Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mer 17 Mar 2010 - 23:11

Votre personnage

    Nom: Mertueil
    Prénom: Cassandre
    Surnom: Dieu merci aucun!
    Age: 30 ans
    Sexualité: Bisexuelle
    Métier: Esclave
    Groupe: Esclave
    Rang désiré: Une esclave? Mais quelle plaisanterie!


Caractère:

"Si vous ne savez que faire de vos mains apprenez leurs des mots d'amour et si elles n'arrivent pas à s'exprimer, donnez leur un corps à caresser."
Inconnu.
Le corps...lorsqu'il ne vous trahit pas il est la meilleure des armes, nul besoin de tuer quelqu'un avec lui, il y a tant de possibilité pour le détruire autrement. La courbe de la chair peut rendre fou n'importe qui, le voile d'une hance peut détourner de son but le plus vaillant des hommes, l'émoi d'une poitrine corsetée peut à loisir faire fondre de désir l'homme ou la femme pour qui one joue l'émoi. N'est ce dont pas merveilleux tout ce que l'on provoquer avec un souffle, une caresse, un battement de cil.

"Celui qui exige beaucoup de lui même se sent naturellement porté à beaucoup exigé d'autrui."
Gide, Journal
L'exigence, c'est une qualité de roi et de reine, et cela ne peut être un défaut. Impossible. Désirez toujours et mieux que ce que l'on a , c'est un ordre naturelle de chose. Ne vous méprenez pas, les exigences se portent avant tout sur soi même, sur ce que l'on peut obtenir des autres. Nous sommes dans le devoir de désirer plus que ce que l'on est, plus que ce que l'on a. Se contenter du peu que nous avons, c'est une habitude de pauvre âme, hors nous devons être à la hauteur de nos exigences, à la hauteur de notre rang, plus encore lorsque comme moi, on est de sang bleu.

"Il n'est point de bête plus indomptable qu'une femme, point de feu non plu; nulle panthère n'est à ce point effrontée"
Aristophane
Parvenir à dresser un corps tel que le mien est un défi, une folie ! Jamais au grand jamains vous ne pourrez connaitre tous ses désirs,tous ses secrets, toutes ses tentations. Ce que je ne désire pas vous donner, je le garde, ce que je ne veux pas vous montrer, je le dissimule. Combien d'ailleurs se sont détournés, cruellement offensés alors qu'ils possédaient mes chairs, qu'ils offraient le plaisir et que de mon obstinant esprit je le contentais de soupire lasse ou bien de prendre mon plaisir au détriment du leur. Et qu'ils m'abandonnent ainsi sans avoir pu se satisfaire de ma possession.
Un cheval peut mieux se dresser que moi. Il peut être dompté,je ne serais jamais une jument que l'ont peut monter à loisir. Impossible. l'éducation n'aura pas raison de moi, encore moins Monsieur De Plaisant.

La vraie souffrance c'est ce qui nous emporte, pas ce qu'on emporte
Lemelin, Au pied de la pente douce
Monsieur de Plaisant d'ailleurs, n'est ce pas avec ma colère qu'il est le plus intime? Je suis horrible lorsque mes exigences se retrouvent déchues au néant. MAis ma colère est ma plus grande souffrance, mes hurlements, mes gestes...on me pense hystérique, mais s'ils se doutaient un instant à quel point ceci est calculé. Je me lance à corps perdu dans mes cris, je me transforme presque dans cet emportement, divine souffrance, en une beauté colérique qui s'égosille. Si le vase que je vous lance se brise, mon regard n'aura jamais eu autant d'éclat.

"L'histoire est encore plus rancunière que les hommes"
Karamzine,Histoire de l'Etat Russe
C'est à corps et à cri que je rejette Ambrosia et son histoire. Je suis bercée depuis mon enfance par cette rancœur éternelle envers De Choiseul et Mérimin. Ce fourbe qui emporta notre ancêtre et dompta les autres. Qui vola la supériorité pour lui seul et sa lignée. Je voudrais détruire ce royaume, emporter l'esprit de la tête, Lucius et Lilith, atteindre peut être Nicolas. Quel plus grand plaisir que mon hystérique exigence de rancune?


Physique:

"La beauté est infiniment cruelle
Appery, Diabolus in musica
Les hommes me soufflent que je suis belle, que ma peau de lait n'a d'égale que celle de la reine. Que son cuir lunaire est aussi tendre que la diaphane peau d'une vestale, mais que de compliment pour quelqu'un qui se joue autant de sa beauté qu'elle se joue de leurs désirs. J'use de mon corps et de ses charmes comme d'une arme, vous le savez, je fais de mes atouts une dague cruelle qui les perce, les détruits, les rends dépendant de sa douleur. Je ne désire pas être autre et sur chacun de mes traits s'étalent cette magnifique cruauté qu'ils appellent ma beauté.

"Lorsque la beauté règne sur les yeux, il est probable qu'elle règne encore ailleurs"
Vauvenargues, Réflexions et maximes
Le bleu de mes yeux est peut être ce que l'on voit tout d'abord de moi. Leur couleur envoute, charme, invite, leur teinte se transforme au grès de mon humeur, mais toujours aussi perçant le bleu s'emballe dans toute sa couleur splendide lors de mes emportements. Il peut dédaigner le compagnon lorsque je le désire et c'est par lui que je glisse tous mes charmes, autre arme délicieuse que cette couleur violente.
Mais mes yeux s'accompagnent de mes lèvres,charmantes et méprisantes, aussi fières que condescendantes, je pourrais vous faire souffrir des heures avec elles, vous promettant un baiser et m'y dérober à loisir, vous ne verriez que leurs promesses, ce qu'elles vous soufflent, ce qu'elles vous promettent...

"La beauté (contrairement à la laideur) ne peut vraiment s'expliquer, elle se dit, s'affirme, se répète en chaque partie du corps, mais ne se décrit pas."
Barthes, S/Z
Et si mon corps s'en mêle, s'il désire se jouer de vous, méfiez vous de ses formes. Méfiez vous de la courbe de sa taille, de la chute de ses reins, du port de sa poitrine. Je peux tout à loisir fondre sur vous chacun de ses supplices, la tentation de mes hanches, l'esquisse même de ma cheville peut devenir une arme divine entre mes mains, rien ne saurait d'ailleurs m'échapper de moi si je ne le désire pas. Chacune de mes armes est en ma possession et jamais aucune d'elles ne pourra se retourner contre moi


Histoire:

"On ne renie pas son enfance; on l'enfouit au fond de son cœur, et l'ombre portée, l'ombre magique devient un symbole"
Dor, Après l'enfance
A la veille de ma venue, ma mère avait déjà sentit la hâte que j'avais éprouvé à venir au monde. La voix de mon père semblait réveiller l'enfant qui dormait et elle était presque sûre qu'elle aurait un fils. Mon père lui, bien au contraire, était certain d'une fille. Une autre fille qui aurait toute la beauté de ses femmes passées, toute la grandeur de ses dames ancestrales, ainsi que toutes leurs animosités envers Ambrosia. Au fond c'était ce qu'il désirait, une petite fille bafouée par Ambrosia, qui comme lui, détesterait au plus haut point ce monde. Qui comme lui ne désirerait que reprendre ce qui leur revenait de droit, la supériorité des clans, comme par le passé. Et quelle fut son bonheur lorsque, les hurlements de la naissance m'annoncèrent, lorsque sa femme épuisée lui sourit tendrement, lorsque le médecin annonça fièrement que j'étais une fille...

Dans les bras de mon père, je grandis, certaines petites filles ne quittent pas les jupes de la mère mais ce fut dans ses bras à lui que je passais mon enfance. Écoutant le plus souvent le récit du passé, les histoires des grands hommes de la famille, les bassesses des plus belles dames de notre lignée. Les secrets étaient avoués, les rires s'y mêlaient et s'était avec fierté qu'il me racontait les coups portés dans l'ombre par certain des nôtres. Mon arrière grand père aurait plus que souvent provoqué la fièvre auprès des favorites du roi, engendrant chez ses dames fausses couches ou fièvres délirantes. Une grand mère aurait fait tourner la tête d'un cousin du roi précédent pour les quereller...des petites histoires anodines mais amusantes, toujours fourbes, toujours pleines de rancune. Un délice à apprendre je dois avouer.
Cela plaisait à mon père que l'enfant soit comme la sœur, aussi désireuse de grandir et de se venger de ce monde. Certaines mauvaises langues diront que nous avons simplement étaient enrôlées dans ses désirs familiaux dès l'enfance, mais j'ai toujours eu la sensation de cette rancune au fond de moi.

Moi et ma sœur d'ailleurs l'avons toujours eu, peut être cependant avions nous un caractère différent. J'étais déjà mue par mon emportement, alors que elle, savait beaucoup mieux que moi se contrôler. Nous grandîmes ensemble, toujours près de notre père, nous apprenions beaucoup de chose et lorsque j'eus sept ans et elle 14, notre père dut nous parler de l'éducation. Ma soeur s'y prépara, moi je m'y refusais catégoriquement!

"La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix"
Sollers, Le défi
Mon corps se développa bien rapidement, jouant très tôt de ses charmes, il s'épanouit à peine mes onze ans sonné et transforma peu à peu celle que j'étais en demoiselle à la peau diaphane, charmante et à l'apparence fragile. A mes quatorze ans, je prenais la grâce des demoiselles Mertueil et ma soeur elle nous quittait déjà pour subir cette horrible éducation, dont je ne voulais rien entendre. Je ne désirais pas connaître Ambrosia, je ne désirais pas m'attarder sur la cour, elle m'ennuyait, on parlait pourtant trop souvent dans nos contrées de cette reine magnifique qui monterait un jour sur le trône. La colère enflammait mes veines lorsque j'entendais cela et mon emportement naquit à l'aube de ses années, alors que folle de colère je me plongeais dans une rage effrayante. Mon père me laissait hurler, il trouvait que la jeunesse n'avait nul besoin de chaine et que cela ne me rendait que plus belle.
En quatre ans d'ailleurs, cela n'arrangea pas mes frasques et lorsque j'eus atteint 18 ans, on m'invita à aller à Ambrosia. Mon père le décida de lui même, de m'envoyer là bas, de me faire faire mon éducation, de jouer à cette cour. Mais je ne voulais pas connaitre ce monde, ni en devenir l'esclave et alors que j'exprimais mon non désir de faire tout cela, mon père objecta calmement en me demandant ce que je désirais. Restant sans réponse face à lui, il gagna sur moi. Si je ne savais pas ce que je voulais, autant faire ce que je ne voulais pas.

"Je suis seul avec moi. Mon être est ma prison. Car je demeure hélas! Ma cause et ma raison."
Babits Epilogue
Dix huit ans à peine éveillé et je me trouvais en route pour la cour. Mon père m'y emmena lui même, pour voir ma soeur qui, elle, ne tarderait pas à sortir de cette prison de chair pour m'y laisser seule. La fameuse reine à cette époque n'avait que 3ans de moins que moi et j'espérais qu'elle ne rentrerait pas dans l'éducation lorsque j'y serais. Hors...
Le roi son père en me voyant me trouva charmante et aux premiers abords pensa que j'étais une enfant docile. Quelle ne fut sa surprise lorsque le dresseur s'avoua vaincus dés les premières heures en sa compagnie. Je n'avais pas eu affaire à ce fameux Damon, non mais à un imbécile beaucoup plus malléable au final. Il ne prit sur moi rien, pas même ma virginité et c'est après quelques jours dans les geôles des sous sols qu'arriva mon premier maître. Un certain mais non moins fameux De Voisin. Il me trouva délicate et furieuse. Aussi violente qu'un chat sauvage à qui l'on devrait couper les griffes. Il s'amusa bien vite de ma peau et lorsque, attachée et contrainte entre ses mains, je perdis ma virginité sous ses assauts méprisants, je jurais au fond de moi que cette monarchie tomberait, qu'elle finirait au fond du trou et que je ferais subir à la reine tout ce que j'aurais subit. Car durant trois ans, De Voisin m'enseigna, me posséda, me désira. Quelle ne fut ma rage lorsqu'il m'abandonna pour Elle!
Je m'étais habituée à lui, il m'obligeait à subir les caresses de femme, d'homme dont je ne savais rien, il m'apprit à connaître mon propre corps, à en user plus qu'indécemment, et je dois lui reconnaitre une chose. Il m'apprit à apprécier la chair et ses supplices, certes je désire détruire ce monde mais plus au dépend d'un plaisir que je pourrais avoir. Ce fut bien le seul maitre qui me fit jouir alors même que je m'obstinais à le repousser, à ne vouloir rien éprouver! Mais lorsqu'il me préféra la reine, je crois que ce fut ce jours là que je devins horrible, plus encore qu'à mon habitude.
Je me refermais dans mon esprit et mes complots, veillant avec ma soeur à ne pas laisser Ambrosia tranquille. D'ailleurs ce fut elle qui ajouta à nos sombres desseins un homme dont je me méfie étrangement et cela depuis le début. Ma soeur à de ses emportements de coeur dont je ne comprend rien....
Mais parlons plutôt de mes années d'enfermement à ce château. Il se succéda à moi bon nombre de maître, voir même de maîtresse qui finirent tous par m'abandonner, ivres de colère face à mon emportement. Le roi ne sut plus quoi faire vraiment et on me passa de main en main sans que je puisse sortir de cette prison. Ma famille me pria de me calmer mais c'était se moquer de la femme que j'étais. Lorsque Lilith De Choiseul grimpa au trône, quelle ne fut ma surprise lorsqu'elle s'occupa de moi. LA reine me reçut dans sa couche et m'offrit à son ministre. Elle nous regarda tandis qu'il me faisait céder au plaisir, il ressemblait bien à celui qui l'avait éduqué. Et lorsque ma colère se raviva à la fin de tout cela, la tête d'Ambrosia sourit et me présenta mon maître. Mais jamais au grand jamais il est certain je n'apprécierais cet homme, je serais toujours méprisant et froide, cependant il faut désormais la jouer tendre. Je peux toucher la tête du royaume directement, enfin l'une des deux têtes!

Et c'est dans cette idée que j'ai passé près d'un an. Hors aujourd'hui, une vilaine ombre plane sur le royaume. Le poison circule, touchant mon premier maître. Ma soeur aurait-elle fait cela? Je ne voudrais pas que mon masque tombe alors que je n'ai jamais été aussi bien placé. Il va falloir rajuster mon loup et veiller à ce que rien de fâcheux nous coupe l'herbe sous le pied, car je dois avouer que JE désire plus que tout mener à mal ce monde décadent.

Vous
    Nom/Surnom: Mym'
    Avatar: Isabelle Adjani
    Qui vous a emmené jusqu'à Ambrosia?: Un top site
    Les mots de passe ont été envoyé: Oui

Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre de Mertueil
Ministre de l'Education

avatar

Messages : 631
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 15/03/2010



Situation : en couple

Carnets
Age: 31 ans
Métier: Ministre de L'Education
Niveau rp: 3/3 rps en cours

MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 11:07

Fiche terminée

Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre de Mertueil
Ministre de l'Education

avatar

Messages : 631
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 15/03/2010



Situation : en couple

Carnets
Age: 31 ans
Métier: Ministre de L'Education
Niveau rp: 3/3 rps en cours

MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 11:27

Bonjours et Bienvenue sur Ambrosia.

    Votre fiche est fort agréable à lire et vous voilà donc validée.

Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 11:34

    Et bien Madame, Bienvenue parmi nous! Mais nous vous soumettrons je vous le jure!

Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 11:49

Facile a dire, encore moi qui vais me taper tout le boulot! XD

Bienvenue, jolie fiche Wink

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 11:59

Merci à vous deux

Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre de Mertueil
Ministre de l'Education

avatar

Messages : 631
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 15/03/2010



Situation : en couple

Carnets
Age: 31 ans
Métier: Ministre de L'Education
Niveau rp: 3/3 rps en cours

MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 19:14

Vous êtes donc la favorite de ce... personnage. Soit. N'hésitez pas à venir voir les beautés de la scène à l'occasion. Je suis curieuse.

[Bienvenu ! Amuse toi bien ^^]

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 22:34

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuue !!!

Je te souhaite de bien t'amuser Smile

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mar 30 Mar 2010 - 22:37

Bienvenue à vous très chère! Je vous souhaite un bon RP parmi nous!

[On va s'éclater!^^]

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C] Mer 31 Mar 2010 - 13:27

Bienvenue demoiselle. ^^

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C]


Contenu sponsorisé




 

Favorite du ministre? C'est une plaisanterie...[u.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Nobles-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact