Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Marquise Amélia d'York

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 10:38

Votre personnage

Nom: Marquise d’York
Nom de jeune fille : Clark
Prénom: Amélia
Surnom: La Lionne des diners
Age: 29 ans
Sexualité: Libre (en privé)
Métier: Propriétaire et principale administratrice de plus de cinq cent hectares de tabac ambrosien. Divers. Selon ses envies. En ce moment écrivain public.
Groupe: Noble (petite noblesse)
Rang désiré: * La Marquise des cigares et autres… joyeusetés *

Caractère:

Amélia est perfectionniste. Oui voilà le terme qui définirait ma fille le plus fidèlement en premier lieu. A l’âge de cinq quand elle commença à se préparer seule : ses cheveux devaient être impeccablement lisses et soyeux. Détail alliant son tempérament quelque peu obsessionnel et amoureux de l’esthétisme. Chacun de ses actes étaient préparés dans le calme et la concentration. On aurait dit une petite et sage poupée de porcelaine. Cet aspect de son caractère se traduisit également par une absence totale d’indulgence. Celui-ci du sans aucun doute à son éducation dont Richard son père fût responsable. Mais plus encore par son âme droite et parfois –trop- rigide. Qui se montre faible devant elle, est regardé avec distance et jugé sans détour. Même sa mère… Ajoutez à cela des exigences draconiennes envers elle –surtout- et les autres. Si quelqu’un ne fait pas ce qu’elle réclame, elle devient blessante méchante, et avec talent. Tout ceci la rend froide aux yeux du monde. Et qu’elle cultive avec talent depuis des années. Mais c’est aussi ce qui fait qu’on peut compter sûr elle pour n’importe quoi. La loyauté. C’est ce qui l’a retenue auprès de nous tout ces temps. Il faut uniquement, que la demande, soit en accord avec ses principes. Et ses principes sont nombreux. Elle dénie tout ce qui peut amener l’être humain à s’abaisser ou à devoir se justifier. Elle condamne l’égoïsme -puéril et irréfléchi-. Tout acte doit être assumé, et celui qui voudra se trouver des excuses, doit sérieusement se remettre en question face à elle. Elle est donc capable d’actes fous, dangereux, démesurés, pour une cause qui est la sienne. Une parfaite maîtrise de son faciès et de ses attitudes lui permet de développer tout un panel de masque. Quelle utilise parfois avec nous… Car Amélia aime par-dessus tout, les faire tomber, ces masques, ceux de l’humanité. Par le jeu, l’assurance, par la séduction, elle pousse ses victimes (le mot est bien choisi) dans leurs plus beaux retranchements. Elle connait assez les règles sociales pour les mettre à son avantage. La faute m’en est dévolue cette fois. Ses connaissances, lui donnent assez de matière, pour tenir et mener la conversation où elle le veut. Son humour, jamais retenu, est pinçant et sans gêne. Soyons clair. Ma fille est une indépendante née. Cette jeune femme est un roc qu’il sera difficile de détruire… très difficile. Mais je ne vous parle que ce dont le public peut voir. Pour le reste allez demander à ceux qui l’on côtoyée, plus… intimement.


Physique:

Je ne serais pas objective ici. Mais je vous promets de ne pas tomber dans une comparaison sororale. Son enveloppe est aussi douce que son tempérament est fort. Ce qui a trompé bien des jeunes gens. Une taille suffisante pour attirer le regard des hommes qui est –toujours- mise en valeur. Une silhouette mince, aux formes rondes et délicates, qui donnent l’impression d’être vulnérable. Héritage de ma famille, dont la beauté, fait encore pâlir les dames de sa contrée. Des traits agréables à regardés, car gracieux presque angéliques. Même si, elle sait les rendre terriblement intimidants. Ils sont d’ailleurs mis en valeur par sa peau blanche –parfaite-, qui rappelle celle des ladys du siècle précédant. Un atout qu’elle préserve depuis toutes ces années avec attention. Cela ajouté à une soyeuse chevelure noire, qu’elle entretient loin de toutes paires de ciseaux. Celle-ci faite, telle des files de soie nuit, qui cachent parfois ses expressions les plus cruelles. Plus, pour mettre en valeur ce physique, (avenant, convenons en) Amélia, développe une garde robe étudiée. Elle est tout en robes délicates, aux textures soyeuses tout aux tons mordorés. Cependant ses séjours sur les plantations lui permettre d’apparaître dans des tenues plus sobres et simples. Sa préférence va pour les capes et les corsets, qui lui permettent de jouer avec les atouts de dame nature. Quand aux couleurs vous découvrirez, bien vite, combien le bleu lui scier et combien le noir lui plait.

Histoire:

C’est un jour d’été que tout a commencé. Si ma mémoire est bonne –elle l’est- , c’était en août le 19, il y a bientôt 30 ans. Tout se passe d’ailleurs à Ambrosia bien sûr puisque toutes les histoires commencent ici. Plus précisément, dans le sud du royaume… Là, où la terre fait encore toute sa loi, dans une maison imposante, tout près de grands champs cultivés. Gage, de mon époux, que nous habitons depuis presque trente ans. J’y suis encore aujourd’hui vous le voyez.
Il était à peu près dix heure du soir, quand la maisonnée recommença à vivre, après douze heures passées à attendre son arrivée. Amélia fût donc la troisième fille Clark. Juste avant un dernier enfant (Jacques) de cette fratrie de six héritiers potentiels. Deux fils aînés aidaient déjà à gérer le travail, dans les champs de tabac, avec leur père. Deux petits modèles de calme et de complaisance. Pour ainsi dire mon rôle était le plus simple dans ce foyer… Monsieur Clark, comptait tout léguer à celui des enfants, qui serait le plus capable, faisant ainsi fit des lois. Cette affaire familiale nous offrait un certain confort économique sans oublier une certaine renommée. Notre lignée était d’ailleurs reconnue pour entretenir, encore et toujours, un talant certain pour la gérance et les innovations techniques dans le milieu agricole.
Comme vous vous en doutez tout était parfaitement établi pour l’avenir. Ses deux autres sœurs apprenaient d’ores et déjà à tenir une demeure correctement et même parfaitement, soyons juste. La fantaisie n’avait pas vraiment sa place au foyer. Ainsi donc, l’entêtement de notre petite brunette -à fuir l’autorité- faisait bien souvent hausser les voix. Une vie, bien rangée et sans problème, éloignée des tourments politiques de la Cour. Pauline –l’ainée- était déjà fiancée à un jeune avocat. Victoire –la seconde- fût une adolescente charmante, douce comme de la soie de Chine.
Cependant… six ans après la naissance du dernier fils, une guerre, compliqua cette vie paisible, notre quotidien, notre équilibre. Le père et Michael -notre fils aîné- furent appelés sur les frontières du royaume. Et… Quinze jours avant l’armistice, ils furent tués. Un groupe de soldats dissimulés, les avait littéralement assaillit. Cette affreuse injustice brisa tout. Notre famille pleura ses hommes longtemps. Je les pleurs chaque jour. La propriété perdit peu à peu éclat et stabilité. Une chape de plomb tomba irrémédiablement sur la demeure Clark.
Amélia entra dans l’adolescence et dans le silence de la peine et du deuil. Elle passa son Education auprès d’un commerçant ambrosien assez bourru. Il la fit un peu voyager. Exacerbant sons sens de l’indépendance et de la liberté. J’en fus un peu chagrinée. Il lui apprit comment détecter le mensonge et lui donna un seul bon conseil : « Ne ment jamais »
Gorges d’York était un jeune arriviste pleins d’avenir. Qui plus est un Marquis pleins de ressources. Il passait régulièrement des séjours chez sa tante non loin de chez nous. En d’autres termes, il était le futur détenteur de la plus grande production de tabacs, de toute la région sud de ces terres. En effet, dans son testament, Monsieur Clark laissait tout à l’époux « de sa fille » la plus capable. Une manière peu subtile de reconnaître sa préférence aux yeux de la famille. Qui plus est, depuis qu’il l’avait vue entrer dans une soirée -au bras de son frère ainé David-, Gorges (le fiancé) ne désira qu’une chose : l’avoir pour lui seul. Une coure assidu et la promesse de la sécurité financière eurent raison de la jeune fille, ma fille.
Dix huit mois à peine, après leur mariage, elle fit sa seconde fausse couche. Elle refusa de se tourner vers mon épaule. Ce malheur individuel la rendit distante et sans limite de volonté. Le couple résista par lâcheté et convenance. Gorges fuyait dans le travail. La jeune femme commença à rédiger des articles. Le tabac les rendit plus bourgeois que noble. Même si Amélia ne perdait rien de son port altier et de cette… superbe. Leur tandem devint influant, dans la sphère économique du continent, et leur demeure accueille toutes sortes de diner. Dorian de Valene par exemple aimait à s’y présenter. La verve de madame n’avait aucun carquois pour la retenir ce qui était fortement distrayant. Tout comme le service parfait de quelques esclaves venus tout exprès de leur Sud pour... l'accompagner. (Elle les dirige avec fermeté mais droiture sachez-le)
J’ai cependant remarqué un véritable habitué. Un comte il me semble que son nom est De… Lascelle ? Je ne sais pas d’où il vient. C’est Jacques qui le présenta à la maison. Comment s’étaient-ils rencontrés, je l’ignore. Cela fait maintenant huit ans qu’il se présente assez régulièrement aux diners. Il s’entend bien avec Gorges. Il l’a même aidé lorsqu’Amélia voulut une demeure plus grande et plus proche du château… de la reine. Une manière comme une autre d’occuper son esprit, je le sais. En presque dix ans de vie commune aucun enfant n’est venu remplir son ventre et cela lui pèse. Avec sa beauté et son chien elle a quelques admirateurs. Je ne sais même pas si elle les regarde. Il semble que pour elle le rôle d’épouse revête quelque chose de sacré. Chaque semaine elle accueille ses neveux et nièces pour des goûtés délicieux. Des moments, auxquels Jacques, adore participer. Il est sans aucun doute son préféré et vice versa. C’est lui qui m’a envoyé la première lettre de soupçon. Amélia n’était pas rentré pour une nuit. La première fois depuis son mariage. Cela remonte à tout juste six mois.
Qu’avez-vous besoin de savoir d’autre ? Le mentor de la Reine. Il ne l’intéressait pas. Non. Ma fille a toujours aimé les défis plus compliqués. Le roi ou même le ministre serait convier (oui convier) à sa table.


Vous
Nom/surnom: Lou
Avatar: Giovana Mezzogoinio
Possibilité de prendre votre personnage en pv: Non. Navrée. Mais pas elle.
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia?: Judith M. Welton. (Désolée ma vieille mais pour moi tu reste mariée.)
Les mots de passe ont été envoyé?: En effet.


Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 11:31

Bonjours et Bienvenue sur Ambrosia

    Madame d'York, quel plaisir de vous compter dans nos rangs. Vous voilà validée!


Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 11:35

*s'incline légèrement *

- De même Ambrosia

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 12:09

Si vite ! Ta soeur sera contente. Elle me dit de t'embrasser. Tu connais Pauline... les bals. Nous déjeuneros toutes les deux. Entendu ?

( Et alors où est Zenon ? Razz )

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 13:44

Bienvenue Marquise

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 13:56

Bienvenue Madame d'York !

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 14:01

*sourit poliment*

- Merci bien messieurs dame.

[Judith, il arrive, il se prépare.]

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 16:06

    Bienvenue madame, j'aime votre façon de voir le monde...

Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 16:21

Bienvenue parmi nous, marquise.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York Jeu 10 Juin 2010 - 16:24

Si Lilith vous apprécie alors je vous aimerais. J'ai déjà remarqué que vous étiez une habituée du cinquième rang. La meilleure place. Ceci dit madame... prenez garde à votre... amant. En toute amitié.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marquise Amélia d'York


Contenu sponsorisé




 

Marquise Amélia d'York

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Nobles-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact