Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Yu-Jin Seo || The storm || 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Lun 13 Aoû 2012 - 7:04

Seo Yu-Jin

Nom : Seo.
Prénom : Yu-Jin. L’ordre n’a pas tellement d’importance, maintenant, je ne me froisse plus parce que l’ont utile Seo comme plutôt que Yu-Jin. L’erreur est humaine et fort commune.
Surnoms : Kim ou Oscar. Parce que les gens ont du mal à prononcer mon prénom pourtant si simple à mes yeux, ils me rebaptisent. Je me suis donc approprié ces prénoms de remplacements. Ils sont insipides... Et banal. Je suis Oscar. Je suis Kim.
Petit chat.
Petit moineau.

Âge : 18 ans.
Sexualité : Officiellement : Hétérosexuel. Officieusement : Homosexuel... La confusion d’un âge et d’un homme.
Métier : Chanteur. Principalement d’opéra. Étant héritier, je n’ai jamais eu à me priver de faire ce dont j’avais envie. L’art, le chant, fut mon premier amour, le seul constant de ma vie, d’ailleurs. Mais pour l’instant, hors de mon pays et de ma ville, je ne pratique aucun métier...

Groupe : Esclave de James O’Connor
Rang Désiré : L’insoumis. L’incorrigible.

Caractère : Il ne fut jamais dit qu’il serait facile de contrôler ce jeune garçon. Les promesses qu’il fait ne sont jamais que des mots et seule son envie guide ses pas. Il est insoumis et pour en faire son jouet, il faudrait temps, torture et punition pour calmer son impétueuse nature. Sauvage et incontrôlable, il ne fait pourtant jamais plus de bruit que le son de ses pas sur le sol.
Yu-Jin est un garçon discret, qui ne ressort jamais du lot autrement que pour sa beauté et son air légèrement décalé. C’est un petit indocile aux mauvaises habitudes récalcitrantes, préférant dormir le jour, fumer et passer du temps en dehors des murs de sa chambre plutôt que de se faire remarquer ou d’obéir.
Il n’est jamais à l’heure... ou plutôt toujours à la bonne heure, la sienne. Son âme brûle d’un feu léger et silencieux, réchauffant la passion qui anime ses gestes et ses impulsions. Il réfléchit peu. Laissant son cœur guider ses mouvements et la direction de son destin. Parce que non, étrangement avant-gardiste, il ne croit pas que chaque homme soit doté d’un chemin prédéfinis. Certaines lignes de conduites, le sont, oui, mais la vie d’un homme reste à faire et il n’y a que l’homme concerné qui puisse la faire, la vivre et la créer. Aussi, même s'il connaît les lois elles ne semblent pas l’affecter d’avantage que nécessaire. Les conséquences ne l’effraient pas, il les assume et les accepte lorsqu’il est puni des problèmes qu’il créer et attire constamment. Heureusement, sa bonne étoile l’a doté d’une chance et d’une discrétion qui lui sont profitable, l’aimant à problème qu’est Yu-Jin réussit donc somme toute à s’en sortir sans dommage, la majorité du temps. Du moins, en tant qu’héritier...

Yu-Jin ne réalise pas toujours le mal que ses gestes posent, la majorité du temps, il agit par intérêt, par envie et par satisfaction personnelle, ce qui l’emmène à utiliser certaine personne à son propre avantage et les manipule sans le vouloir, les séduisant et les entrainant dans ses filets...
Il est impatient et certes expressif, un peu colérique, mais il n’en vient jamais ou alors rarement aux mains et s’il insulte quelqu’un se sera plutôt par son attitude un peu désinvolte et froide que par des mots cinglants, les insultes n’étant pas son arme préférée puisse que le manque de respect l’insupporte... Mais tenter de le soumettre, revient à réveiller le lion qui dort et les mots agressifs fusent...

Yu-Jin est pourtant sensible, ce qu’il n’aime pas, évidemment, associant les larmes et les épendanges émotifs à un signe de faiblesse. Il traduit ses faiblesses, ses moments de tristesse en colère qu’il a d’avantage de mal à gérer. 
Tant qu’à sa sexualité... Disons que Yu-Jin n’a encore jamais sauter le pas, le contact physique des autres l’horripilant plus qu’autre chose... Yu-Jin se rapproche d’avantage d’un homme agressif plutôt que d’un tendre au cœur mielleux... Et lorsque les choses ne vont pas comme il le voudrait, il boude.

Il ne fait pas confiance aux gens, de nature méfiante, il préfère rester seul que de se mêler aux autres, la seule présence de quelqu’un par dessus son épaule, le faisant frémir et le rendant nerveux...

Physique :
Il sentant la petite goutelette d’eau glisser sur sa peau pâle digne de ses parents desquels il en avait hériter. La doueur de se grain lui était pourtant unique et particulière. Étrangement douce, d’avantage que celle des femmes qui prennent un peu trop soin d’elles. C’était d’ailleurs, ce qu’il préfèrait sur son corps, sa peau douce qui enveloppait son muscle légèrement musclé et son osature fine et légère... C’était un avantage et un désavantage à la fois, attirant les mains baladeuses qu’il détestait sur ses bras et les poignées de main qui se font trop longues parce que l’autre souhaite aussi caresser cette peau fragile tout comme c’était un avantage...
La gouttelette brillante glissait avec facilité sur la courbe de sa joue et sur l’arrête de sa fine machoire avant de glisser sur son cou et sa pomme d'Adam, à peine visible avant de s’accrocher à la chaine d’argent qu’il ne retirait finalement jamais, ceinturant son fin cou qu’on avait si souvent envie de serrer ne serait-ce que pour tenter de le soumettre ou pour son arrogance. Arrogance qui brillait jusqu’au fond de ses yeux poser sur son corps dans le miroir poli et nettoyer. Nu, il n’y avait aucun élément pour perturber son examen routinier.

Il n’avait jamais eut de poils faciaux, ni ailleurs sur son corps en dehors de ses cheveux. Imberbe, Yu-Jin s’en sentait parfois honteux, conscient que les hommes, prennent ce signe physique comme une forme de virilité et de masculinité. L’onctuosité de sa peau et cette absence de pilosité lui attirait les remarques des domestiques charger de sa toilette ce qui expliquait désormais leur absence. Yu-Jin les avait chasser, fatigué d’entre les plus vieilles lui dire qu’il avait une peau de vierge et les plus jeunes rigoler de jalousie.
Franchement. Comme si les poils n’aurait apporter que du bon dans sa vie.

Il soupira, chassant les pensées de ce seul complexe se reconcentrant sur son corps. L’eau avait fait coller ses cheveux bruns presque noirs sur son visage et sa nuque, laissant tomber des chatouillements sur sa peau et le cardillage de ses oreilles percées. Un caprice qu’il avait oser faire à l’âge de 12 ans et qu’il portait toujours. Deux perles blanches, matte et petite, tâché d’un point noir qu’il échangeait parfois pour de l’argent, le plus souvent. Un deuxième trou traversait son cartillage. Les mèches fraichement coupées et entretenues pourtant folles et rarement coiffées encadrait son visage stoïque et concentré sur les défauts.
Les marques, quelques cicatrices légères et quelques grains de beauté oubliée par la nature sur son épiderme.

Son regard était sévère, comme la majorité du temps, ses iris noires et bizarrement chaudes malgré l’absence de couleur. Cette tièdeur, comme un reflet de son tempéramment, ne s’évanouïrait jamais... Il passa les yeux sur ses lèvres charnues rougies par la chaleur de l’eau, douces lorsqu’il se concentrait trop, elles se pincaient, lui donnant un air de canard un peu en colère. Il soupira de nouveau, se tourna pour prendre une serviette blanche, qu’il passa sur son cou et son torse fin, mais musclé, puis sur ses épaules rondes et son ventre plat légèrement musclé avant de passer sur ses jambes longues et ses fesses fermes et remonta sur la courbe de son dos aussi haut qu’il puisse le permettre.

Il entoura ses hanches du morceau de tissus avant de se diriger vers sa chambre, risquant les regards de certain membres du personnels avant d’enfiler de s’essuyer une fois encore. Une gorgée d’eau glissant entre ses lèvres, Il posa la serviette simplement sur une chaise, brossa les mèches un instant et se glissa dans le lit confortable, s’enroulant dans ses draps en soupirant de nouveau, avant de fermer les yeux et de fermer la porte de la réalité...

Ses vêtements trainaient au pied du lit, un pantalon noir simple et une chemise blanche qu’il ne portait jamais selon l’étique, il n’aimait pas les cravates et autre, ni même les boutons, préférant en garder de nombreux détâché malgré qu’il porte le bolero tout aussi ouvert, rarement avec la veste approprier ou même les manches boutonnées. S'il le pouvait, il resterait torse nu constamment...

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Lun 13 Aoû 2012 - 7:09

Chapitre 1
1888

La jeunesse. Un moment qu’ils auraient dû partager entre deux sourires trop éphémères, filant au fils du temps, entre deux jouets d’enfants et de bois construit à même un peu d’amour naturel sortit de la forêt. Le temps de l’enfance qu’ils n’auraient jamais dû voir filer ensemble, trop occupé à profiter de ce qu’ils avaient en communs, à jouer avec leur apparence et à se baigné dans les rivières fraiches d’un pays qui serait tout simplement à eux. À l’un deux. Et là était tout le problème.
Ils auraient pu tout avoir. Ils auraient pu être simplement deux frères jumeaux, amusés par les rayons de soleil et les dessins tracés dans les nuages, couché dans l’herbe trop haute, mais non.
Non, parce qu’ils étaient jumeaux.

Deux petits garçons, identiques physiquement, une seule date de naissance et donc, aucun ainé. La succession se complique donc dès leur entré dans ce monde froid et cruel. Remplis de danger, et rapidement... de tragédie.
Mais, cela, ils l’ignorent, ils sont jeunes et malléables encore...
Sun et Yu-Jin.

Évidemment, si ils sont jumeaux, leurs tempéraments différent grandement. Sun était plus doux, plus subtile dans ses démarches, plus manipulateur et si la peinture et le dessin étaient sa muse, sa maîtresse, mais sa motivation ne changerait jamais. Gouverner. Il sentait en lui ce besoin, cette nature dominatrice, cette tendance à vouloir gouverner coûte que coûte, laissant son frère payer pour ses mauvais coups, conscient de l’importance de bien paraître. Une rivalité... Qui durera toute leurs vies.
La solidarité entre frère était ici qu’un simple mot, il ne s’appliquait jamais en terme de gestes et encore moins de valeur...
Yu-Jin était à l’opposer de son frère ; brûlant d’un feu interne. Chaque jeu, chaque tâche qu’il entreprenait était toujours bien faites et il ne pleurait jamais. S'il ratait son coup, l’enfant s’énervait des moqueries de son frère et s’en suivait les bagarres devenues traditionnelles et habituelles au sein de la famille.

L’élite contre l’élite, petit à petit, chaque jeu devenait une partie d’échec. Le premier des deux rois à tomber, serait le perdant. Et Sun avait toujours une longueur d’avance sur Yu-Jin. Il n’avait aucun scrupule, tous les coups était permis et même leur apparence tellement semblable devenait une arme efficace...

« C'est MOI le roi ! »
Les roches et monticules de terres semblaient être de véritable montagne à leurs yeux jeunes et un peu trop insouciant. Sun avait pousser Yu-Jin toute la journée, l’empêchant de monter sur sa roche à coup de bateau et de pied pour le repousser en bas. Mais maintenant, Yu-Jin en avait plus que marre. Déterminé à grimper et prendre possession du monticule, il s’accrochait alors que Sun poussait sur ses épaules, tentant de briser sa prise sur sa cheville. Le bruit de la petite rivière toute proche servait de fond sonore à une journée qui semblait pourtant avoir bien débuté. Les jeux ne s’étaient pas fait trop violent, pour une fois, l’œil droit de Yu-Jin encore marqué par le coup de poing que son frère lui avait assigné la veille alors qu’il avait remporter leur partie d’échec. La compétition entre eux laissant plus souvent qu’autrement place à une tension palpable et Sun avait ce tempérament trop imprévisible qu’on les mauvais perdant... Mais lorsqu’on se bat pour le trône, n’est-il pas raisonnable de ne pas accepter la défaite ?

Yu-Jin appuya ses genoux sur la pierre chauffer par le soleil, sa petite chemise blanche un peu salie par le sable et son petit boléro ajusté lui donnant un air un peu trop adulte comparativement à son frère qui avait même déchiré son pantalon sans le réaliser...

« Arrête ! Tu me fais mal ! »
« Pleurnichard ! Les rois ça ne chouine pas ! »
Le coup de grâce. Sun poussa plus fort sur son frère, qui ne lâcha pourtant pas prise, décidé à grimper. Il réussit, atteignant le sommet de la roche trop étroite pour les contenir tout les deux. Il fit même reculer Yu-Jin, à demi dans le vide... Il manqua de perdre pied et par simple réflexe, Sun attrapa son poignet, le regard brûlant de Yu-Jin, toujours en colère et déterminer à rester sur la roche eu raison de sa patience. Il le lâcha.

Il regarda son petit frère tomber à l’eau sans réaliser la profondeur et la force du courant de la rivière qui lui semblait soudainement beaucoup trop grande et puissante pour lui. Yu-Jin eut pourtant le bon réflexe, s’accrochant au sol alors que son frère sautait au bas de sa montagne de la victoire, qu’il avait désormais fait sienne... Il observa son frère, gémissant, trempé d’eau glacée et tout se passa trop rapidement. Sun usa de son pied, écrasant la tête de Yu-Jin sous l’eau, l’y maintenant jusqu’à ce qu’il lâche prise et ne laisse le courant le tirer, l’entrainer...
Tout les coups étaient permis, ils l’avaient appris de leur père.

Le soleil se glissait, sinueux sous l’horizon. C’est contusé et frigorifier, à cet endroit où la rivière s’élargie et que le courant se calme, qu’il avait réussit à s’extirper de l’eau, à bout de force d’avoir combattus, de s’être débattus comme il avait put pour vivre, survivre et ne pas laisser son frère l’emporter aussi facilement. Il ne connaissait pas la route... Aussi Yu-Jin était-il resté en place, rouler en petite boule dans l’herbe haute. Presque invisible.
Il se laissa greloter, bercer par le froid, toussant l’eau entrée au creux de son corps soupirant légèrement avant de sombrer. De s’endormir, trop épuisé, ses muscles douloureux.
C’est là qu’on le retrouva, par hasard, un véritable hasard digne des livres les plus étranges et les moins populaires. Une nourrisse, à la peau claire, un peu confuse appelant son prénom et scrutant la région marcha sur la petite main posée, lui brisant deux doigts, réveillant l’enfant qui éclata simplement en sanglot...

Cet événement donna le ton pour les années suivantes.


Chapitre 2
1891
10 ans

La réputation artistique des jeunes princes, n'était plus à faire. Même à dix ans, on savait que Sun comme Yu-Jin serait destiné à quelques moments de gloire sous le sein d'une muse toute aussi différente qu'ils puissent l'être l'un et l'autre. Quelque part, cette compétition constante entre eux, avait du bon. Plus ils cherchaient à se surpasser l'un l'autre, plus le maître de leur art respectif devenait impressionnante et s'améliorait. Yu-Jin avait toujours une longueur d'avance sur son frère dans ce domaine. À dix ans, il jouait du violon, du violoncelle, de la flute à bec et commençait la traversière en plus de maitriser quelques touches de piano. Mais sa jeune voix était ce qui le différenciait d'avantage des autres jeunes hommes du même âge. Et lorsque son père recevait famille et invités, il se débrouillait toujours pour que son fils présente un ou deux morceaux d'opéra, ne serait-ce pour démontrer la beauté de sa vie et l'étendue de son talent, s'enorgueillissant de voir son fils complimenter de la sorte alors que trop jeune, il ne comprenait pas l'importance que pourrait prendre un talent bien développer au sein de la cours de la reine d'Ambrosia. 

Et c'était quelque chose que Sun ne pouvait tolérer. De voir son frère le surpasser dans un domaine qu'il ne maîtrisait que trop peu, de voir son père si fier de son jumeau... Il avait chaque fois l'impression que cette lueur de fierté dans le regard paternel, était une promesse pour le trône. Sans réaliser tout le travail que cela représentait... Le jeune Yu-Jin n'avait que peu d'amis comparativement a son frère, trop occupé à répéter, à lire et a décortiquer les phrases, les notes et les partitions qui se compliquaient de plus en plus, l'amusant, émerveillant. Cela se trouva être un désavantage pour lui. Parce que Sun et ses amis c'étaient fait une mission que de torturer le pauvre enfant, allant jusqu'à caché des excréments d'animaux au creux des poches de ses vêtements et au fond de ses souliers, passant par les sévices physiques variés. Aussi Yu-Jin avait-il majoritairement des amies. Évidemment dans ces cas-là, à cet âge les enfants ne réalisent pas la porter de leurs mots.

Ils commencèrent à raconter des choses, à se moquer de Yu-Jin et Ae-Cha. Pourtant sage, sans sentiment et pure. Les comptines, les remarques fusaient de la part de son frère et de ses petits compagnons de jeu, les grands classiques de l’enfance, tout le monde le sait, à 10 ans, les filles c’est tout simplement dégueulasse. Elle le reste pendant longtemps, quelque part, pour certain jeune garçon, après tout. En fait, il aurait s’agit d’un autre petit garçon, les chansons et les remarques auraient fusées de toute façon, parce que c’était Yu-Jin et le moins souriant et joyeux qu’il était, le plus souvent il s’énervait, et, forcément, le plus souvent il s’énervait, le plus souvent ils se battaient et le plus souvent Sun pouvait blâmer son frère pour ses erreurs, abaissant ses chances d’être le favoris de leurs pères.  
 
Ae-Cha et lui n’était pourtant que deux petits amis, sages, aimant simplement jouer le plus loin possible de Sun et de ses taquineries désagréables qui gâchait toujours leurs jeux, aussi, la majorité du temps, du moins, partageaient-ils leurs secrets et leurs moments d’amusement à l’opposé totalement de Sun. Cacher sous un arbre, sous une table ou dans une cabane bâtit dans un arbre pour s’accorder un moment de repos. Et parfois, oui, il ne fallait pas le nier, Yu-Jin avait ses moments de vengeance. Lorsque la petite partait, il se vengeait de son frère, volant ses jouets, les brisant et souvent, d’un grand coup de poing. La haine entre les deux enfants que l’ont avaient crut voir un jour s’atténuer, ne faisait que grimper.  

Et puis un jour, il se passa ce qui ne pouvait qu’arriver. Petit à petit Ae-Cha et Yu-Jin passèrent de longs, trop longs moments seuls, se faisait de petits compliments d’enfants. Leurs mains se touchèrent et peu à peu Yu-Jin, confus, sembla s’enticher de la petite.  
« Sun ? Sun, est-ce que je peux te poser une question ? » 
le petit garçon baissa les yeux sur le lit sous lui, croisant le regard identique au sien, sans réponde. Il savait déjà qu’il pouvait lui poser toutes les questions qu’il voulait puisse que, malgré la discorde... Ils s’aimaient profondément, comme deux frères le peuvent. Ils partageaient les mêmes secrets de jumeaux que tout les autres jumeaux, les mêmes phénomènes étranges...

« Est-ce que tu as déjà fais des bisous à une fille ? » 


«Sur la bouche ? ! MAIS BEURK.»
Un long silence suivit cette déclaration, un silence sans malaise, sans malice, pour une fois, rien de lourd, un silence de réflexion d’enfant face à un dilemme étrange et posé. Un problème de mathématique trop avancé pour son âge. 1+1=2, non ? alors pourquoi est-ce qu’un petit garçon + une petite fille ne pourrait pas égale un bisou ?  

« Tu veux embrasser Ae-Cha c’est cela ? Tu peux me le dire si tu veux, je le dirai jamais à personne. C’trop dégeux de toute façon, les filles c’est plein de parfum.»
Ae-cha sentait les fleurs et aux yeux de Yu-Jin, depuis quelques temps du moins, elle était la plus belle des fleurs. Contrairement à son frère, il n’avait jamais ressentit de dégoût pour les filles, ni pour qui que se soit sinon Sun et ses plans de fourbe. Il n’eut pas besoin de répondre. « Tu sentiras le parfum aussi, après, Yu-Jin.» 

Toujours pas de réponse. Yu-Jin se retourna dans un petit son délicat d’oreiller doucement écrasé sous sa tête et de draps de soie roulant sur son corps. Il soupira, cherchant le sommeil, oubliant son frère et ses remarques étranges... 
Le lendemain matin, il se leva plus tard qu’à l’habitude, trouvant son violon préféré avec les cordes coupés. La réplique ne se fit pas attendre... Sun trouva ses toiles en cours complètement couverte de rouge et de trace de mains appliqué sans douceur, ainsi qu’une paire de ciseaux enfoncés dans le tissu fragile.
 Cette fois, on les sépara pour la journée. Yu-Jin passa le mâtiné à apprendre comment changer les cordes de son petit violon et à l’accorder comme il se doit avant de travailler longuement jusqu’à ce que l’heure du midi ne soit passé, le soleil chauffant la rivière qui avait eut le malheur de l’accueillir quelques années plus tôt. Ae-Cha le rejoignit même alors qu’il apprenait les premières notes d’une composition de son tuteur venu d’Ambros refaire sa vie avec une femme des Contrées. 

Elle se tue, sage, observant l’air concentré de Yu-Jin déterminé à maîtrisé du premier coup toutes les subtilités de la musique. Mais se fut trop long, Yu-Jin se déconcentrait, quittant les affres délicats de ce qui aurait dû occuper toutes ses pensées. Il levait les yeux sur la petite assise près de la fenêtre et regardait ses longs cheveux délicats et fins danser dans le petit coup de vent, espérant que les effluves florales qu’il aimait tellement glisse silencieusement vers lui, chatouillant son petit visage... Il manquait les notes, oubliant qu’il tenait toujours son instrument favoris entre ses petits doigts agiles et habitué à la sensation du bois, pour échanger un regard complice avec la petite et retenir un petit rire d’amitié silencieuse quand elle le voyait sauter une note ou une portée entière.  

Si bien, si tant, que le professeur en eut plus qu’assez. Gentiment, il indiqua à Ae-Cha qu’elle devrait sortir de la grande salle et attendre le jeune prodigue autre part. Elle sortie donc, obéissante comme une jeune fille de l’époque se doit. Déçue silencieusement de quitter les répétitions, alors qu’elle appréciait tellement la musique qu’elle ne jouerait jamais. 
Yu-Jin passa encore quelques longues minutes à jouer, mais son petit esprit volage se baladait ailleurs, prenait le soleil tranquillement avec sa douce Ae-Cha qui l’attendait dans la cabane de l’arbre, il le savait, c’était le seul endroit où elle irait, le seule où elle serait bien et ne risquait pas, croyait-elle, de croiser Sun durant l’absence de Yu-Jin.

Et ensuite ? Ensuite, Yu-Jin rangea son violon d’enfant, prit le temps de le poser dans sa chambre avant de repartir, trottinant, enjoué et le cœur battant trop rapidement vers la douce petite. Décidé à lui offrir le petit cadeau qu’il lui avait fabriqué maladroitement, pliant les feuilles de papier comme lui et Sun l’avaient apprit avec leur père. Une petite vache de papier fragile entre les doigts, il traversa le grand salon, atteignit la pelouse et la traversa sans s’arrêter jusqu’à l’arbre qu’il grimpa sans difficulté... 

Trouvant la petite assise sur le sol, face à face avec Sun, son frère, leurs petites lèvres d’enfant se touchant sans honte. Ae-Cha se tourna machinalement vers Yu-Jin, doucement, sans se pressé...

« Sun ? Qu’est-ce que tu fais ici ? »
«...Je ne suis pas Sun.»
Ae-Cha réalisa son erreur et Sun souriait grandement. Content d’avoir de nouveau blesser son frère. De l’avoir affaiblit, croyait-il. C’est les yeux humides qu’il se jeta à sa gorge, l’apposant sur le sol pour lui assigné une série de coups qu’il n’avait pas sut retenir.

«  JE TE DÉTESTE !  »
Sun ne figea qu’une seconde avant d’inverser leur position sous les pleurs et les cries d’Ae-Cha, confuse qui ne put faire autrement que d’agir, elle quitta la cabane à la recherche de l’aide d’une autorité supérieure à lui. Elle prit quelques minutes de trop. La bagarre ne s’arrêta que lorsqu’ils basculèrent tout les deux par l’entrée de la petite cabane, s’échouant violemment sur sol. Si aucun os ne fut brisé, l’ego des deux garçons le fut.

Ae-Cha ne revient plus jamais voir Yu-Jin et le jeune garçon, ne montra jamais tout le mal que la perte de son amie lui avait causé. Il ne s’ouvrit plus jamais à son frère comme il l’avait fait, chaque mot qu’il prononçait pouvant finalement qu’animé la flamme entre eux deux et petit à petit, doucement et silencieusement, il se referma. Le silence était devenu la maîtresse de ses lèvres, les gardant close plus souvent qu’autrement. Ses petits secrets au creux de sa tête et de son cœur, mit en place pour y rester définitivement...

Chapitre 3
1897

15 ans

Leurs relations ne fut jamais améliorée. Malgré les tentatives pratiquement désespérées de la mère, du père des jeunes princes d’accommoder l’un comme l’autre des enfants. Si Yu-Jin refusait désormais de porter les mêmes vêtements que son frère lors d’évènements, Sun faisait totalement l’inverse, cherchant à faire perdre son sang froid à son frère devenu de glace, accumulant les frustrations et les colères au creux de son cœur, de son esprit. Certes les débordements étaient à craindre, parce que oui, il y en avait, et lorsqu’ils se produisaient, on savait pertinemment que Sun en sortirait avec un œil au beurre noir, quelques bleus ou alors qu’il valait mieux évité d’interférer dans leurs disputes. Elles se terminaient toujours de la même façon, de toute façon : Sun affichait ce sourire provocateur, content d’avoir démontré son point, que Yu-Jin n’était pas apte à dominer un peuple si il ne pouvait pas dominer sa propre colère, qu’il n’en deviendrait que plus aigris et agressif et que ces débordements sauvageons, se répercuterait sur le peuple... Et pourtant, à l’âge de 11 ans, son obsession de se débarrasser de son frère, ne s’était pas calmé. Il avait tenter de le poignarder à plusieurs reprises, réussissant parfois, le marquant d’une cicatrice à l’épaule gauche. Jamais Yu-Jin n’avait tenter de se débarrasser de son frère de la sorte. C’était tout bonnement inconcevable à ses yeux, il ne condamnait pas son utilisation, certes, parce qu’il connaissait l’histoire d’Ambrosia et sans ce poison la dynastie De Choiseul ne serait pas au pouvoir et la famille Seo ne serait derechef, pas non plus en position de pouvoir... Les princes de la famille précédente ayant été dénombrés parmi les victimes.

Mais à 11 ans, jamais Yu-Jin n’aurait eut une l’idée de planter un couteau dans le dos de son frère dans son sommeil. Aussi les avait-on -enfin-séparés. Du moins, ils ne partageaient plus la même chambre, tentant de protéger le jeune Yu-Jin des sévices de Sun. Il dormait la porte verrouillée et ont lui avait assigné une chambre sur les étages. Mais encore aujourd’hui, le prince à du mal à dormir la nuit... Une petite dose de paranoïa s’étant insinué dans ses veines...

Il avait aussi tenter de le rendre malade, insinuant dans ses repas jusqu’à se qu’il soit trop faible et ne soit alité. Profitant de l’absence de son frère pour faire remonter sa côte, jouant de manipulation. Si Sun était plus mature mentalement il n’en était pas moins tyrannique... Son côté doux et généreux, plus poser et certes moins glaciale que Yu-Jin n’était pourtant pas une façade, chaque geste de charité qu’il posait était sincère...

Mais à 15 ans, les choses atteignaient un stade d’ingérence totale. Malgré le silence que Yu-Jin s’imposait, usant d’intelligence, surveillant ses mots et ses gestes, ils ne supportaient tout simplement pas d’être dans la même pièce. 
Les repas familiaux s’en trouvaient compliqués.
Le tempérament connu des jeunes princes rendait nerveux les domestiques qui ne semblaient pas s’y habitué ou s’y accommoder...

«Alors~ Yu-Jin, très cher...»
«Ne m’adresse pas la parole, Sun.»
L’ambiance tendue, mauvaise journée pour le jeune Yu-Jin. Que des problèmes succédés et appuyé par son frère. Il savait parfaitement que si ils s’adressaient la parole, les choses dégénèreraient. Mais évidemment, Sun ne laisserait pas une occasion pareille lui échapper. Il sentit le regard de ses parents se poser sur lui alors qu’il levait les yeux de son bol, finissant d’avaler sa bouchée de peau de cochon pour voir le reflet d’avertissement dans le regard de son père toujours trop clément avec ses fils. Aussi Yu-Jin ne répondit-il pas d’avantage lorsque Sun le relança cyniquement. Son père prit la relève, s’attirant l’attention automatique de ses fils et de sa femme alors qu’il ajustait le col de sa chemise de soie brodée.

« Mon cousin, Shin, a quelques ennuies avec sa femme et prendre un peu de recule lui ferait le plus grand bien, aussi je l’ai invité à passé quelques temps en notre compagnie. » 
C'était sans appel. Aussi le reste du repas se déroula-t-il en toute tranquillité, la mère discutant déjà de l’âge de Shin, des souvenirs qu’elle avait de se garçon qui avait assister à leur mariage, puis à la naissance de leurs jumeaux. Un ami proche de la famille, oui, on pouvait le dire comme ça. Yu-Jin et lui avait toujours eu une relation particulière lorsque le jeune prince n’était encore qu’un jeune et petit garçon, adoptant le rôle de l’ami que Yu-Jin n’avait plus depuis cette histoire avec Ae-Cha. Le regard de l’enfant s’illuminait en sa présence... 
Mais à 15 ans, sa présence ne changerait plus grand chose, au contraire. S'il venait, ses filles risquaient de le suivre, du moins deux d’entre les cinq et Yu-Jin et Sun la mère des jeunes princes se ferait un plaisir de tenter de les mettre en couple. Tout ce qui pouvait horripiler Yu-Jin. Sun en profitait chaque fois, d’un naturel charmeur...

C’est d’ailleurs ce qui se passa. Elles s’appelaient Su-Ya et Mee-Yun et si su-Ya était plus intéresser par les livres que la socialisation. Autant ça rendait service à Yu-Jin qui de toute façon, n’avait pas l’intention de leur accordé d’avantage d’intérêt que nécessaire, les filles l’intéressant peu... Étrangement.
Certes quelques filles avaient attirés son regard mais, au final, il n’avait jamais de nouveau ressentit cette brûlure particulière au creux de son cœur, savourant chaque moment passer en la compagnie d’une femme... Ni avec aucun homme même si leur compagnie lui était moins pénible. Il se sentait simplement plus à l’aise, moins retenu. Et pourtant, l’insociabilité de Su-Ya et Yu-Jin n’empêchait en rien leurs mères d’insister pour qu’ils passent tout leur temps ensemble... Ce qu’ils faisaient d’un commun accord silencieux, dans la bibliothèque, et de là, souvent, Yu-Jin en profitait souvent pour s’échapper par la porte donnant sur une petite véranda, puis sur le jardin, abandonnant Su-Ya qui ne s’en plaignait pas du tout. Elle lui avoua même, avec timidité, quelle avait un autre homme en vue, qu’ils se voyaient régulièrement mais qu’au vu de la situation entre ses parents, le moment était bien mal avisé pour leur en parler.

Yu-Jin ne put qu’acquiescer, ce qui le rassurant grandement, aussi put-il profiter du soleil et de la journée avec Shin. Cette fois encore il lui avait offert quelques cadeaux, chaque fois différents, chaque fois tout aussi précieux, dont une bague sertie d’un diamant noir, tailler et poli pour que de petites pattes d’argent s’y accroche, l’anneau finement marqué de différentes formes plus ou moins logique. Il l’a porte toujours aujourd’hui...

« Aussi, ce livre, il s’agit de-...»
« Tristan et Iseult, oui, je connais, en fait. Merci, mon oncle.»
Et pourtant pas un seul sourire se dessinait sur ses lèvres devenues trop sérieuses au fils des ans. Shin tira sur la petite joue à la peau douce, arrachant un petit rire à Yu-Jin qui ne put que sourire ensuite, contaminé par la bonne humeur du cousin de Shin... 
ils prirent le thé, discutant de choses et d’autres, de la relation avec sa femme et ses filles, comment les choses pouvaient déraper de peu de choses, en autant qu’on lançait une concubine et une épouse jalouse dans la même maison.


Shin connaissait les goûts de Yu-Jin au travers des lettres qu’ils avaient échangé quelques fois, à son anniversaire ou à l’arrivée des fêtes traditionnelles. Son père et Shin se croisait aussi, souvent, chaque fois qu’ils se rendaient à Ambros, appréciant les divertissements de l’hippodrome neuf bâtis quelques années plus tôt. Bref, Shin et yu-Jin avait toujours eu une forme de contact...

Ce soir là, dans une tentative vaine de camoufler la tension palpable entre les princes, Yu-Jin se laissa aller à dormir la porte déverrouillée, mais dans ses conditions, ce simple changement avait ranimé cette paranoïa maligne et toute légère qui avait niché son nid au creux de sa personne durant toutes ses années... Il ne fut jamais tranquille, fixant la porte, attendant son frère, persuadé qu’il en profiterait malgré que Mee-Yu ait décidé de dormir avec Sun, lui volant du même coup sa virginité tellement pure, dans le secret le plus complet... Yu-Jin l’attendit, se réveillant trop souvent, dès qu’un bruit passait trop prêt de sa chambre, jusqu’à ce que son esprit s’embrume de lui-même, relâchant sa prise sur la réalité, le temps d’une pause sans pourtant laisser tomber sa garde dressée depuis trop longtemps. Trop agité pour être calme, il se réveillait fréquemment, s’épuisant d’avantage qu’il ne se reposait ... 
Et alors qu’il pensait finalement avoir trouver la paix, le repos doux soutirant à ses défenses un brin d’innocence, un poids s’abattit sur lui...
Sinueux, silencieux et fourbe, la chaleur d’un corps contre le sien, se serrant contre lui, l’arrachant brusquement et sa main vivement s’abattit sur la joue de son oncle... Le cousin de son père, Shin. 

L’homme réagit vivement, poussant l’adolescent contre le lit, le surplombant, plus large que lui...

Il vient soupirer à l’oreille du jeune prince, appuyant son bassin contre le sien, alors que Yu-Jin sentait la panique grimper au creux de son ventre.

Non.

Il refusait.
Personne n’abuserait de lui.
Personne.

Il se débattit, le frappant et se libérant chaque fois de son étreinte que Shin resserrait aussitôt. La lèvre fendue de son glissait sur sa peau trop douce qu'il complimentait, dégustant la pureté de son corps désormais assit sur les cuisses qui chouinait, appelait à l’aide en vain. Sa chambre à l’écart des autres s’avérant finalement être un désavantage... 

Il sentit sa chemise de nuit se déchirer sous les doigts trop brusque de Shin, l’air frais s’engouffrant par la fenêtre ouverte de la chambre contrastant avec la chaleur de Shin contre lui... Yu-Jin profita de l’instant pour le frapper de nouveau, avant d’amèrement le regretter.
Shin attrapa son poignet, tirant trop fort pour l’attacher à la tête du lit... 
La large main de son oncle s’abattit sur sa joue, de ses yeux humides, il le vit le surplomber, murmurant des mots qu’il voulait rassurant, mais qui n’aimèrent que d’avantage la panique de Yu-Jin.

«Mon neveu, me pardonneras-tu cet écart ? »
Yu-Jin détourna vivement le regard, prit d’un haut le cœur, échappant un nouveau cri, un gémissement apeuré alors que son oncle le retournait derechef contre son lit. Jamais le prince ne cessa de se débattre, son poignet se tordait, toujours attacher, la vive douleur prenant son nerf d’assaut, mais il n’abandonnerait jamais, interdisant l’accès à son corps à cet homme à qui il avait tellement fait confiance toute sa jeune vie...

Il sentit les doigts caresser ses cuisses, les lèvres toucher ses fesses, la langue humide titiller son intimité d’un coup de langue humiliant avant qu’il ne poursuive sa route, mordillant la peau d’une jambe qu’il maintenait solidement entre ses mains, l’autre pied frappant son dos avec force... Shin prit le temps de lécher la plante de son pied, dégustant la peau fragile et suçotant son orteil avec envie, trop de désir ce qui dégoûta Yu-Jin pour de bon, le corps souiller de la salive excitée d’un oncle qu’il ne verrait plus jamais de la même façon...
Son pied s’écrasa contre le visage de Shin, lui arrachant une plainte, la vision floue de son œil ne l’empêcha pourtant pas de se relever, d’appuyer son membre entre ses monts délicats... sans le prendre, sans s’approprier sa pureté, sans défleurer son intimité...

« Ne t’inquiète pas y-...Yu-Jin, je ne te prendrai pas...»

Pourtant les mouvements ne cessèrent pas, le prince le sentait trop bien, trop près, bougeant contre sa croupe, se caressant à même sa peau délicate...

Il ne laissa plus personne le toucher, Yu-Jin verrouilla la porte de sa chambre toute les nuits et toute les nuits, il gardait les yeux fixer sur la poignée de sa porte qui bougeait légèrement... Il entendait la voix de Shin de derrière la porte, l’appelant d’une voix inquiète et suppliante.
Et le jour ? Il ne laissa rien paraître... 
Plus jamais personne ne le forcerait à faire quoi que se soit qu’il n’est pas délibérément choisit d’accomplir.
Yu-Jin ne s’assit plus jamais à côté de son oncle et bien qu’il garda le bijoux autours de son indexe, il n’accepta plus jamais de ses cadeaux, ne lui envoya plus de lettre et passa la majorité du séjour de son oncle loin de la maison, fuguant pour éviter son regard, éviter sa présence et la caresse de son regard sur sa peau...

Chapitre 4
1900
17 ans

Monsieur De voisin est mort. D’étranges de rumeurs cours en Ambrosia, si bien qu’elles sont parvenues jusqu’au royaume de Yanbian. L’enquêteur enquête alors qu’on ne sait pas ce qui se passe... Plusieurs pensent qu’il ne s’agit que d’un événement isolé, rien ne laisse à penser qu’il pourrait un jour y avoir d’autres histoire, mais la mère de Yu-Jin s’inquiète tout de même. Si jamais, le meurtrier frappait de nouveau ? Ses fils seraient en Ambrosia à ce moment après tout, ils ont 18 ans maintenant, ils devront partir pour l’Éducation... Pour apprendre à devenir des souverains parce que c’est la seule condition. L’héritier du trône sera celui qui s’en montrera le plus digne, celui qui, à la mort de son père, aura le plus démontré ses capacités de dirigeant,... Ou alors celui qui se sera le plus attirer les faveurs de la reine d’Ambrosia et de leur père, évidemment.

Désormais, la tension était tellement élevée, entre eux que la moindre flammèche devenait feu de forêt. Ils avaient pourtant vieillit.

Yu-Jin avait laisser son corps d’adolescent derrière lui, adoptant des manières plus adultes, bien que plus froid et distant que jamais... 
Il prenait son bain seul, la porte verrouillée, refusant l’aide des domestiques...
Et ne se liait d’amitié que rarement, ne tissant que les liens nécessaires au bon fonctionnement d’un pays comme Yanbian. 
Sun était plus extravagant, il avait perdu lui aussi son corps frêle, devenant homme, plus ouvert et plus chaleureux que son frère, on savait son cercle d’amis plus ouverts... Les femmes étant son pécher mignon, les pères et les mères le tenait en estime, jamais de faux pas, toujours le bon sourire et la délicatesse au coin des lèvres. Et pourtant, cette tendance tyrannique ne s’évanouissait jamais, se montrant parfois plus violent qu’il ne l’aurait dû avec les domestiques..

.

On les avait donc séparé, on avait fait construire une petite demeure, un pavillon en quelque sortes, pour y logé Yu-Jin. Isolé, c’est Sun qui réussit à convaincre ses parents de l’y placé s’assurant d’avoir toujours l’approbation de ses parents sur tout ce qu’il pouvait accomplir de bons. Et aujourd’hui, ça doit bien faire deux ans que Yu-Jin et sont frère ne se sont pas parler, croiser ou même vu en dehors d’évènements officiels. 
La situation dégénéra, suite à cet évènements secret dont Yu-Jin n’aura finalement jamais parler. Cette humiliation trop profonde, cette entaille sur son orgueil... Dès que Sun tentait de s’approcher de lui, de poser la main sur son épaule, Yu-Jin l’en interdisait, reculant de quelques pas. Et si il insistait, ils se disputaient... Il n’était tout simplement plus possible de les voir dans la même pièce, dans les circonstances d’une vie normale et quotidienne, sans qu’ils ne sautent à la gorge. Si Yu-Jin était endurant et fort, son frère n’avait aucun limite, n’hésitant pas à l’étrangler lorsqu’il en ressentait l’impétueux besoin...

Quelque part, Yu-Jin sentait bien qu’il perdait peu à peu la face... Ils avaient été convié au bal organiser par la reine au mois de mai, tentant de détourner la curiosité des gens de sur les nombreuses rumeurs, les soupirs de couloirs sur les horreurs qui avait secoué la nation.
Yu-Jin n’y avait passé que peu de temps, lorsqu’il avait vu que tout ne se passait que plus mal, il avait préféré quitter, fuguer comme il le faisait trop souvent, maintenant... 
 Et cette tendance, ce goût de la liberté n'inquiétait que d'avantage sa mère... Cette idée d,acclimaté ses fils à Ambros avant leur éducation n'en n'était peut-être pas une bonne, au final...
Les mois d'été s'écoulaient et leur anniversaire approchait. Peut-être qu'il serait plus sécuritaire, au final, de rentrer à la maison fêter cet événement précieux. Leurs derniers moments en famille avant le grand départ des jumeaux. Et entre temps, tellement d'événements se sont produits que la mère des jumeaux hésitent à repartir. Autant rester encore quelques mois, juste pour voir si la situation se calme, puisse que les meurtres semblent s'accumuler et les rumeurs ne vont pas en s'améliorant, forcément...
Le palais en deuil, l'enterrement du roi, la période longues précédent le mois de Novembre et l'anniversaire des jumeaux n'est pas des plus joyeuses non plus, on parle de rébellion, de soulèvement secret ou même de conspiration alors que d'autre parle d'un tueur fou visant au hasard de grands noms, des nobles et les proches de la reine...

Lors que Novembre arrive enfin... La mère de Yu-Jin prend les événements heureux comme étant un signe positif. Si, le 10 Novembre, Lilith De Choiseul et Lucius de Plaisant trouvaient justicieux de s'épouser, il n'y avait forcément aucune crainte à avoir pour l'éducation de ses enfants.
Quelques jours suite à cet évènement marquant, on célébra l'anniversaire des frères. Ensemble. Les deux enfants se tinrent côte à côte à table à la demande de la mère, une dernière fois avant le grand départ... Contrairement à ce que l'ont aurait pu croire, la séparation forcé qu'ils avaient subit,n'avait pas amélioré leur relations, le faussé s'étant creusé d'avantage.
C'est chacun le nez et la lèvre en sang qu'ils finirent par se calmer.

1901
18 ans
Au mois de Mai, la mère des jeunes princes ne peut que continuer de s'extasier encore et encore, la reine, qu'elle admire tant, porte des jumeaux, comme elle, c'était pour la reine de Yanbian, comme une véritable bénédiction pour ses fils. Quelques part, elle voyait cette annonce comme un autre signe (c'est une femme spirituelle *PAN*) de chance. On aurait béni ses fils qu'elle l'aurait tout aussi bien prit, s'identifiant à sa personne désormais, elle pousse ses enfants, les conseils et les aides même à préparer leurs valises avant le grand départ. Rien de trop et si Sun, plus matérialise, remplis sa valise, sa mère la vide alors que Yu-Jin ne semble jamais être capable de se décider sur lequel de ses trop nombreux livres il emmènera avec lui.
Ils n'avaient alors, pas encore été choisit par aucun noble.
Mais cela ne saurait pas tarder...

Il faudra pourtant attendre jusqu'en Novembre pour que la nouvelle tombe. La mère des enfants insistant pour qu'on retard encore et encore leurs Éducations. De nouveaux évènements inquiétant se sont produits...

Yu-Jin sera attribué à James O'connor à la fin de novembre. Un corsaire...
Et en décembre, tout semble se mettre en place... Pour de bon. L'esclave est difficile à contrôler, mais le maître est tenace.



Vous

Nom/Surnom: Romie Feather
Avatar: Jaejoong *A*
Possibilité de prendre votre personnage en PC : Pour l'instant non, se sera à négocier si effectivement je pars.
Qui vous a amené jusqu’à Ambrosia: Lorenzo (a) ... James (a)
Mots de passe ont été envoyé ? : oui ! e^e

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Sam 18 Aoû 2012 - 5:38

J'ai finis T_T

J'ai un peu honte de ma fiche, je l'ai fais un peu rapidement, et pour cause, le retour en classe, ce genre de chose.
J'espère qu'elle vous ira malgré tout T_T; (surtout la fin, rohlalah ee;) (c'est la plus courte que j'ai jamais fais, d'ailleurs XD...)
En rp, tout ira mieux, je le jure .

Histoire ; 5 515 /6 938 mots au total.

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Sam 18 Aoû 2012 - 10:26

Bonjour et bienvenue sur Ambrosia

    Heu....lol? Deux postes entiers, pour une demande de 300 mots pour l'histoire, je pense que l'on ne peut pas dire que vous avez fait court quand même XD

    Il faudra corriger vos quelques fautes. L'histoire est bien, complète et plaisante à lire. La fin cependant n'évoque pas la seconde intrigue. Nous sommes en décembre 1901, vous dites entrer en éducation en juillet, je suppose donc que vous avez vécu les derniers évènements. Il faudrait compléter s'il vous plait et ce sera parfait.

Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Sam 18 Aoû 2012 - 18:49

Voilà, j'ai apporté quelques modifications, au final, pour facilité ...ma...vie... et au final, si il commençait l'éducation en Juillet, y'aurait déjà eu un an de passé et s'aurait pas été aussi bien à jouer en jeu, j'ai donc changé les années de l'histoire, mais en tant que tel, ça ne change rien au déroulement et au contexte.

baaah... j'ai une fiichhee dont l'histoire fait 15 000 mots... (avouez que pour vous vous considérez chanceux que celle-ci ne soit pas aussi longue que celle là *PAN*)

J'espère que ça ira.

décompte final
histoire : 6 000 mots/ 7 458 mots

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Dim 19 Aoû 2012 - 1:13

Petite question, chipoteuse que je suis, de l'intrigue numéro 1 vous ne faites aucune évocation, vous n'avez pas suivis l'histoire? enfin le personnage ou tout du moins apprit ce qu'il s'est passé?

Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Dim 19 Aoû 2012 - 2:13

normalement, oui, puisse qu'il était au bal il a dû apprendre tout ce qui à suivit de toute façon, vu qu'il était sur place. Au début du chapitre 4 il est mentionné d'ailleurs, la mort de monsieur de voisin et à moins que j'ai mal suivit ce qui est inscrit sur le forum, dans la section intrigues, il s'agit de l'intrigue numéro 1, non ? ...
Pour moi c'était donc logique qu'il soit au courant de la suite, puisse que sa mère panique à ce sujet.

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Dim 19 Aoû 2012 - 20:54

Oups désolé, je n'avais pas vu, je suis passée vite faite ^^

Tout est bon, vous êtes validé, passez par ici pour suivre d'autres petits chemins. Bon jeu

Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Lun 20 Aoû 2012 - 0:53

Bienvenue !

*lui saute dessus et lui fait un bisou*

Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo di Valencio
La gentillesse, ce n'est pas qu'une qualité mais est un art de vivre

avatar

Messages : 364
Date de naissance : 25/03/1993
Age : 24
Date d'inscription : 22/10/2011

Les diables ne sont que des anges déchus.


Carnets
Age: 18
Métier: disciple de Lazar
Niveau rp: 3/3

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Lun 20 Aoû 2012 - 1:03

*l'atrappe* *A* merci,

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Lun 20 Aoû 2012 - 11:06

Bienvenue Smile (Lorenzo, si tu saute et bisoute quelqu'un d'autre que moi...) >_<

au plaisir de rp avec toi

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Ven 24 Aoû 2012 - 2:01

merci, tu as un avatar que je fantasmise beaucoup <3

(désolé pour le retard, j'ai eu des problèmes de net ee)

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Sam 25 Aoû 2012 - 1:19

Bienvenue joli petit moineau j'espère t'entendre chanter un jour.

Bon jeu Wink

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Sam 25 Aoû 2012 - 22:50

Merci belle dame~ <3 se serait un plaisir, bien évidemment.

* * mercii

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Mar 28 Aoû 2012 - 18:59

Bienvenue.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100% Mar 28 Aoû 2012 - 22:24

merci '_'

Voir le profil de l'utilisateur
Yu-Jin Seo

avatar

Messages : 629
Date de naissance : 25/08/1991
Age : 26
Date d'inscription : 13/08/2012


Carnets
Age:
Métier:
Niveau rp: Ouvert, en retard....

MessageSujet: Re: Yu-Jin Seo || The storm || 100%


Contenu sponsorisé




 

Yu-Jin Seo || The storm || 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Esclaves-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact