement le bon choix qu'il prenait.

- Vous faites crédit?

Question imbécile, c'était certains que non, mais il préférait demander quand même. Sait-on jamais. En tous les cas, il pouvait bien rapidement se rendre compte que son deal semblait quand même bien plaire à la gérante de la maison close, puisque sa langue se déliait pour lui parler plus en détail de ce "gentleman" qui accompagnait De Voisin lors de ses réunions entre ces murs. Un pervers, à n'en pas doute, ce qui n'étonna que très peu l'inspecteur. Pourtant, les détails qu'elle lui donna ne pourraient pas l'aider réellement, il soupira légèrement, tout en griffonnant encore une fois quelques notes sur le calepin.

- S'il revient entre vos murs, j'aurais besoin que vous me préveniez, Madame Duval. Ou en tous les cas, que vous preniez son nom, que je puisse aller le voir, pour lui poser, à lui aussi, quelques questions. Lâcha-t-il d'un ton calme, tout en tendant un bout de carton à la dame. Ma carte. Le téléphone était installé là où il travaillait, il y aurait toujours quelqu'un pour le prévenir qu'on avait cherché à le joindre.

Une jeune femme les interrompit dans leur discussion, alors qu'il prenait le verre tout en la remerciant, faisant comprendre qu'un client s'impatientait à l'étage. Voilà peut-être un moyen de s'en sortir avec le moins de casse possible. Terminant alors son verre d'une traite, sa main se baissa ensuite pour ramasser son manteau, ranger son calepin et son stylo, habit qu'il enfila prestement tout en sortant une bourse de l'une de ses poches.

- Que Madame sera à lui dans quelques instants.
Portant son regard sur la gérante, il sortit alors quelques écus, représentant le prix qu'elle lui avait donné et les posa sur le guéridon face à elle, un petit sourire aux lèvres.

- Pour votre peine, Madame. Que vous n'ayez pas eu l'impression de perdre votre temps.

Comme cela, il suivait quand même une part du marché, sans le côté plaisant de la chose, mais il n'avait vraiment pas l'argent pour cela et aucun doute que Monsieur Jacques avait de quoi payer, lui. Pas de doute non plus, que Welton le connaissait. Il serait presque amusé de le croiser dans l'escalier, juste pour le mettre un peu mal à l'aise. C'était toujours plaisant de faire que ces nobles se sentent dans leurs petits souliers un instant.

La bourse retourna alors aussi rapidement qu'elle était apparue dans la poche de son possesseur, Rick' posa son chapeau sur sa tête dans un geste d'habitude et faisant face à Duval, il abaissa légèrement la tête, tenant à deux doigts, le bout de son chapeau pour la saluer élégamment, ce n'était pas son style, le baisemain.

- Madame Duval. Encore merci pour votre coopération et le vin, je m'en souviendrais. Bonne soirée.

Et l'homme tourna les talons sans demander son reste, au final, il avait eu quelques réponses et même s'il n'avait toujours pas l'adresse de la Lassourin, il la trouverait par d'autres moyens. S'il avait été si insistant c'était pour gagner un peu de temps, mais qu'importe. Il n'était pas encore sortit de la chambre, alors si elle voulait l'arrêter, c'était bien le dernier moment pour cela.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mar 25 Mai 2010 - 22:38


Mélusine regarda la petite carte avec le numéro de téléphone inscrit dessus puis leva les yeux étonnamment sur l’enquêteur lorsqu’il prit ses affaires, répondant à la jeune fille. Il payait mais ne consommait pas. C’était bien dommage pour lui mais elle ne pouvait se résoudre à le laisser filer ainsi sans qu’il ne goûte la « drogue » maison et qu’il ne soit totalement addict. Et puis elle était sûre d’avoir elle aussi plus de plaisir qu’avec Jacques, il avait beau la payer cher, il était gras et se mouvait comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.


En même temps elle n’avait plus à se justifier sur l’adresse de la Lassourin. Ce qui n’était pas plus mal. Mais le laisser fuir ainsi l’insupportait. Il fallait qu’elle connaisse le goût et l’odeur de sa peau. Elle se sentait un peu comme un enfant auquel on venait de lui ôter son jouet. Ce petit temps passé en compagnie de l’inspecteur avait fait monté en elle une envie d’en connaître plus. Il est vrai qu’il avait un côté très attirant, elle ne l’avait pas charmé pour rien. Puisqu’elle pouvait choisir ses clients, c’était lui qu’elle avait choisi, et pas un autre.


Elle vit les pièces que lui laissait Welton puis elle se retourna aussitôt sur la jeune demoiselle.

- Claire, présentez lui une autre fille pour ce soir. Elle avait dit sûrement cette phrase sur un coup de tête, mais qu’importe, Jacques comprendrait sûrement qu’elle était occupée, et puis de toute façon il reviendrait, comme d’habitude, alors que pour Welton ce ne serait certainement pas le cas.


- Bien Madame. La jeune fille inclina la tête et referma aussitôt la porte derrière elle.


Welton la remerciait et tournait les talons. Non, il ne pouvait pas partir, il fallait qu’elle essaye une dernière fois. C’était sans doute déjà trop tard mais elle n’allait tout de même pas lui sauter dessus comme une furie pendant qu’il la questionnait ! C’était peut être ce qu’il espérait au fond après tout…


- Monsieur Welton, attendez !


Mélusine fit quelques pas plus rapides alors qu’il allait quitter sa chambre et elle se posa entre lui et la porte en le regardant de ses yeux verts, pénétrant les siens comme si elle allait l’hypnotiser. Elle fit un pas et se serra doucement contre lui, en caressant son bras de sa main droite.


- Je… tenais à vous remercier. A le remercier à sa façon bien évidemment. Elle porta sa bouche plus près de la sienne, ses lèvres pulpeuses de demandait qu’à se poser sur celles de l’inspecteur. Son corps chaud se resserrait contre le sien. Vu qu’il avait fini ses questions, on pouvait considérer qu’il était en pause, alors pourquoi ne céderait-il pas cette fois-ci ? Monsieur Welton laissez-vous aller que diable…


Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mer 26 Mai 2010 - 0:23

En bon inspecteur, à l'œil acéré, il n'avait pas manqué une seule seconde l'air perplexe de Duval, tandis qu'il commençait à mettre les voiles. Croyait-elle qu'il avait fini par céder à la tentation? Apparemment pas et il le lui prouvait ainsi. Ce n'était pas qu'il n'en avait pas envie, c'était surtout qu'il n'en avait pas les moyens et il était en service. Encore et toujours, même si pour le coup, il en avait fini avec elle. Il se privait, assurément, comme souvent, en fait.

Mais alors qu'il avait déjà donné une réponse à la jeune femme, voilà que la patronne donnait un contre ordre. Qui ne manqua pas de l'intriguer quelque peu, à quoi jouait-elle? Il comprit bien rapidement, alors qu'elle faisait entrave de son corps entre la sortie et lui, qu'elle ne souhaitait décidément pas le voir partir aussi rapidement. Elle lui demandait même qu'il attendre, pourquoi faire? Il ne souhaitait pas s'imposer, c'était elle, après tout, qui lui avait fait comprendre que s'il n'avait plus de questions et aucune attention de consommer, qu'il devait foutre le camp. Voilà qu'elle changeait d'avis. Est-ce que lui aussi, avait insufflé quelques désirs chez la dame? Possible, à voir son regard, il en doutait peu, pour être honnête.

De quoi gonflé quelque peu son orgueil de mâle, en manque d'attention à ce niveau, mais était-ce assez pour qu'il se laisse complètement aller? Etait-ce recommandé? En avait-il réellement le droit? Il n'en était pas sûr... sur ce genre de point, il n'était jamais sur de rien. Et c'était insupportable, surtout pour ses partenaires. Son regard était accroché à celui de son interlocutrice, il recula instinctivement d'un pas quand elle s'approcha au plus proche de lui, pourtant, il la laissa faire, la laissant le touche, se coller à lui, il en frissonna à nouveau.

Cela faisait quelques temps qu'il n'avait pas pratiquer la chose, qu'il n'avait pas eu de réel contact avec ses semblables, que les bras d'une femme ne l'avaient pas accueillis... peut-être pouvait-il se laisser partir pour une petite heure, rien que cela. Avec l'une des reines de luxure de la ville... ce n'était pas rien tout de même. Il devait bien avouer qu’elle lui plaisait en plus de cela. Et tandis que ses pensées fourmillaient dans sa tête, elle parla à nouveau, l'envoutant de sa voix si suave et chaude. Le... remercier? Un petit rire traversa alors ses lèvres.

- Me remercier de quoi? D'avoir user de votre temps à ma guise? Alors qu'un sourire en coin se faisait lentement. Oui, ça l'amusait un peu, ou alors tentait-il l'humour pour ne pas succomber... tandis que la poitrine de sa peut-être future maîtresse se collait sans plus de pudeur contre son torse, lui faisant déjà bien sentir ses formes. Rah non mais c'était injuste! Comment pouvait-il résister à autant de tentation à la fois? Il était un pauvre homme...

Sa tête ne bougeait pas pour tenter d'éviter les lèvres de Duval, il les laissa se poser contre les siennes au final, qu'avait-il à perdre? Une main s'était portée au chapeau, pour le faire tomber au sol, l'autre, était venue se collée doucement à la joue de sa partenaire, pour accentuer le contact, répondant lentement à ce premier baiser, il déposait donc ainsi les armes, elle pourrait faire de lui ce qu'elle voudrait, pour une heure en tous les cas.

Même si quelque part, au fond de lui, il sentait comme une pointe de culpabilité prendre place, parce qu’il ne pouvait pas s’empêcher de penser à Judith, elle avait raison sur un point, c’était un salaud. Lui qui se battait depuis quelques années déjà pour lui prouver toute la fidélité qu’il avait eue pour elle pendant leur mariage, voilà qu’il n’arrivait même pas à dire non à cette femme là… comment avoir l’air sincère après ce genre de chose ?

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mer 26 Mai 2010 - 13:44


Il avait succombé pour son plus grand plaisir. Il avait pourtant bien résisté mais il se laissait avoir enfin dans la toile qu’avait tissé jusqu’ici Mélusine. Au jardin des délices, il goûtait le fruit du pêché. Le contact de sa main sur son visage, l’odeur de sa peau, ses lèvres si douces, ne fit qu’accélérer son envie. Elle se serra un peu plus fort contre lui, passant sa main sur sa nuque pour la faire glisser doucement le long de son dos.


Il lui faisait quand même effet, cet inspecteur. Elle pensa un instant à André, le seul homme qui avait vraiment compté dans sa vie, le seul pour qui elle aurait fait n’importe quoi. Jusqu’à le faire tuer pour qu’il n’en aime pas une autre qu’elle… Mais pourquoi pensait-elle soudainement à André ? C’était du passé, il ne fallait plus y penser. Jamais plus. Louise, son vrai prénom, était morte avec André. A présent son nouveau visage de fée du plaisir lui convenait parfaitement.


Elle s’était endurcie à Ambrosia, elle ne voulait plus d’amour, simplement les plaisirs charnels, l’argent et rien d’autre. Malgré tout, Welton lui faisait quand même penser à André. Il ne se ressemblait pourtant pas physiquement, mais l’inspecteur avait la même allure, la même élégance qu’André. Et une petite lueur indescriptible dans le regard. Un frisson lui parcoura le corps.


Lentement, ses mains venaient déboutonner le col de la chemise de l’inspecteur, les lèvres toujours appuyées contre les siennes. La chaleur de la pièce s’était accentuée, où bien ce n’était que ces deux corps serrés qui faisaient émaner cette sensation. Elle aurait pu se comporter comme une sauvageonne, cela lui arrivait souvent avec ses clients, ils aimaient la fougue, l’envie pressante, les vêtements qui s’enlèvent rapidement et parfois même la violence. Mais avec Welton, elle sentait qu’il préférait la douceur, il semblait de nature plutôt calme, posé, réfléchi. Un à un les boutons s’écartèrent de leur petite fenêtre de tissu, la main de Mélusine passa doucement à l’intérieur, effleurant sa peau d’abord puis caressant son torse sensuellement tandis que l’autre main glissait dans les cheveux de l’homme.


C’est qu’il devait quand même bien s’entretenir ce Monsieur Welton. Qui aurait pu imaginer qu’il était ainsi bâti sous ses vêtements ? Oh bien sûr, il n’était pas non plus un de ces hommes costauds que l’on voit près des célébrités, mais il devait sûrement faire un peu attention à son apparence et peut être faire un peu de sport.


A n’en point douter, Mélusine savait qu’elle allait passer un agréable moment en sa compagnie dans ses draps de soie et déjà elle commençait à le pousser doucement en direction de son lit…

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mer 26 Mai 2010 - 15:18

Richard ne pouvait nier que le contact de cette femme contre lui, de la main qui glissait sur sa nuque, dans son dos lui était plus qu'agréable, faisant gentiment montée la température de son corps de quelques degrés. Il appréciait, il se laissait aller, C'était le seul moyen pour que son esprit ne se remette pas trop rapidement en marche, au risque de frustrer les deux partis en présence, car s'il se reprenait maintenant, il filerait sans demander son reste. S'il commençait à faire chaud, c'était aussi vu son habillement, ses deux mains allèrent donc virer son manteau et son veston, faisant apparaître son holster qui tenait son Smith&Wesson contre son flanc gauche, tandis qu'il sentait les doigts de sa partenaire défaire petit à petit les boutons de sa chemise, alors que le baiser ne s'arrêtait pas, il l'approfondit d'ailleurs légèrement, laissant ses mains glissaient doucement sur le corps de Duval, découvrant lentement ses courbes encore protégées des différentes couches d'habits.

Un nouveau frisson le prit en sentant la fraîcheur de la main de la femme sur son torse, la caresse l'électrisa en un instant, celle qui se perdait dans ses cheveux lui faisait un bien fou. Comme chez beaucoup de ces messieurs, c'était une zone totalement érogène chez lui, un truc qu'il avait toujours aimé. Jamais il n'avait pu refuser quelque chose à son ex-femme quand celle-ci commençait à lui passer une main dans le cuir chevelue, rien que part jeu. Il avait pu en ronronner de bonheur, agissant comme un vrai félin qui apprécie, on ne peut plus, ce genre de caresse. Mais ça n'irait sûrement pas aussi loin ici, car avec Judith il y avait des sentiments à prendre en compte, qui n'étaient assurément pas présent entre les deux adultes. La patronne n'avait que du plaisir à donner, chose qu'il savait pertinemment et l'enquêteur ne voulait prendre que cela, l'attachement n'était plus à son goût, ayant bien compris qu'il faisait de toutes les façons souffrir celles qui passaient dans sa vie.

Ses doigts, après avoir glissés dans ses cheveux, à la base du crâne, se fermèrent sur les attaches du corset, alors qu'il les avait fermés quelques instants plutôt, voilà qu'il les défaisait avec tout autant de doigté. Il n'enleva pas tout, laissant le plaisir de terminer à la femme, surtout qu'il sentait qu'elle le poussait en direction du meuble central de la pièce. Son lit. L'arrière de ses genoux finit d'ailleurs par toucher le bord du matelas, le faisant s'asseoir dessus. La tête légèrement relevé pour la regarder alors qu'elle le toisait de toute sa hauteur, il alla décrocher les boutons du holster, pour l'enlever, déposant l'âme au pied du lit, en sécurité, afin d'être un peu plus libre de ses mouvements. Ses mains vinrent ensuite se poser sur les hanches de Mélusine, pour l'attirer sur ses genoux, ses lèvres partirent alors à la découverte de sa peau, déposant des baisers dans son cou avec délicatesse. Un goût délicieux, fruité... de quoi rendre accro le plus pieux des hommes!

Rick' montrait ainsi qu'il n'était pas pressé et que surtout, il la laissait dominer l'échange, en tous les cas, pour le moment, après tout, c'était elle la professionnelle qui savait ce qu'il fallait faire pour satisfaire le client, non? Il lui faisait confiance pour cela et il aimait parfois lâcher les rênes et se laisser faire, se laisser diriger, c'était ça l'avantage de ce genre de sport, les rôles pouvaient être échangés sans problème. Le but étant le plaisir pur.

Il ne fallait pourtant pas douter d'une chose, il se ferait un devoir de lui rendre tout ce qu'elle lui ferait, car il ne devait pas être le seul à apprécier cet échange quand même. Un gentleman jusqu'au bout, le Sieur Welton au final.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard) Mer 26 Mai 2010 - 21:38


La nuit était tombée sur Ambrosia. Des rires se faisaient entendre à l’entrée de la maison close. On pouvait apercevoir sous une faible lumière les ombres de jeunes filles danser derrière les rideaux, qui ne manquaient pas d‘interpeller certains passants, tandis qu’au deuxième étage, derrière la porte de la chambre de la patronne, les battements de coeurs commençaient à s’accélérer.


Mélusine caressait de ses lèvres le cou de l’inspecteur, en faisant ensuite doucement glisser sa chemise à terre alors qu’elle le poussait vers le lit. La bouche de la femme avait d’ailleurs perdu sa couleur de rouge pour paraître plus naturelle, alors que celle de Welton avait légèrement rosi, tout comme la trace laissée sur le col de sa chemise involontairement…


Elle contempla sa musculature lorsque Welton tomba assis sur le lit. L’éclat vert des yeux de Mélusine s’était fait plus vif, plus pétillant. Un fort bel homme avec un charisme qui ne laissait vraiment pas indifférente. Ses mains ôtèrent le reste des attaches du corset le faisant tomber au sol, dévoilant sa poitrine ferme, sa peau blanche qui ne présentait pas le moindre défaut. Elle se mit à cheval sur l’inspecteur tout en enlevant les épingles de ses cheveux, les faisant voler à travers la pièce, tandis que ses chaussures quittaient leurs pieds. Elle bascula sa tête en arrière tout en se cambrant sous les baisers de l’homme. Sa chevelure glissa le long de son dos, lui donnant un air moins stricte et plus glamour. Elle était magnifique, représentant la femme dans toute sa splendeur. On pouvait alors comprendre pourquoi elle était chère.


Ses mains venaient à nouveau caresser l’enquêteur, ses cheveux, son cou, son torse, le tout avec des gestes sensuels et d’une grande douceur. Elle avait beau avoir un prénom féerique, elle n’en restait pas moins succube. La séduction était son alliée et elle l’avait démontré tout le long de l’entretien à Welton. Se montrant un peu plus féline, elle poussa du bout des doigts l’enquêteur sur le matelas.


Les draps rouges étaient propres et sentaient un doux parfum de lavande. Mélusine mettait un point d’honneur à ce que la maison soit toujours impeccable. Ce n’était pas parce que c’était un lupanar qu’il fallait qu’il soit en bordel… Elle était un peu maniaque oui, surtout dans sa chambre. Les traces blanchâtres dues aux feux d’artifices sur ses draps devaient absolument disparaître. Toutes les filles de la maison avaient aussi leur corvées à faire et tout le monde y mettait du sien sans ronchonner.


Elle était sur lui, le dévorant du regard puis l’embrassant langoureusement, ses doigts glissèrent vers son pantalon en commençant défaire la ceinture, puis, toujours avec des gestes précis, le bouton de celui-ci. L’excitation se montrait toujours plus intense. Elle avait soif de connaître dans le moindre détail la chair de l’inspecteur, de sentir ses bras autour d’elle et les deux corps ne former plus qu’un…


Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: [Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard)


Contenu sponsorisé




 

[Terminé] Le mystère de la chambre rouge... (Richard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Règles et contexte :: Exemple de rp-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact