Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 [Terminé] Rencontre Royale [Lilith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Mer 3 Mar 2010 - 0:37

Arrow 2 flics dans un bar

Richard n'avait pas encore eu le plaisir de rencontre Sa Majesté depuis la tragédie, ou en tous les cas, réellement en privé pour pouvoir parler à son aise de cette affaire. Ils avaient toujours été entouré depuis le meurtre et il attendait le moment propice pour son tête à tête. Car ils devaient discuter tous les deux. L'inspecteur avait des questions, beaucoup de questions dirait la Reine, mais qu'importe, il devait avoir des réponses, pour la disculper des soupçons qui pouvaient peser sur elle. Car comme tous les autres, elle était suspecte. Peut-être même légèrement plus aux yeux de l'homme, pour la relation si spéciale qu'elle avait eu avec son maître. Ca pouvait être une vengeance, une mise en garde pour les autres, qu'on ne jouait pas impunément avec elle. Tous les scénarios pouvaient être possible et pour l'instant, c'était trop neuf pour qu'il ait une piste concrète. Il fallait donc qu'il interroge, tout le monde.

Droit comme un I dans les jardins royaux, son regard était perdu sur l'immense fontaine qui trônait au milieu des allées. Un fin cigare coincé entre les lèvres, il semblait être à mille lieux de l'endroit où il se trouvait à l'instant, complètement prit par ses pensées. Sa main, machinalement, prenait le temps parfois d'aller soutenir le cigare, mais il se consumait le plus souvent entre ses lèvres, lentement. Il prenait appui sur une canne finement taillée, qui cachait une lame bien loin d'être émoussée, un objet d'une grande valeur, qu'il ne prenait que pour certaines occasions. Le temps était agréable, de quoi papoter un moment à l'ombre des arbres.

Oui, il avait demandé une petite rencontre avec la Reine, seul à seul, dans les jardins, loin des salles oppressantes du château. Trop d'oreilles indiscrètes, prêtent à entendre le moindre mot, pour la pire des rumeurs. Et Welton n'en voulait pas. Il souhaitait préserver une certaine intégrité de la Dame pour l'instant. Pas besoin que tout le monde se mette à la suspecter du meurtre du Comte, même si c'était évident que ça avait du traverser la quasi totalité des esprits du royaume. Le jeune flic qu'il avait rencontré à la taverne un peu plus tôt en était la preuve. Alors pas besoin d'attiser un peu plus cette rumeur avant qu'elle ne soit fondée. Mieux valait pour la monarque que ça ne se produise jamais.

Des bruits de pas léger sur le gravier le sortir de sa contemplation et Richard tourna un peu la tête pour voir qui venait dans sa direction, c'était sans aucun doute, son rendez-vous. Dans un mouvement fluide et félin, il se tourna pour lui faire face et sincèrement, profondément, fit une légère révérence - une main sur le cœur, l’autre posée sur la canne, afin de s’appuyer, s’abaissant ainsi de quelques centimètres - pour accueillir Lilith De Choiseul.

- Majesté, merci d'avoir répondu à ma... convocation.
Car ce n'était rien d'autre que cela et la sachant intelligente, il savait pertinemment qu'elle s'en doutait. Se redressant alors, il lui montra le chemin qui continuait droit devant eux. J’espère que vous ne voyez pas d’inconvénient à ce que nous marchions un peu en discutant.

C’était ce qu'il y avait de mieux à faire pour éviter tout problème.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Mer 3 Mar 2010 - 14:44


    =>visite de Courtoisie
    La reine avait observé depuis sa chambre l’enquêteur se tenir dans le jardin. Alors qu’on l’habillait, refermant le corset avec force, elle avait étudié l’homme qu’elle avait fait grand. Il la soupçonnait, comme tous étaient soupçonnables et en un sens cela l’amusait. Elle en parlerait à Lucius, ils en riraient comme deux diables et voilà qu’elle devait se retrouver face à lui. Savait-il véritablement à qui il allait avoir à faire ? Certainement pas et la reine se parait de son royaume en cet instant, elle n’était plus que la détentrice du pouvoir, enserrant sa taille, parant son front d’un diadème qui goutait en un onyx noir entre ses sourcils. Coiffant ses cheveux selon son bon plaisir dans un chignon lâche, son corps vêtu d'une longue robe de tissu noir, elle portait encore le deuil. Mais ses formes se dessinaient, ses seins se dressaient sous le corset, sa chair se révélait. Le noir s'imposait, caressant le diaphane de sa peau et ses yeux se désintéressèrent de Richard Welton.
    Dans un mouvement elle chassa l'habilleuse, elle alla passer ses bottines puis dans un dernier mouvement quitta sa chambre, ce n'était plus le moment de se faire attendre.

    Elle gagna rapidement les jardins, ignorant les courtisans, son port de tête royale imposait à tous un silence absolu, la cambrure de son corps aurait pu cependant faire frémir les hommes les plus avides. Elle marchait, magnifique, ne pressant pas son pas, savourant le bruit des talons qui frappaient le sol. Et lorsqu'elle gagna le jardin, elle porta sur lui un regard de glace bleu.
    Un instant elle observa le Grand, elle lui sourit à sa révérence et fut plus chaleureuse qu'elle ne l'aurait cru.

    -Vous me soupçonnez monsieur. Grand bien vous fasse...Sinon je ne vous aurais pas choisis pour une telle affaire.

    Elle fut un instant mutine, complice de l'homme dans cette simple phrase, mais cela disparut bien vite alors qu'elle s'apprêtait à se promener avec lui dans les jardins. Le soleil caressait Ambrosia et sa peau, il s'attardait silencieusement dans les jardins, effleurant le parterre de digitale pourpre. D'ailleurs la reine les observait depuis l'autre bout du chemin et elle entraîna Welton dans le labyrinthe de fleur, de glycine, la promenade de la reine que peu avait eu le loisir de gouter.
    Un étau de fleur les emprisonnait, la glycine pourpre retombant dans sa cascade, les arums se dressant sur le chemin, cloche blanche, la digitale se dissimulant quelque peu. C'était le chemin de la reine, aménageait au gout de chaque roi dés leurs enfances, cadeau de son père pour son éducation.

    -Alors mon ami, quelles sont vos indiscrétions? Ne prenez point d'aise avec moi et vous pouvez même être offensant mais pas vis à vis du royaume j'entends bien. Seulement de ma personne. Je réagirais comme une femme offensée au pire des cas.

    Elle s'amusait il est vrai. L'enquêteur ne l'intimidait pas, personne n'était à sa hauteur pour jouer sauf son ministre et il était délicieux de provoquer. Mais il devait avoir l'habitude désormais ce cher Richard. Comme il devait avoir l'habitude des plaisanteries de sa majesté.


Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Jeu 4 Mar 2010 - 20:25

Comme il l'avait pensé, la Reine savait pertinemment pourquoi il voulait la voir et le lui fit comprendre bien rapidement. Directe... comme d'habitude. C'était une qualité qu'il appréciait chez elle. De toutes les façons, il avait un réel respect pour sa personne, rarement hypocrite, Richard appréciait les monarques justes, il ne fallait juste pas qu'ils viennent à le décevoir ou il pourrait bien changer de camps. Mais ça ne risquait pas avec celle-ci, à moins qu'elle ne soit mêlée à cette affaire jusqu'au cou. Un fin sourire se posa sur ses lèvres quelques instants au compliment. Enfin, il le prenait comme tel.

- Merci Madame. Il est certain que je ne ferais pas mon travail correctement, si je mettais des personnes au-dessus de tous soupçons, sans avoir enquêté avant.


Honnête, toujours, en toute circonstance, même face à la Reine. Il la suivit alors quelques instants silencieux, observant le parterre de fleurs qui se dressait autour d'eux et au-dessus d'eux. Il n'était pas un herboriste confirmé, pourtant, quelques plantes pouvaient le faire légèrement tiquer.

Certaines de ces plantes créaient des toxines pour des poisons efficaces... il attendait de toutes les façons les résultats de son frère, pour s’intéresser d’un peu plus près aux plantes qui avaient tué le pauvre homme, mais en ce qui concernait Lilith, le cherchait-elle à le faire se promener parmi ces plantes ainsi? Pour lui prouver qu'il avait bien raison d'avoir quelques soupçons sur sa personne? Si c’était le cas, ce n’était pas bien malin de sa part, mais il doutait que ce soit si simple, ce n’était jamais simple avec les gens comme elle. Il savait qu'elle aimait jouer, mais... son attention revient alors sur Sa Majesté, alors qu'elle reprenait la parole. Bien, elle lui donnait le droit de parler franchement, parfait, il ne s'en priverait pas.

- J'ai besoin de savoir quelles ont été vos relations avec le Comte, après votre... éducation. Etes-vous restez en bon terme? Intime? Oui, il était cash et assez indiscret, mais elle lui avait permis de le faire, alors... c'est ce qu'il faisait. Lui connaissiez-vous des ennemis? Je sais qu'il en avait, mais dans le lot, pouvait-il y avoir un plus dangereux qu'un autre? Marquant un petit temps, laissant sa canne se balancer doucement entre ses doigts. Ce crime profiterait à qui? Elle avait peut-être une personne en vue plus qu'une autre et rien de mieux que lui demander.

Le pas était lent, ils avaient du temps. L’homme alternait son attention sur la femme à ses côtés et les plantes qui les cernaient. Il se sentait légèrement oppressé avec toutes ces odeurs qui le prenaient à la gorge. Heureusement que le rhume des foins était passé depuis un bon mois. Du coin de l’œil il constata encore une fois combien cette femme pouvait être belle, il comprenait pourquoi la plupart des hommes du palais bavaient devant elle.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Dim 7 Mar 2010 - 2:44

    Lilith appréciait Richard Welton. Non seulement pour sa prestance mais aussi pour son esprit des plus fins. Il fallait sans doute ajouter qu’il était un serviteur des plus loyal, appréciant son respect envers elle, elle n’avait jamais jugé de sa part un mot trop haut, une pique trop acerbe ou un quelconque geste déplacé. Certes la reine aurait aimé se laisser à d’autres formes d’entretien avec lui mais elle jugeait que ce n’était pas cela le nécessaire pour le moment. Au contraire.
    Peut être qu’elle se permettrait comme à son habitude de petit geste, de boutade déroutante ou bien de chose plus troublante. Elle savait sur quoi les mènerait l’entretien, l’amusement serait donc pour son plus grand plaisir.
    Les fleurs préférées de sa Majesté les entouraient. C’était bien involontaire de la part de la reine que ses goûts se portent sur des plantes sources de poison, mais que pouvait-elle empêcher de ses goûts. Les arums étaient ses préférés, pas si dangereux que cela mais ils avaient à ses yeux aucune égale en fleur. La glycine quand à elle avait sa place de choix dans le cœur de la reine alors qu’elle sentait son parfums glisser vers elle de nouveau.

    L’odeur la rendit un instant inattentive et ce n’est que lorsqu’il demanda ses relations avec le comte qu’elle écouta vaguement, se plaisant à observer les fleurs. Elle savait fort bien ce qu’elle allait répondre, nul besoin de cacher quoi que ce soit mais elle voulait troubler quelque peu Richard. Après tout c’était quelque chose de commun chez la reine, surtout auprès des hommes qu’elle appréciait. Pourquoi changez de comportement…
    Elle ne lui répondit pas immédiatement, son visage devenant doucement pensif, ses yeux se gorgeant de souvenir, elle sourit et sur son visage apparut un bien être que peu pouvait se vanter d’avoir. Elle poussa un soupir et ses lèvres soufflèrent indécente.

    -Monsieur De Voisin n’a pas été que mon maître. Il a fait de moi celle que je suis, il m’ a formé pour mon royaume. Je lui dois bien des choses, même sa mort est un sacrifice. Car il était pour moi ce poison. La reine se tut un instant. Je devais le retrouver cette nuit là, comme toutes nos retrouvailles à chaque fois qu’il revenait au palais. La tradition était de boire un cognac que nous aimions et de parler toute la nuit. Cette nuit là, il a commencé à boire sans moi.

    Lilith possédait une certaine tristesse dans sa voix, emportée par un empressement terrifiant. Elle pensait à son maître et à ses lèvres. A ses mots tendres, à ses instants d’oublis les rares nuits qu’ils s’accordaient. Ce n’était pas de l’amour mais une passion dévorante pour leurs corps respectifs, ils se voulaient, ils se possédaient….

    -Nous avions une passion dévorante, nos corps se réclamaient à chaque fois que nous nous effleurions, nous résistions à ce genre de chose mais parfois, sans l’avoir prévu même, nous nous abandonnions à des plaisirs que seule la chambre peut dire. Elle dressa son regard vers Richard. Il avait votre âge quand je l’ai connu. La reine observait l’homme avec un sourire délicat sur les lèvres, envoutant presque l’instant de sa voix suave. Amant, amour, ennemi, conseiller, maitre, que des relations bien diverses avec lui…

    Elle soupira et reprit d’un ton plus lent.

    -il n’avait aucun ennemi, c’était lui l’ennemi de tous. Aucun n’était à sa hauteur, il déjouait tout attaque en un instant, il prévoyait chaque coup avant qu’on ne les lui porte. Mais peut être que je me trompe….

    Elle s’était rapprocher doucement de lui tout le temps qu’elle avait parlé, effleurant doucement le corps de l’homme désormais elle le regardait, plongeant ses yeux dans le sien. Leurs respirations s’enlaçaient presque, il aurait pu la toucher s’il l’avait désiré. Elle aurait pu le laisser faire s’il avait essayé.

Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Lun 8 Mar 2010 - 21:22

Il en fallait beaucoup pour le troubler et Richard, depuis le temps qu'il côtoyait la Reine, savait rester imperturbable à ses paroles, ses gestes. Bien évidement, pas toujours, il y avait des fois où son esprit pouvait être un peu moins sur la défensive, beaucoup plus prêt à se laisser charme par elle, un instant seulement. Car la raison revenait toujours au grand galop, l'empêchant de s'adonner à des actes, qu'il aurait obligatoirement regretté. Il n'était pas de ces hommes qui profitaient des faveurs que voulaient parfois offrir Lilith.

Et en cet instant, l'inspecteur était à mille lieux de penser aux charmes de cette femme. Seul l'enquête l'intéressait, toute son attention y était portée et il en faudrait énormément pour la lui sortir de la tête. C'était bien cela que Judith lui avait reproché en général, il ne savait pas se détacher de son boulot. Tant qu'il n'avait pas résolu l'affaire, elle l'obsédait, à lui couper l'appétit, à le rendre totalement insomniaque. Oui son job le tuerait un jour, il ne fallait pas en douter.

La Reine se décida à lui répondre, il lui avait laissé le temps nécessaire à sa réflexion, ne souhaitant pas la brusquer outre-mesure. Il savait combien cela avait été difficile pour elle de découvrir le corps. Il avait été un des premiers sur place, il avait vu ce que cette vision avait eu comme effet sur la Dame. Les monarques de ce pays ne pouvaient voir la mort, on préférait leur cacher cette étape de la vie, alors que Welton estimait qu'ils devaient aussi y faire face. Différence d'idéologie, il n'était pas apte à en faire l'éloge, pourtant, il ne pouvait s'empêcher de penser que les rois, comme le reste de la populace, se devaient de faire face à la mort, après tout, elle était monnaie courante, personne n'y échappait. Son attention était donc toute portée au récit de De Choiseul. La canne coincée sous son aisselle, le cigare entre les lèvres, il avait sortit avec une rapidité féline un petit calepin et un crayon, de quoi noter les points les plus importants de l'entretien. Ce n'était pas parce qu'il avait une mémoire monstrueuse qu'il pouvait se permettre d'oublier un seul indice. Il préférait donc noter succinctement les différentes informations qu'on lui donnait en entretien, pour ensuite les étudier au calme de son bureau.

Ses sourcils se haussèrent légèrement alors qu'elle affirmait que le poison lui était totalement dédié... comment pouvait-elle en être aussi sûre? Mis à part le fait qu'elle était la Reine et qu'il y avait sûrement plus d'un insecte intéressé par son trône... et ses soupçons se portaient sur deux personnes qu'il appréciait... particulièrement.

- Qui savait pour ces rendez-vous? Qui aurait pu prévoir vos retrouvailles?

Il se doutait bien que ce n'était pas très officiel ce genre de rencontre entre eux deux, et donc tenu secret, ça n'empêchait pas les fuites non plus. Il soupira légèrement tout en mettant en place une série d'hypothèses, alors que la monarque continuait sa "confession". L'homme sentait bien à son ton qu'elle avait du mal à penser à son ancien maître sans une once de tristesse, mais il la comprenait, ils avaient été proche, il était normal que le décès la touche. D'ailleurs, elle confirma bien rapidement ses soupçons sur l'idée qu'il se faisait de leur rapport. Il avait cru l'apercevoir quand il voyait les deux amants se tourner autour pendant une soirée, un bal, un conseil,...

Que Lilith aime un homme plus vieux qu'elle, c'était bien son affaire, lui désapprouvait cette histoire de maître, mais là n'était pas le débat. Son regard planté dans le sien, il tentait d'y lire plus loin que ce qu'elle voulait bien montrer, mais aucune lumière ne se faisait. Elle était sûre d'elle, rien d'autre ne transparaissait. Une Reine quoi.

Oh, ça risquait bien de le faire avancer de savoir que c'était le Comte l'ennemi de tous... ça faisait un paquet de suspect en perspective... elle ne l'aidait franchement pas pour le coup. Il fit une moue embêtée, alors qu'elle montrait sur quel piédestal elle avait placé cet homme, aux mœurs douteuses aux yeux de Welton. Il avait bien senti le rapprochement de la jeune femme, son corps frôlant le sien, mais comme il n'était pas dans ce genre de dispositions, il coupa court, presque sans le vouloir, totalement prit par ses réflexions et son professionnalisme.

- Bien assez pour que ce départ précipité vous touche personnellement... qui était au courant de ce lien entre vous? Marquant un temps, alors qu'il apprenait que ce monsieur semblait prévoir tout coup qu'on lui porterait. Pas celui-là à voir, souffla-t-il cyniquement, avant de se reprendre et de parler d'une voix clair, tout en faisant les cents pas. Vous sous-entendez donc avec tout ça, qu'il savait que votre boisson était empoisonne et qu'il en a bu exprès? Tout en se déplaçant, prenant ainsi, inconsciemment ses distances avec la Reine d'Ambrosia. Les yeux figés sur son carnet, il tapota le papier avec le bout de son crayon. Ca ne tient pas debout... reportant son attention sur son interlocutrice. Qu'aurait voulu dire cette mise en scène, s'il était réellement au courant du poison? Contre qui veut-il vous mettre en garde?

C'était décidément trop absurde aux yeux de l'enquêteur pour qu'il y attache trop d'importance, il ne voyait pas l’intérêt de se laisser mourir ainsi. Bien qu'il se doive de prendre en compte tout ce qu'on lui mettait sous la dent. De plus, il n'oubliait pas que deux autres individus étaient eux aussi mort, empoisonnés.

- Vous ne lui connaissez personne qui pourrait lui en vouloir plus qu'un autre? Etiez-vous la seule qu'il... éduquait?

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Mar 9 Mar 2010 - 3:00

    L’esprit de Lilith se perdit un instant sur les arums, leurs parfums, leurs odeurs, leurs blancheurs. Un instant elle sourit à leur vue, prise dans une pensée qui l’entraîne un peu loin de l’inspecteur. Il parle trop, il pose trop de question et Lilith le laisse faire. Elle se désintéresse un peu à vrai dire, elle veut l’embêter mais il ne réagit pas, il reste pensif abandonné à ses questions, notant dans son calepin tout ce qu’elle peut dire.
    Il note ses hypothèses sans croire un instant à tout cela, grand bien lui fasse, la reine observe ses fleurs, perdue dans de vieux souvenirs, elle n’a plus vraiment envie de jouer la carte de la splendeur royale, d’un geste et comme elle a coutume de le faire avec lui, elle attrape son cigare et le porte à ses lèvres. Elle tire une latte dessus, réfléchis et redevient la Reine que Richard connait. Celle à la mentalité d’homme, qui réfléchit, qui observe, qui met en péril chaque pensée. Elle fume, voleuse de ce cigare puis rétorque en premier lieu.

    -Tous les servants qui me sont liés au château connaissaient ce genre de relation, ils les observent tous, ils les regardent et c’est d’eux que tout le monde apprend quelque chose. Ce n’est pas nouveau, c’est vieux comme ce Palais.

    Elle soupire un instant et avec rapidité prend le carnet des mains de l’homme. Ah il veut réfléchir, et bien il va devoir penser comme la cour devrait le faire penser. Lilith referme le calepin, lui met dans la poche et marche. Qui la suive ou non c’est pareil, le principal étant désormais de réfléchir à deux. L’enquête c’est bien beau mais si celui qui la mène ne se doute rien de la cour à quoi cela sert-il ? Elle fume, exaltant de ses lèvres cette fumée blanche qui assaille ses poumons pour les ravir d’une sensation brûlante.
    La glycine caresse le haut de son crâne et c’est avec justesse que la reine rétorque.

    -Je vais répondre à toutes vos questions, par la suite vous écouterez un peu ce que je sais de la cour et que je dois vous apprendre. Vous réfléchissez fort bien mais dans celui de l’apparat je suis bien meilleure que vous ! Vous divaguez sans rien comprendre vraiment. Alors !

    La reine ne se gène pas, l’homme l’a déjà vu aussi masculine, aussi belle dans son rôle de reine, celui là est plus rare, généralement réservé aux ministres lors de conseil important. Et elle juge l’instant plus qu’important. Elle n’est pas de ses femmes stupides qui répondent et qui se laissent intimidées encore moins de celle qui se plonge dans leur plus profonde émotion.

    -A la cour tout se sait. Les domestiques sont là pour cela, ils espionnent, ils répètent contre bon prix ou parce qu’ils ont peur. Réfléchissez un instant. Les deux serviteurs qui sont morts étaient ceux là même qui avaient apporté le cognac à Monsieur De Voisin. Ils avaient dut être complices et devaient connaître le visage de l’empoisonneur. Où si ce n’est le connaître payé grassement pour verser de cette bouteille au Comte.

    La reine fume, comme un homme elle réfléchit, tout dans sa démarche pourtant est sensuel, féminine, déterminée, elle est horriblement femme dans cet instant, dans ce rôle masculin que dirigeant de l’État. Elle ne peut le nier, elle ne peut s’en offusquer après tout, elle a été élevé dans ce sens, uniquement ce sens. Pourquoi s’en faire, pourquoi s’en changer.

    -Chaque courtisan un peu éveillé aurait pu connaître ma relation avec Monsieur De Voisin, c’est un secret de polichinelle, une sorte de jeu. Et je devine déjà votre désapprobation. Fit-elle dans une œillade maligne. Mais c’est ainsi. Lorsque je parle de maître, il me semble que vous ne voyez que le coté péjoratif, hors il m’a apprit mon rôle, il a fait de moi une bonne reine et entendez donc bien qu’être maître ne signifie pas seulement dépuceler une esclave. C’est avant tout lui apprendre chaque chose que l’on sait sois même ! Vous pensez vraiment qu’il a eu le temps de s’occuper de quelqu’un d’autre ? A part Hélène un instant et parce que je lui avais demandé et Monsieur De Plaisant, mais lui non plus ce n’est un secret pour personne, ils nous a formé lui et moi à nos rôles respectifs !

    La reine parle sans frayeur, ses yeux jouissent littéralement de l’instant, aucune retenue, aucun masque, simplement sa Majesté qui se laisse aller à ses mots. Embaumant ses lèvres du cigare. Elle fume comme un mâle, c’est une obligation, une tentation cependant alors qu’elle porte l’objet à ses lèvres, l’entourant de sa bouche. Son geste serait indécent s’il était mal pensé.

    -Et puis vous divaguez aussi. Le Comte était prévoyant mais il est quand même mort ! Vous pensez vraiment que je saurais vous dire s’il avait prévu le coup au point de se tuer ! Elle rit, ravie de sa franchise, se plaisant plus que dans le jeu de séduction. Je n’ai jamais réussi à savoir la moindre de ses pensées. Et heureusement sinon il m’aurait ennuyé.

    La reine se fige et fait volte face, son regard d’azur aussi furieux que brûlant, royal, enjoué de résonner, elle reprend.

    -Cette cour grouillante, ses nobles déguisés. On sait tout à la cour et la cour sait tout sur vous ! Réfléchissez pas un secret peut être gardé ou si peu, l’empoisonneur révèle tous les visages, n’avez-vous pas remarqué combien des personnes de la cour sont devenues malades ? Si elles n’ont rien fait, toutes celles là ont quelques choses à se reprocher. Et parmi l’un d’eux, notre empoisonneur peut être.

    La reine disait vrai, depuis l’affaire les visages étaient devenus blafard, on avait peur, peur de se faire découvrir, peur de se faire prendre ou accuser. Pour le poison ou autre chose et l’inspecteur semblait ne rien comprendre de cette comédie facétieuse. Les masques étaient mal accrochés désormais….


Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Jeu 11 Mar 2010 - 0:11

Bien évidement qu'il pose trop de questions, qu'il se montre curieux, c'est son caractère, son métier. Sans ce genre de raisonnement, Richard n'aurait jamais été bien loin. Il était aussi vrai, qu'il pouvait avoir tendance à parler tout haut, pour lui seul, juste pour s'entendre réfléchir à haute voix. Ca lui permettait de mettre de l'ordre, de rayer les hypothèses trop farfelues, dont celle qu'il venait d'émettre à l'instant. La mort volontaire, il en doutait très sérieusement, mais vu comment la Reine lui avait fait le portrait de son ancien maître, il était en droit de poser l'idée. Non? Totalement perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas la perte d'attention de la jeune femme à ses côtés, elle se rappela pourtant bien rapidement à son bon souvenir, alors qu'il sentait le cigare quitter ses lèvres avec rapidité, lui faisant lever les yeux de son calepin, afin de croiser ceux de Lilith.

Pourquoi ne s'étonnait-il pas? Ne s'offusquait-il pas d'un pareil acte? Simplement parce qu'il en avait l'habitude, elle trouvait toujours un moyen de l'embêter, car si elle n'obtenait rien en jouant avec ses désirs primaires, ce qui était souvent le cas, il y en avait d'autres qui le marquaient bien plus rapidement. Notamment celui de lui piquer ce qu'il était en train de fumer. Dieu qu'il détestait quand elle faisait cela, enfin, au moins elle, avait la bonté de le finir. Tandis que d'autre, l'écrasait simplement là où ils pouvaient, sans demander un reste, ce qui avait le don de le foutre en rogne. Il était une force tranquille, se mettant bien rarement en colère, mais mieux valait ne pas toucher à ce qui lui donnait quelques satisfactions, c'était touché à un sujet tabou. De plus, il foutait sa vie en l'air, s'il le souhaitait, c'était sa santé, merde! Bref, ce n'était pas le moment de se perdre dans ce genre de considération, un sujet bien plus important était posé sur la table et il grogna de frustration. C'était bien ce qu'il craignait!

Si la plupart des servants étaient au courant... il détestait décidément ce monde. Ca faisait vraiment un certains nombres de personnes à interroger, il ira cherche un peu de main d'œuvre au commissariat, après la fin de cette conversation. Des hommes en plus ne seraient pas de trop pour mener les entretiens.

- Naïvement, j'espérais que ce ne soit pas le cas pour votre relation. Soupira-t-il, alors que le carnet se voyait, lui aussi, voler des mains de son maître, pour rejoindre la poche de la veste.

Richard haussa un sourcil, tout en observant la monarque, elle avait décidée de cesser de jouer, de faire l'adulte, de lui montrer qu'elle savait, elle aussi, parfaitement se conduire comme un homme quand les événements l'exigeaient. Il la connaissait ainsi, ce n'était pas la première fois qu'il avait droit à cette facette de sa personnalité et il fallait bien l'avouer, c'était sûrement celle qu'il préférait, celle lui montrait à chaque fois, pourquoi elle méritait tout son respect. Car Lilith De Choiseul, malgré ses travers, savait diriger son Royaume, d'une main de fer, simplement cachée par un gant de velours. Elle cachait bien son jeu et c'était tout ce qui faisait sa force.

Restant alors silencieux, il reprit mieux sa canne et l'écouta, attentivement. Sa Majesté voulait lui apprendre les rudiments de la Cour? Il les connaissait déjà, mais qu'importe, si cela pouvait lui ouvrir les yeux sur des détails qu'il avait pu omettre, il n'était pas contre. Comme toujours, tout était bon à prendre et à apprendre.

- Sans vouloir vous vexer, ma Reine, je me doute bien que les deux valets étaient au courant et connaissaient sûrement notre tueur. Ce qui m'a intrigué un instant, fût qu'ils soient morts tous les deux, dans la même pièce que le Comte... d'empoisonnement aussi. Avant que l’on m’apprenne qu’ils avaient goûtés au repas. Des imbéciles finit, d'ailleurs, si vous voulez mon avis. Parce que pour travailler avec un empoisonneur, il fallait être idiot de toucher à quoi que ce soit des plats. Enfin, la logique n'était pas toujours courante parmi ces gens. Ils ont mâché le travail à notre assassin. soupira-t-il. Mais je me demande si vous étiez réellement la cible première de notre homme. Après tout, le repas et la boisson ont été déposés chez votre amant, non pas chez vous où il aurait bien eu plus de chance de vous avoir, du premier coup ! Je verrai cette « mise en scène » presque plus comme une mise en garde, pour vous. Pour montrer qu'il pourra frapper plus haut, puisqu'il a déjà eu l'un de vos plus proches fidèles... Une idée parmi tant d'autre, ce qui n'empêchait pas de lui faire penser que son altesse courait un réel danger.

- Il serait sage, Madame, que vous preniez des gens pour goûter tout vos plats dorénavant.

Oh oui, il désapprouvait totalement cette relation maître-esclave, rien que le mot esclave lui faisait hérisser les poils. Cette appellation ne connectait qu'une soumission humiliante de la part de celui qui en était le porteur. Elle pouvait bien lui dire ce qu'elle voulait, il ne changerait jamais d'avis.

- Allez dire cela à votre dresseur en chef. Combien de fois, Welton avait-il du constater des décès de jeunes gens qui étaient passés entre les mains de ce fou furieux, de ce psychopathe en puissance? Qu'elle ne vienne pas lui parler d'une relation saine après cela. De plus, les viols étaient assurément courant, ceux qui pensaient avoir droit de vie ou de mort sur ces pauvres gamins sans défense ne se privaient pas pour laisser sortir leurs côtés les plus noirs. Bien évidement, l'enquêteur ne connaissait que cette facette de l'éducation des sangs bleus, mais il ne l'appréciait pas. Il y avait d'autres façons d'enseigner, sans briser la volonté propre d'un individu. Nous ne serons jamais d'accord sur cette vision, Majesté, le débat n'est donc pas utile. Peut-être que De Voisin l'avait formée, ça ne changerait en rien ce que pensait notre homme. De plus, si Hélène était passée entre ses mains, il serra les dents quelques instants, avant de continuer comme si de rien n'était. Quel était son lien avec Monsieur le Ministre?

Il était de temps d'en revenir à leurs moutons.

- J'ai pensé tout haut, après tout, vous veniez de me dire qu'il savait parer tous les coups qu'on pouvait lui porter. Voilà tout.

Rick' suivait les pas de Lilith, tranquillement, il s'arrêta brusquement quand elle fit volte-face, haussant les sourcils de surprise face au regard bleu qui le foudroyait sur place. Avait-il dit quelque chose de déplaisant? Mais aux paroles de son interlocutrice, il comprit bien vite que c'était plutôt contre la Cour qu'elle en avait. Ce qu'il comprenait aisément, ce nid de crabe était bien plus dangereux que n'importe quel repaire de brigands. L'hypocrisie grasse qui était au centre de tout, lui faisait froid dans le dos.

- Mon besoin est de savoir si vous avez un nom en particulier qui pourrait sortir du lot, quelqu'un à qui profiterait tous ces crimes.

Car c'était bien beau de lui faire remarquer que tout ces nobles ne se sentaient plus très à l'aise dans leur soulier, ça ne l'aidait pas à y voir plus clair. Et qui, mieux que De Choiseul, pouvait savoir où et qui étaient ses vrais ennemis. Ceux qui auraient le cran de passer à l'acte...

Richard avait bien entendu quelques idées, qu'il n'était pas prêt de partager pour l'instant, surtout pas avec la Reine, en fait.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Mar 23 Mar 2010 - 20:10

    Lilith aime plus que tout embêter Monsieur Welton. C’est une complicité qu’elle ne désire pas perdre avec lui, après tout s’il est un Grand c’est aussi grâce à cela, à sa manière de ne pas répondre aux avances de la reine et à cette possibilité qu’elle a de divulguer son visage plus masculin lorsqu’elle est à ses cotés. Lorsqu’il croise son regard il peut à loisir distinguer le regard pétillant de la jeune femme, cet azur resplendissant qui sourit comme un diable. Elle porte à ses lèvres le cigare, les siens sont restés dans ses appartements et puis elle préfère largement celui dont il a déjà effleuré le bout.
    Le gout lui plait, autant que l’absinthe et ce serait dommage de s’en priver. C’est bien là l’un des plaisirs masculins dont elle s’abreuve le plus, sans retenue, sans contrainte, avide de toujours connaitre une nouvelle sensation avec ce genre de chose.
    Elle sourit, elle l’écoute un peu, elle répond aussi. Après tout la reine aime ce genre d’entretien et c’est de loin la meilleure relation qu’elle peut avoir avec un homme. Au-delà du simple plaisir de chair comme elle peut avoir avec son frère, le médecin. Si avec Mattew la reine s’adonne à une relation plus physique, avec Richard il est surtout question d’esprit, de réflexion et elle sait qu’il serait passionnant d’avoir avec lui, une longue nuit de débat autours de cigare et d’absinthe. En y pensant il faudrait faire cela, divaguer durant des heures entières sur le monde. Ce serait amusant….

    Mais l’instant n’est pas à cette idée, au contraire désormais il faut réfléchir et résonner avec lui. Envisager diverses possibilités, se demander comment cette enquête peut s’envisager, lancer des hypothèses.

    -Et si tout simplement, ils étaient morts d’une autre façon ? On attend toujours ce que peut trouver votre frère sur les corps. Alors penser qu’ils ont mangé du repas ou bus quelque chose, c’est un peu s’avancer non ? La reine se demande au final si les servants ont été vraiment empoisonnés comme De Voisin. C’est au médecin royal de faire le verdict et elle se demande vraiment si le poison n’est pas quelques peu différents…Oh je sais bien que le tueur ne voulait peut être que me lancer un avis de passage. Mais j’ai un doute, après tout le repas était pour moi et mon maître. Nous dinions toujours ensemble lorsqu’il venait et cela dés le premier soir. Ce fut bien la première fois qu’il a commencé sans moi ! avoua la reine en observant le bout du chemin. Ils ne tarderaient pas à arriver au parc privé, là où une petite fontaine écoule le temps. Elle sort de sa rêverie. Un gouteur ? Je ne veux pas avoir peur et de rien. Vous le savez. En en prenant un je cède à l’effroi que peu provoquer ses conspirateurs et je prends le risque de mettre à mort un de mes sujets !

    Sa majesté refuse l’idée. Elle refuse de mettre en jeu la vie de quelqu’un d’autre qu’elle-même. Car même si elle est reine à ses yeux toute vie est importante et pas seulement la sienne. Oser jouer avec celle de quelqu’un pourrait être aussi terrifiante que mauvaise.

    -N’en parlons pas effectivement.

    Parler de Damon aurait été une mauvaise idée. Lilith avait placé cet homme car il respectait son père. Aujourd’hui il semble que ce choix n’aurait jamais dut être. La mort de certains esclaves s’avérait une chose tendue à expliquer aux sous royaumes.Et puis la reine n’a aucune envie de s’attarder sur cela aussi. Elle préfère largement s’épancher un court instant sur Hélène et son maître.

    -Hélène a été éduqué quelques jours avec nous, elle ne nous a cependant que peu côtoyer. C’est avec elle que je me suis laissé aller à mes premiers plaisirs saphique. Quand à Lucius et elle, ils ne s’entendaient déjà pas. Je crois que j’ai été la seule à la toucher avec Monsieur De Voisin avec nous bien sûr….

    La reine laisse sa dernière phrase s’envoler de ses lèvres pour venir frapper Welton, elle le dévisage un instant, elle sourit et pose à nouveau son regard vers la fontaine qui se dessine peu à peu à l’autre bout du chemin.

    -Vos besoins…vous êtes drôles. Il me profiterait sa mort ? Mettre en danger tous les fourbes du royaume, obliger les masques à se rajuster, une idée que j’aurais eu avec mon ministre peut être ? Il profiterait à Damon ses morts. Un grand en moins, une possibilité de prendre sa place. Il profiterait au Mertueil d’assouvir leur soif de vengeance aussi vieille que ce monde afin de mettre à mal notre royauté ? Il profiterait à mon époux de faire ses morts ? Pour me faire oublier les amants et que je me cajole dans ses bras ? Il profiterait même à sa favorite de le faire, afin de me tuer et de faire disparaitre la reine dans le cœur du roi ! Il profiterait à mon frère de me tuer pour lui éviter l’éducation. La reine se tait. Je continus ma liste monsieur ?

Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Jeu 25 Mar 2010 - 4:56

Tant que la Reine ne faisait que le taquiner, il était prêt à le supporter. De toutes les façons, les bases avaient très vite été mises et la dame avait du comprendre, à ses dépens, comme beaucoup d'autres, qu'il n'était pas homme à découcher et que sa loyauté allait toute entière à son épouse. Certes, depuis quelques années maintenant, il était un homme divorcé et donc quelque part, à nouveau libre, pourtant, il se refusait encore et toujours aux dames de la Cour. Il ne voulait pas entrer dans ce cercle si intime des amants, il n'en avait ni la prétention, ni l'envie. Il laissait ce plaisir à son aîné, même s'il n'était pas réellement en accord avec cette façon de faire. Pour lui, la monarque était intouchable, il travaillait pour elle et ne souhaitait en aucun cas y ajouter une histoire plus intime. De toute façon, depuis sa séparation, il aimait, rarement mais ça lui arrivait, se retrouver dans les bras d'une totale inconnue, un coup d'un soir, juste comme ça. Alors bon... une femme qu'il voyait tous les jours, non merci. Elle se contenterait donc de son substitut de salive resté sur le bout du cigare et voilà tout.

Heureusement que Richard était venu voir De Choiseul pour son enquête et rien d'autre. Ca leur permettait, à tout deux, de se concentrer sur un sujet bien précis, dont la dérive était quasiment impossible. Voilà le genre d'échange qu'il appréciait et qui manquait souvent aux autres enquêteurs avec qui il avait pu travailler. Les hypothèses émisent à haute voix pouvaient leur donner plus d'importance ou les faire se rendre compte qu'elles étaient bonnes à jeter à la poubelle, un travail d'équipe fort appréciable quand on pouvait patauger dans la semoule comme notre investigateur le faisait en ce moment.

Observant le paysage autour de lui, il écoutait pourtant avec une grande attention les paroles de son interlocutrice. Oui, ce n'était pas si faux que cela, de se demander s'ils avaient réellement mangé un bout du repas. C'était sans savoir que notre homme avait ses entrées aux cuisines et savait parfaitement que dès que l'occasion se profilait, un valet en profitait pour piquer un morceau du plat, simplement pour le goûter et puis de toute façon, vu la grosseur du plat et le nombre d'invités, ça ne se remarquait pas.... ou presque.

- J'emet surtout des hypothèses madame, et celle du valet qui fait le pique assiette, ne serait pas nouvelle. J'irais voir mon frère après notre entretien pour en savoir un peu plus sur la mort de vos deux serviteurs. J'espère qu'il aura des bonnes nouvelles à m'annoncer, tout du moins, l'idée du poison qui aurait du vous tuer. Peut-être que nous pourrions y trouver une parade.

Welton avait failli dire un remède, mais il y avait tant de manière d'empoisonner différentes, que jamais Lilith ne serait complétement en sécurité et lui en charge, justement!, de sa sécurité, devra veiller au grain jusqu'à l'arrestation du coupable. Autant dire qu'il risquait d'en avoir des cheveux blancs d'ici-là!

Si la dame à ses côtés avait tendance à regarder au lointain, l'enquêteur lui avait plutôt la tête penchée et le regard collé au par-terre, concentré, comme si d'un coup, dans le gravier, allait se noter le nom de son suspect. C'était sa manière de réfléchir et ça lui convenait parfaitement. Lilith insistait sur le fait que son maître avait commencé sans elle, alors que c'était rare qu'il le fasse.

- Ce qui irait dans l'idée qu'il a préféré mourir à votre place... sans que l'on y voie l'intérêt, pour l'instant. Lui trouvait cela d'une imbécilité déconcertante, si ça avait été réellement le cas. Un soupire, très léger, s'échappa de ses lèvres, alors que la Reine refusait catégoriquement que l'on tente de la protéger un minimum. C'est noble de votre part, Majesté, pourtant, je suis sûr que tous comprendront cette décision. Mieux vaut prévenir que guérir. Ce ne serait qu'une petite sécurité, pour éviter tout risque, Madame. Considérez sérieusement cette idée.

Elle montrait son humanité et son côté de Reine qu'il appréciait. La monarque du peuple, rarement tyrannique, mais juste et intelligente, et tout cela, malgré les longues heures de débauche et autre joyeuseté, dont Welton était le témoin, parfois bien malgré lui, mais dont il ne parlait, jamais. Bien évidement.

Le sujet de l'Education fût rapidement mis à la poubelle et c'était mieux ainsi. Car il aurait sans doute envenimé la conversation entre les deux dialogueurs et c'était exactement ce que voulait éviter Rick'. Il avait besoin de la Reine dans les meilleures dispositions. Le sujet de la favorite par contre, sembla cher à Sa Majesté et c'est sans broncher qu'il prit les révélations. La seule chose qui lui passait vraiment à l'esprit était de se rendre compte combien De Voisin était un vieux pervers, dégueulasse qu'il n'appréciait que fort peu. De Choiseul cherchait-elle à le troubler avec ses paroles? Il lui en fallait plus, bien plus.

Son problème en cet instant, son plus gros problème, en fait, était le nombre de suspects dans cette affaire, alors si un nom pouvait ressortir plus qu'un autre, cela lui permettrait de centrer un peu son enquête, mais voilà que Lilith, sans manquer d'humour, lui sortit la liste des suspects. Tout le monde pouvait l'être, tout le monde avait un bon mobile pour ce geste, de quoi rendre fou l'officier.

- Je prends tous les noms que vous auriez à me dire, Madame. C’est en en parlant que la lumière peut se faire. Qu’un nom vous sautera plus aux yeux qu’un autre.

L'enquêteur avait bien noté qu'elle s'était elle-même désignée... c'était pourtant jouer un peu avec le feu, avec un policier de la trempe de Richard, qui ne ferait pas dans la dentelle, s'il apprenait qu'au final, c'était elle qui était à l'origine du crime. Car tout criminel était le même devant la loi et devait être puni en conséquence. Autant espérer donc que cette dame ne soit pas une assassin.

- Je conçois que vous avez beaucoup d'ennemis à la Cour, ma Reine, mais... beaucoup de ces gens sont des couards, qui jamais n'oseraient se mouiller pour un tel attentat. Je vous le redemande donc, n'avez-vous vraiment personne en vue plus qu'une autre? Vous connaissez tout ces gens bien mieux que moi. Il laissa son regard se poser sur la fontaine. Aurais-je le droit de tous les interroger sans ambages? Autant demander la permission directe à la maîtresse des lieux, car s'il avait son aval, aucun de ces gens ne pourraient le prendre de haut.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Jeu 1 Avr 2010 - 23:27

    Lilith n’a que peu souvent envisagé Richard comme un amant, à vrai dire, il fut au départ, dés le départ en vérité, un être qui l’intrigua et elle comprit bien vite qu’elle ne désirait pas cet homme comme un amant. En tous cas, elle ne parvient pas vraiment à l’imaginer à cette place. C’est comme une évidence. Et pour tout dire, elle préfère largement cette entente entre eux. Le taquiner est l’un de ses plus grands plaisirs, même si parfois elle essaye, sans réelle conviction de le troubler, plus pour son propre plaisir que réellement le tenter. De toutes manières Richard reste à son ancienne épouse, cette couturière énervante mais talentueuse que la reine supporte et provoque à loisir. Elle, elle ne comprendra jamais que la reine s’amuse avec son emportement et sa colère plus qu’elle ne désire réellement se la mettre à dos, mais l’ancienne épouse est si amusante pleine de colère. Comme ses vieilles harpies que l’on peut tourner en dérision à loisir. Mais uniquement en privé bien sûre. La reine ne joue pas à cela devant la cour, la reine n’aime pas humilier faces aux nobles, ce serait perdre le respect de son royaume que de faire cela !

    Lilith aime la présence de l’enquêteur, ils réfléchissent ensemble sans plus de raisonnement que leur logique, s’abandonnent à la réflexion, se poursuivent dans des hypothèses. Ce n’est cependant pas vraiment sa relation préféré, elle est complice de l’homme mais pas autant qu’avec son ministre, c’est autre chose en vérité. Autre chose que de parler d’État et la reine apprécie mais elle, elle préfère tant parler d’Ambrosia.

    La reine s’attarde dans ses paroles, elle sait fort bien que les valets mangent dans les plats, gourmands, presque trop, ils prennent le risque de mourir avant que le plat ne soit servit. Alors dans son esprit, elle est presque certaine qu’ils ne sont pas morts par une nourriture que la chose est plus subtile, plus fourbe même. Après tout, le tueur s’est bien attarder à percer la confiance à l’intérieur du palais, à se glisser dans les couloirs et frapper en ce sein si…palpitant.

    -Une parade…

    Le mot s’échappe de ses lèvres, doucement, amusée, la reine ne pense pas qu’une parade la sauvera, elle est même certaine qu’une telle chose ne peut exister. Sa voix s’envole autours d’eux dans ce murmure amusée, son regard pétille, sa majesté est sublime, elle semble un instant fort amusée, sublimement ironique aussi. Et c’est alors ailleurs elle observe la fontaine qui apparait. Elle la regarde, réfléchit et souffle.

    -Nous y veillerons si vous le désirez, mais le poison n’est pas forcément que dans la nourriture mon ami. L’histoire l’a prouvé. On peut empoisonner tant de chose. Devrais-je vivre par procuration ? Autant laissez le tueur faire son travail maintenant !

    Ses paroles résonnent, justes, pertinentes. Il faudrait donc un goûteur, quelqu’un qui vérifie ses affaires, ses pommades, ses crèmes, son bain, le parfum qu’elle porte. La reine sait parfaitement que subir cela serait pire que tout. Son goût pour la vie dépasse son désir de se protéger. Autant que celui de s’effrayer pour un petit malin qui espère lui faire peur.
    Il revient alors aux noms. Un nom dans un panier de crabe, fort drôle, plaisant presque de pouvoir donner un nom alors que des milliers peuvent circuler dans l’esprit de la reine. Et alors que ses pas les emmènent au bout du chemin, sa majesté soupire, son regard est plongé dans ses pensées. Elle réfléchit, elle essaye de penser, mais les nobles semblent se bousculer dans son esprit, courir parmi son cerveau pour se faire voir….
    Elle se désigne certes, la reine s’en amuse un instant. Après tout elle est la figure de Justice dans ce monde, elle est selon la loi, la seule à donner le dernier jugement au condamné si celui-ci le désir. Et même si Richard est un enquêteur il ne doit pas oublier que la Reine est avant tout son chef de la justice aussi. Mais là c’est autre chose. Un point à préciser….

    -Mais interrogez les tous mon ami, interrogez ! La cour est vaste, vous aurez de quoi vous occuper. Et si je pense bien, pensez donc à voir la favorite de Monsieur de Plaisant ! Après tout la demoiselle est emportée, elle a été esclave de mon maître et n’a guère apprécié de se faire…distancer par moi. Sa sœur aussi peut être. La famille De Mertueil et ses vieilles rancunes….Monsieur Damon pourquoi pas aussi. Et mon frère ? On ne sait jamais…la famille.



Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Ven 9 Avr 2010 - 19:12

C'était totalement utopique et Richard en était parfaitement conscient. Comment pourrait-il trouver un moyen de parer le poison, ou en tous les cas, de lui trouver un remède, car il ne doutait pas que ceux utilisé dans cette affaire tueraient sans attendre, sans laisser la moindre chance à la victime d'être sauvée. Et cette idée lui glaçait le sang. Beaucoup de gens risquaient leur peau, à commencer par la Reine, mais l'homme ne pouvait s'empêcher de penser aux siens, qui vivaient eux aussi dans le palais ou qui avaient un quelconque lien avec cet endroit. Il chassa rapidement pourtant, le frisson glacial qui avait glissé le long de son échine, ne préférant pas garder en tête certaines images de mort qui n'étaient pas les bienvenues. Sa priorité serait donc d'aller voir Matt' le plus rapidement possible après son entretien avec la Reine. Il n'y avait que son aîné qui pouvait lui expliquer au mieux ce qu'avait été ce foutu poison!

Au moins, malgré la situation, qui était bien loin d'être comique, la Reine trouvait un moyen de s'en amuser. C'était une qualité de rire au nez du danger, qualité que notre enquêteur respectait, mais qu'il préférait ne pas voir prendre trop d'ampleur. Elle pouvait montrer qu'elle n'avait pas peur de celui qui avait assassiné son maître et qui la visait sûrement, mais ça ne devait pas non plus devenir un comportement suicidaire. Et les paroles qu'elle eut ensuite, ne lui plurent guère. Welton fronça les sourcils et s'arrêta dans leur marche, pour lui faire mieux face, plongeant son regard dans le sien.

- Ne dites pas de bêtise, Majesté. Vous savez pertinemment que ça n'avancera à rien de vous avoir entre quatre planches de sapin. A moins que vous soyez déjà fatiguée de vivre, mais à vous entendre, je ne pense pas. Je ne peux vous obliger à vous protéger, mais j'insisterais quand même! Les gens seront discret, vous ne les verrai sûrement jamais. Mais au moins, j'aurais la certitude que vous êtes en sécurité. Je ne peux pas m'inquiéter de votre santé et mener correctement mon enquête. Si mes pensées son constamment dirigée vers vous, comment pourrais-je être attentif au reste?

La demande pouvait paraître égoïste, mais qu'importe. Il valait mieux mettre toutes les chances de leur côté et non pas laisser à cet assassin le loisir de faire ce qu'il voulait. Mais si Lilith campait quand même sur ses positions et préférait vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête en permanence, il ne pourrait pas aller contre ses désirs, malheureusement. Il était un de ses sujets et pas l'inverse. Ce qui ne l'empêcherait pas, comme il l'avait fait remarquer, d'insister.

Le feu vert était donné pour les interrogatoires en masse, parfait. Il s'y mettrait le plus rapidement possible, vu la tâche colossale qui l'attendait. Tout en sachant pertinemment que tout ces nobles, ces favoris, ces courtisans, toute cette vie qui grouillait dans le palais avaient quelque chose à cacher. Un mobile plus ou moins solide pour avoir tenté la chose. De quoi le mettre sur les dents un bon moment. Il détestait se sentir ainsi noyer sous les évidences, sans pouvoir trouver celle qui le ferait à nouveau respirer. Avancer dans le brouillard n'était pas un des plaisirs de notre enquêteur, loin de là même. Ca finissait toujours par le rendre dingue. Et son entourage avec, car son humeur allait de paire avec ses enquêtes et plus il s'enfonçait, plus il devenait invivable. Mieux valait donc, qu'il trouve rapidement sa solution.

- Merci, Madame.

Il nota le nom de De Merteuil, c'était quand même celui qui revenait le plus souvent et la Reine avait raison. Les vieilles rancunes avaient la peau dure et cette famille était sûrement prête à beaucoup, pour retrouver leurs anciens titres. Il irait donc parler aux différents représentants. Quoi que... c'était presque un peu trop facile, après tout ils étaient les suspects qui ressortait le plus facilement du lot. Ce n'était pas pour autant qu'il ne s'intéresserait pas de prêt à leur cas.

Le dresseur en chef, le frère... oui il y avait pensé, il pensait au ministre. Il pensait de toutes les façons à bien trop de monde, le tri se ferait au fur et à mesure, en tous les cas, il l'espérait.

- C'est en général les premiers vers qui l'on se tourne, la famille... marquant une petite pause, prenant une grande bouffée d'air frais. Je ne tiens pas à vous déranger plus, ma Reine, je pense que pour le moment, nous en avons fini. Oui, il était temps de prendre congé. Je n'ai en tous les cas pas d'autres questions pour l'instant. Je vous répète juste qu'il serait prudent que l'on évite un quelconque empoisonnement sur votre personne.

Ce qui impliquait de mettre un certains nombres de personnes sur l'affaire, qui s'appliqueraient à tout tester avant elle. Mieux valait la mort d'un valet, d'un policier ou autre, plutôt que la souveraine. En y pensant d'ailleurs, Richard s'obligea mentalement à aller voir Judith, pour la prévenir, pour lui demander de faire attention avec ses manipulations de tissu. On n'était jamais trop prudent et il ne souhaitait pas devoir constater son décès.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Mar 1 Juin 2010 - 20:22

    Il faut avouer que le poison fascinait la reine, plus encore ceux que les plantes possédaient en elles. Ses produits de la nature, certainement pas des erreurs, puisque le monde avait décidé de les porter, mais des dangers que les plantes portaient en elle-même. Elle ne s’était jamais attardé à leurs difficiles compréhension, elle n’avait au grand jamais choisis de les examiner, non, elle se contentait de ses fleurs dans son jardin personnelle, de les admirer et de rester fascinée devant, comme devant un veau d’or. Après tout, laissons ses secrets de mort à la nature, l’homme en a déjà bien assez avec son propre corps.
    Ce qu’elle savait cependant c’est que beaucoup de ses poisons n’avaient aucun remède, en tous cas aucun assez rapide selon la quantité ingurgité. Elle savait aussi que certain n’avait aucune parade et c’était bien cela le plus amusant. Amusant parce que cela terrifiait certain, amusant parce qu’elle observait cela avec une si haute désinvolture que l’on aurait pu la pensée folle, mais Lilith ne voyait pas le monde comme tout le monde. Elle admirait chaque chose d’Ambrosia comme un miracle unique quel que soit le danger qu’il représente ou son bienfait. Après tout, le monde était ainsi, pourquoi vouloir s’en effrayer !
    Elle fut certaine que l’idée n’enchantait pas Richard, après tout il avait sa famille, cet attachement étrange de l’amour, que la reine n’éprouvait que pour son royaume. Si elle devait mourir, Ambrosia elle survivrait toujours, quoi qu’il advienne, le royaume si prospère ne pourrait tomber entre des mains incapables, ou en tous cas pas pour longtemps. Elle n’était que la servante de cet univers, rien d’autre. L’incarnation du royaume, mais elle eut à son tour un frisson, qu’adviendrait-il de ce royaume si personne n’était assez fort pour le supporter. Sa mort aurait des conséquences, mais Lucius survivrait quoi qu’il advienne !

    La reine sourit, comme à son habitude entre ami, elle ne se fichait pas du danger, bien au contraire, mais elle ne pouvait se terrer dans la peur et attendre que l’on retrouve le coupable, dans un rire tendre.

    -Je préfère l’ébène ! S’exclama-t-elle avant de retrouver une mine sérieuse. Certes, il va falloir que je pense à vous avant de penser à moi ! Je ne voudrais pas vous causer de mauvais sang et vous voir devenir chauve par ma faute. Nous prendrons les mesures nécessaires. Déclara-t-elle dans un mouvement gracieux de la tête, proche de l’indifférence cependant.

    Si elle pouvait faire plaisir à Welton et le rassurait ainsi. Après tout…pourquoi pas.
    Lilith observa la fontaine, Richard dans son dos ne put remarquer le petit sourire de la Reine, ce petit sourire qui vous possède lorsqu’on sait que certaine personne n’aimerait pas vous voir morte. Et après l’avoir rapidement chassé de son visage, elle alla s’asseoir lentement jusqu’au rebord de pierre, glissant une main dans l’eau, appréciant son contact frais sur sa peau blanche.
    Elle oublia un instant la présence de Richard, l’esprit ailleurs, observant les vagues, qu’il fasse ce que bon lui semble, elle ne viendrait pas gêner l’homme dans son enquête après tout, il était là pour cela.

    -Je crois que nous en avons finis pour aujourd’hui, soupira-t-elle ailleurs. Dans ce cas mon ami, faites vos questions et veillez à ma protection.

    La reine s’en alla alors, étrangement pensive, comme happée par le souvenir de De Voisin, les temps s’assombrissaient encore sur Ambrosia
    =>Convoqué au bal


Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith] Jeu 3 Juin 2010 - 16:35

La Reine prenait cette affaire un peu trop à la légère à son goût. Il trouvait même que cela cachait presque quelque chose. Son regard s'assombrit légèrement, tandis qu'elle le corrigeait sur le bois qu'elle préférait pour son cercueil. Quelle importance? De toutes les façons, elle serait morte et les vers auraient tôt fait de s'occuper avec appétit de son cadavre, après avoir mis en poussière le tas de bois qui l'entourait. C'était un fait, Richard n'avait pas beaucoup d'humour, surtout quand ça touchait à des choses aussi graves. Et si par hasard il apprenait qu'on le menait par le bout du nez depuis le début de cette affaire, pas de doute qu'il appréciera encore moins.

- Si cela devait arriver, croyez-moi que vous ne feriez pas la différence, Madame.
Lâcha-t-il, sur un ton quelque peu grinçant. Il voulait qu'elle ouvre les yeux, ou en tous les cas, qu'elle lui montre qu'elle pouvait comprendre son inquiétude. Et sa considération pour son bien-être. Il ne faisait pas cela pour l'emmerder, il faisait cela pour sa sécurité. Elle le payait entre autre pour cela et ça serait un manquement grave à ses devoirs, s'il ne faisait pas tout pour lui faire comprendre que si elle ne prenait pas un minimum de mesure pour sa propre sécurité, c'était bien se retrouver six pieds sous terre qui l'attendait.

Le Grand vit alors le changement sur le visage de sa monarque et il comprit qu'elle venait de prendre un peu plus au sérieux ses considérations. Ce qui le rassura rapidement et détendit légèrement son visage. Il préférait ça, assurément et c'est avec un léger sourire et un mouvement de la tête, qu'il la remercia.

- Je vous remercie, ma Reine. Comprenez bien qu'il en va de votre intérêt. Comme je comprends le fait que vous ne vouliez pas montrer à l'assassin que vous avez peur de lui. Mais il faut pourtant que vous courriez le moins de risque possible. Je sais aussi, que le risque zéro n'existe pas, mais avec les précautions que vous prendrez, on l'amoindrirait, ce qui n'est pas un mal, croyez-moi. Je mettrais la main au plus vite sur cet individu, et vous pourrez reprendre vos habitudes sans crainte.

Voilà qu'il se sentait obligé de se justifier auprès d'elle. Enfin, mieux valait que tout soit clair entre eux. Il détestait les zones d'ombres, surtout quand il s'adressait à la prochaine victime potentielle de celui qu'il pourchassait. C'était encore pire, quand la dite victime, était la dirigeante d'un pays tout entier. Une pression plutôt énorme lui pesait sur les épaules, mais il la portait encore, sans trop de problème.

Les mains dans le dos, le cigare qui finissait de se consumer entre ses lèvres, il suivit du regard la dame qui l'accompagnait, l'observant alors qu'elle jouait avec l'eau de la fontaine. Elle semblait songeuse, pas de doute que toute cette affaire l'avait touchée bien plus qu'elle ne se permettait de dire, ou de montrer. C'était ainsi, les monarques jouaient un rôle, ils ne pouvaient surtout pas se permettre de se montrer faible ou atteint par les événements qui les entouraient. Et puis, cette femme était encore jeune, il se surprenait parfois à vouloir faire plus pour elle, pas dans le sens de devenir un amant ou autre, non, peut-être plus comme un père ou quelque chose s'en rapprochant, mais il ne doutait pas que son propre père et son frère, devait palier parfaitement à cela. Lui continuerait de jouer au chevalier servant, c'était sûrement pas plus mal ainsi.

Quand Lilith se redressa, c'était pour prendre congé de sa personne. Elle avait raison, ils n'avaient plus rien à se dire pour l'instant et lui se devait de continuer son enquête. Il retournerait directement dans les rues de la ville, pour se rendre à la maison close. Depuis qu'Alagardi lui avait dit que des prostituées semblaient savoir certaines choses, il s'était mis dans la tête d'aller les interroger personnellement. Il était donc temps pour lui, de s'y rendre. Les hommes et femmes de la Cour, attendraient encore un peu, avant d'avoir droit à ses visites, mais il ne lâcherait rien, tant qu'il n'aurait aucune piste réelle et valable à suivre.

- Je le crois aussi, Majesté. Posant deux doigts sur les bords de son chapeau pour la saluer alors qu'elle se levait, il l'enleva avec rapidité, pour s'abaisser légèrement, comme il le faisait à chaque fois, une révérence dans toute sa sobriété. Je ne manquerai pas à mes devoirs.

Le Grand se redressa ensuite, reposant son couvre chef sur sa tête, pour regarder sa reine s'éloignée lentement, déjà totalement perdue dans ses pensées, avant qu'il ne tourne les talons à son tour et ne quitte le palais, pour retourner enquêter dans la rue. La journée risquait d'être encore bien longue.

Arrow L'enquête continue!

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Rencontre Royale [Lilith]


Contenu sponsorisé




 

[Terminé] Rencontre Royale [Lilith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Règles et contexte :: Exemple de rp-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact