Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Lun 22 Mar 2010 - 1:10

Arrow Enquête encore et toujours, ou presque

Richard tournait en rond, aucune piste encore valable pour cette affaire d'empoisonnement, il avait besoin de se changer les idées et son frère lui avait proposé d'aller boire un verre tous les deux à la sortie de son travail. Ce qu'il avait accepté sans autre, voir Calvin était une source de rafraîchissement dont il avait souvent besoin. Un plus aussi pour avoir quelques nouvelles de sa fille... frustrant de savoir que son cadet avait assurément plus de contact que lui, son propre père. Mais on ne refaisait pas l'histoire et il vivait avec.

L'avantage d'avoir un frère dans le milieu, lui permettait d'avoir ses entrées au théâtre, sans avoir besoin de passer par la grande porte. De toutes les façons, cette entrée était rarement ouverte la journée, personne n'avait besoin de venir au théâtre avant l'heure de la représentation et tout employé qui se respectaient, passaient par la porte des backstage. Plus discrète, à l'arrière de la bâtisse, on y était en paix, mis à part quand des fans campaient devant avec l'espoir d'apercevoir leurs idoles. Mais ils étaient rare, ceux à être réellement patient. Car bien évidement, ces stars des planches, prenaient leur temps pour sortir. Bref, tout cela pour dire que notre inspecteur avait donc ses entrées et que c’était sans aucun problème qu'il passa la porte, pour continuer sa route dans les dédales des coulisses.

Le manteau posé sur son bras, il observait le fourmillement de monde qui s’activait dans tous les sens. Il fallait être bien naif pour croire qu'un théâtre dormait pendant le jour, que ce n'était qu'à la veille de la soirée que tout se mettait en branle. L'homme comprenait parfaitement pourquoi son frère, et sa fille, trouvaient leur bonheur ici. C'était une ambiance réellement particulière, bien difficile à définir, mais qui ne donnait envie que d'une chose, pouvoir s'incruster. L’inspecteur salua quelques têtes connues, au final, après tant d’année à côtoyer les gens qui y bossait, il avait prit lui aussi ses habitudes, ses marques. Les Welton n’étaient assurément pas inconnu au sein du bâtiment et plutôt apprécié des techniciens. Ellyn ne devait pas y être étrangère. Calvin aussi d’ailleurs, mais ce n’était pas tout à fait la même approche.

Ses chaussures claquaient légèrement sur le sol du hall, alors qu'il arrivait dans la salle principale du théâtre, là où se trouvait la scène. Une pièce magnifique, même plongée dans le noir à cet instant, puisque les éclairages se mettaient déjà en place, on pouvait sentir l’imposante architecture.

Et sur cette scène, se trouvait son cadet, en pleine répétition, l'aîné alla alors s'installer sur un fauteuil, pas loin, pour observer, en silence, ce n'était pas le moment de les déranger. Welton avait beau eu tenté la discrétion, son arrivée n'avait pas manqué au regard d'aigle de son frangin et celui-ci lui fit un petit clin d'oeil, alors qu'il continuait à jouer comme si de rien n'était. Devant lui, à quelques rangées, se trouvait la table où était installé le metteur en scène, avec son assistant, la voix était reconnaissable entre mille et la silhouette fine et gracile aussi. Comme à son habitude, Helène De Valene menait la danse d'une main experte et des plus professionnelles. Un plaisir à observer.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Lun 22 Mar 2010 - 23:28

Il n’y avait jamais de temps à perdre dans un théâtre. Le soleil était le complice de tous les artifices qui donnerait le spectacle. Un spectacle s’achevait sous les applaudissements, alors que déjà on préparait les accessoires pour le suivant. C’était ainsi, il y avait toujours ce décalage entre la représentation et le travail en interne. D’aucun vous dirait cette frustration de voir chaque scène passer sans jamais pouvoir la regarder réellement. Mais c’était ne rien comprendre à la comédie que d’être déçu par cela. Helène aimait ce double temps. Elle l’aimait comme d’autres aiment contrôler les heures.

Il y avait toujours tant de minutes à organiser ici. Tout n’était que planning, calcule et prévision. Un mal nécessaire bien entendu. Le ministre, qui oserait se plaindre de ses horaires face à elle, aurait tôt fait de subir une journée entière entre ses murs. Car malgré toute la rigueur du monde la créativité reprenait toujours ses droits. Tout personnage de ce monde avait bien dû s’en accommoder. Chacun avait donc sa façon de prendre les choses. Inutile, cela dit d’espérer rentrer pour le diner, un autre soir que celui de relâche. Ceci dit ne vous tracassez point les artistes savent vivre d’eau fraîche et de stress. Cet après midi n’échappait en rien à ces lois de dramaturgie. Ils montaient une nouvelle pièce.

La fourmilière trouvait son apogée lorsque le clocher sonnait les trois heures. La chaleur rendait les individus indolents et un rien poisseux. La concentration n’était plus au beau fixe, sans des rappels réguliers à l’ordre. La gérante savait tout cela. Elle avait jouée. Tous les comportements qu’ils avaient elle les avaient eus également. De là peut être, lui venait sa ruse et son talent, pour faire travailler tout ce beau monde. Julien à sa droite faisait une moue contrariée. Il n’aimait pas que les choses trainement. Il n’aimait pas non plus le désordre mal élevé. C’est sans doute ce qui rendait sa place si précieuse auprès d’une artiste trop passionnée.

Il y avait sur scène deux comédiens. Elle les connaissait touts deux. Ils avaient déjà travaillés ensemble et sous sa direction. Même si cela faisait plusieurs mois qu’Helène ne s’était pas octroyé le rôle direct de metteur en scène. Aucune abstinence ne pouvait ceci dit effacer ce savoir faire là. Il y avait en elle tant de détermination et de franchise qu’elles auraient suffit à motiver les plus inconséquents des acteurs. En plus de cela ils avaient un public. Les mêmes visages, ceux qui pouvaient se permettre les remarques sans ambages et les sourires satisfaits.

Helène les laissait faire. Chaque regard pouvait être profitable au jeu. La diversité était la plus belle arme de leur réussite. Assise à la table elle jetait un œil au texte. Il n’était pas d’elle. Une œuvre collective d’une troupe itinérante. La renommé du théâtre poussait beaucoup de plume à laisser leur œuvre à la charge de la favorite. Le droit d’auteur n’était qu’un concept flou, bâtard, dans cette société. Même si mademoiselle de Valene essayait de son mieux d’être juste au moment de la gloire. Elle se battait, depuis plusieurs années pour faire passer une loi, permettant de protéger la création propre. Mais cela n’avait pas encore assez d’importance aux yeux du pouvoir.

L’entrée de Richard perturba la petite assemblée. C’était du même ordre que la jolie frimousse blonde de sa fille. Le sourire de Calvin informa sa supérieure sans qu’elle n’ait à se détourner de son travail. Cette famille, les Welton, tous avait trouvé une place. Presque tous… Helène ne plia point. Elle voulait que la scène aille jusqu’à sa fin. Ses yeux noirs et attentifs se posèrent sur le frère dissipé sans autre signe d’autorité. Il était plus vieux certes. Mais elle était son employeur à présent. Les relations se bornaient au plus simple quand la scène les réclamait. C’est à cela qu’on reconnaissait le véritable artiste.

Puisque peine semblait vaine à présent il fallu amener la pause générale. La Grande se leva tranquillement dans un délicieux ensemble pistache. Il n’y avait pas un ingrédient en trop pour mêler sur elle la grâce et le charme. Nul besoin de la meilleure des costumières pour se mettre en valeur sur son propre territoire. Calvin bondissait déjà au sol pour aller embrasser l’officier. Avec un sourire à la fois chaleureux et amusée la belle Heléne approcha de son invité surprise. Sa main se posait délicatement sur son bras et sa bouche alla à ses joues avec la simplicité de l’amitié.

-« Bonjour monsieur le trouble fête. Est-ce donc une nouvelle directive de votre agence que de perturber on travail dit moi ? »

Son regard chaud brillait d’ironie et déjà un rire s’enfuyait de son aimable bouche.


Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Mer 24 Mar 2010 - 16:48

Lui qui avait voulu passer inaperçu, voilà que c'était raté. Difficile d'un côté d'être aussi invisible qu'une ombre, quand tout le théâtre est plongé dans l'obscurité et qu'une simple ouverture de porte annonce votre arrivée. Pourtant, Richard ne fit comme si de rien n'était et fit un léger signe à son frangin de rester concentré, de toutes les façons, le metteur en scène ne manqua pas de le faire à son tour. Sans rien dire et bien qu'elle était de dos, l'inspecteur se doutait du regard qu'elle devait faire à son cadet à l'instant. Ce qui dut l'amuser sans aucun doute, car il continua de jouer son texte sans problème. Un sourire en coin, tout en l'observant travailler, la fierté de toute la famille ce petit. Il était impressionné par la facilité qu’avait cet homme à entrer dans la peau de quelqu’un d’autre. C’était assurément à lui qu’il devrait parler pour démasquer quelques suspects potentiels dans le grand théâtre qu’était la Cour… après tout, il devait repérer les mauvais acteurs. A méditer.

Une voix féminine le fit sortir de ses considérations, une pause, assurément bienvenue pour tout le monde, fût enfin donnée. Vu l'heure avancée de la journée, pas de doute que tout le monde commençait gentiment à saturer et dire qu'ils en avaient encore pour quelques heures. De quoi donner bonne conscience à notre flic qui bossait lui aussi jusqu'à des heures pas possible. Ca lui permettait de se dire qu'il n'était pas le seul. La lumière se fit à nouveau dans les gradins et il ne manqua pas le saut de son frère en bas de la scène, secouant légèrement la tête, l'aîné l'accueilli pourtant avec un sourire. Tout en se levant bien vite, pour une accolade des plus fraternels, baisés sur les deux joues, il fit reculer un peu le cadet de la famille pour l'observer dans son costume.

Mais l’enquêteur fût bien rapidement coupé dans son élan, par la jeune femme, qui tenait ce fameux théâtre. Le baiser frais sur sa joue le fit un peu plus sourire et il tourna la tête pour croiser son regard. C’est vrai qu'elle avait toujours eu un effet un peu étrange sur lui, pourtant, il ne lui serait jamais venu à l'esprit de se laisser charmer quitte à faire une bêtise, elle l'avait compris d'ailleurs à ses dépends, mais tout cela était de l'histoire ancienne et ils s'entendaient plutôt bien, depuis le temps. De plus, Richard préférait laisser son frère s'occuper de la dame. Un petit sourire presque gêné se fit sur ses lèvres, tandis qu'elle le remettait gentiment à l'ordre, sur le ton de la plaisanterie, mais il était clair qu'il se sentirait extrêmement mal s'il avait réellement dérangé la répétition.

- C'est plutôt une demande à l'interne, pour profiter d'un instant de répit. Lâcha-t-il sur le même ton, tout en jetant un coup d'œil à son frère, qui lui, était rayonnant.

Normal, il était dans son élément et même si Richard venait de lui balancer la faute, il s'en moquait éperdument. Tout sourire lui aussi, il ne manqua pas de rétorquer tout à fait innocemment.

- C'est totalement inadmissible! Qui est le traître qui a demandé de perturber le travail de Mademoiselle de Valene? Sur un ton tout à fait tragique, seyant parfaitement à un comédien de sa trempe.

Car autant il savait jouer nuancé, autant il savait en faire des tonnes, quand la situation l'exigeait et en l'occurrence, c'était le cas. C'était tout ce qui faisait son talent, avoir une palette plutôt conséquente de rôle à interprété. Et il fallait bien avouer que ce comédien refusait catégoriquement de se faire enfermer dans un rôle, sans plus jamais pouvoir en changer. C'était le problème de la Commedia Dell'arte par exemple. Si vous appreniez à devenir un Arlequin, vous ne feriez plus jamais rien d'autre que cela dans les Canevas et l'homme craignait qu'à accepter des rôles au cinéma, il pourrait bien se retrouver enfermé dans un carcan, ce qu'il ne souhaitait absolument pas. La liberté de pouvoir changer de caractère à chaque nouvelle pièce était un plaisir absolu. Qu'il n'échangerait pour rien au monde!

De plus, vu l'allure qu'il avait, son jeu était parfaitement trouvé ! De grande taille lui aussi, tout aussi sec que son frère, il portait un costume trois pièces, noir, une paire de lunette retenue par une simple cordelette, une petite moustache et les cheveux coupé court, lui donnant un air des plus guindés et très classe, fallait bien l'avouer.

Le Grand le regarda faire on ne peut plus amuser, habitué à ce genre de « frasque » de la part du frérot. Il ne répondit rien, laissant ce plaisir à la jeune femme qui était avec eux, pas de doute qu’elle saurait parfaitement quoi lui répondre. Et tant que l’échange restait sur ce ton de l’humour et de la légérté, il ne fallait pas s’en priver. D’ailleurs, l’aîné Welton reporta son attention quelques instants sur la Reine des lieux, pour voir sa réaction. Elle aussi, avait une certaine classe, enfin comme toujours, elle savait s'habiller avec goût et se mettre en valeur. Mais c'était bien le minimum demandé quand on était la favorite de la Reine et la gérante d'un théâtre de ce prestige.

Il ne put s’empêcher de dire à la volée, tout en montrant le comédien d’un signe de la tête.

- En quoi est-ce que tu es en train de transformer mon frère? Il ferait presque peur à être aussi propre sur lui!

Vrai que Calvin était du genre à être un peu plus négligé que cela. Comme quoi, le théâtre faisait parfois des miracles.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Dim 30 Mai 2010 - 23:28

Sur signe de tête Julien c’était levé pour faire prévenir. Après l’ombre de la répétition tout le monde accueilli la lumière crépusculaire avec sourire. Pendant que les deux frères se saluaient l’un des décorateurs en profita pour s’accaparer l’attention de la dame en vert. C’est lui qui gérait les commandes concernant les matériaux. Et il avait toujours –oui toujours- quelque détail à confirmer. Helene s’y pliait de bonne grâce en réelle cheffe d’entreprise. Son Education lui avait permit d’avoir toutes les connaissances arithmétiques et commerciales nécessaires pour échapper aux entourloupes du capital.

Il y avait entre Monsieur Welton enquêteur et elle assez de complicité pour que ces remarques soient prises avec humour. Ce qui était le mieux connaissant l’attrait de la Grande pour les piques de velours. Le maniement des mots était ici aussi autant requit que celui du corps. C’étaient des individus en bonnes conditions physiques et persévérants à la tache qui évoluaient dans la bâtisse. Richard aurait put débarquer n’importe quand il aurait interrompu quelque chose. Déjà bruissait le tissu de quelques jeunes filles portant carafes de citronnades et petits encarts.

Helene accepta la boutade avec un sourire malicieux quoi que un rien intimidant. Elle savait pertinemment que son mode de fonctionnement pouvait paraître rude à un nouvel artiste. Il y avait de rares plaintes. Venant toujours ceci dit des âmes les moins enclins à l’effort. Ce que lady de Valene exigeait était à la hauteur de ce qu’elle attendait d’elle-même. Sa douceur n’avait d’égale que son irrépressible recherche de qualité. Richard ne faisait que jouer. Ce jeu elle voulait bien y participer tant qu’il ne quittait pas les sentiers de la politesse amicale.

-« Je suis pire avec eux qu’avec mes esclaves. Mais à qui s’en prendront-ils si les « hourras » sont remplacés par des tomates, humm ? »

Calvin n’avait toujours pas déchaussé ses lunettes de scène. Il n’objecta rien à cette petite perfidie. Malgré son jeune âge Helene avait un talent pour diriger. Il avait été un amant assez attentif pour savoir que ce trait de caractère avait été crée par le mode de vie ambrosien. Si cette dame avait put rester en ces terre du nord elle aurait été une adorable artiste pleine d’assiduité. Sa relation avec la Reine avait tout simplement accélérer sa monter vers les pouvoirs. Elle n’usurpait aucune place et chacun en avait conscience. C’est aussi en partie l’une des raisons qui rendait sa maison respectable.

-« Ne craigniez rien baron. Ce malotru sera condamné à venir voir la première. Et si possible avec plus de discrétion que son employé. N’est-ce pas ? »

Calvin cacha un sourire. La Grande n’oubliait jamais de remettre les choses en ordre. Avec le même humour elle venait de remettre l’échange à son avantage. Si cet exercice n’éloignait jamais l’amitié il rappelait gentiment les faits. Ce jeune policier avait retardé le programme d’une bonne quinzaine. Un désagrément qu’Helene n’était pas prête à réitérer. Les mains de la demoiselle jointes et posées contres son vente ne portait en ce moment aucune bague. Elle se donnait toute entière au nouveau projet délaissant pour un temps les intrigues charnelles. Dans cette ambiance plus suspicieuse qu’à l’ordinaire son amie attendait du divertissement. Il fallait donc se plier en quatre pour le royaume.

-« Un baron dangereux qui cherche gloire et pouvoir. Il est tiré d’une ribambelle de portait des environs de l’avenue des dorures. »

Cette grande artère où tout le gratin de la cour aimait à pavaner. Helene n’avait jamais caché sa moquerie. Les gens trop certains de leur pouvoir et de leur place trouvait souvent caricature sur ses planches. Derrière elle arrivait son beau Julien qui lui tendait simplement un verre. Il saluait le frère avec un sourire charmant. En vérité il était tout à fait adorable. Et sans l’adoration révérencieuse qu’il concevait pour sa supérieure une histoire serait née depuis des mois entre eux. Il faisait plutôt figure de gardien. Voir le représentant de la loi ici ne le laissait certes pas indifférent. Car de ce tandem c’est toujours lui qui rappelait à la Grande les politiques. La piste empoisonnée continuait de parcourir la cité…

-« Accepterais-tu que j’embauche ta fille comme ouvreuse pour le mois de mai ? Elle ne cesse de me dire que ce serait sa plus grande joie. »

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Mar 1 Juin 2010 - 0:11

Ce n'était assurément pas dans l'optique de l'enquêteur de se mettre à dos la gérante du théâtre. Il savait manier l'humour avec discernement et jamais il ne mettrait les pieds dans le plat avec elle. Il était assez poli pour cela. Il ne la craignait absolument pas cela dit, mais il ne souhaitait pas ternir la relation qu'il avait avec elle. Toute simple, une amitié sans fioriture, tellement difficile à acquérir dans ce monde de la Cour. Et même si cette femme était à l'origine de la rupture avec Judith, il n'arrivait pourtant pas à s'empêcher de la voir. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé, ce n'était pas non plus pour chercher un peu plus son ex-femme, il lui donnait raison à faire cela, il le savait pertinemment. Mais c'était plus fort que lui. Il n'avait jamais excellé en ce qui concernait les relations sociales et les peu qu'il avait et qui lui était agréable, il ne pouvait se permettre de les perdre.

C'était le cas avec De Valene, alors quelque part, tant pis si cela lui faisait une mauvaise pub j'ai son ex... il avait besoin de ce genre de relation. Et puis, quelque part, s'il décidait de couper les ponts complètement avec la théâtreuse, ça ne pourrait qu'aller dans le sens de sa culpabilité, prouvant ainsi que leur relation n'était peut-être pas si innocente que cela. Jamais ils n'avaient franchi de cap tous les deux. Jamais, une soirée avait finit entre des draps de soie. Richard l'avait toujours refusé, il avait mis rapidement les choses au clair. De plus, cette femme appartenait à son frère. Même si les deux ne s'affichaient jamais ensemble et que leur idylle était sûrement passée, l'aîné Welton ne touchait pas aux conquêtes des hommes de la fratrie. Chacun la sienne, comme qui dirait. Parce qu'il savait pertinemment que lui, ne supporterait jamais que l'un de ses frangins ose tenter sa chance avec Judith, par exemple.

L'inspecteur n'empêcha pas un fin sourire, amusé, de traverser ses lèvres à la réponse de son amie. Elle savait parfaitement retourner la conversation à son avantage, et ce, en beaucoup d'occasion. Une parfaite maîtrise de la rhétorique, qu'il appréciait particulièrement. Avec elle, la conversation n'était jamais ennuyante. Elle savait stimuler son esprit comme peu de personne pouvait le faire. Encore un point qui le faisait la garder auprès de lui. Pourquoi se priver d'un tel esprit?

- Nous savons tous ici, que tu es un bourreau de travail, Helene, même si tu tentes de justifier tes actes, par une logique implacable. Lâcha alors le policier, sur un ton calme et parfaitement posé, suivant la conversation presque sérieusement, même si elle pouvait parfaitement sentir qu'au final, il la taquinait, comme à son habitude. Il pouvait d'ailleurs se le permettre, ils étaient tout deux du même rang, ce n'était pas comme s'il venait à lui manquer de respect. Ce n'était de toute façon pas, l'effet rechercher. Et puis, il y avait tellement peu de monde avec qui il pouvait lâcher pour quelques instants ce visage d'inspecteur froid et implacable. C'était agréable.

De toutes les façons, il n'oserait jamais critiquer son travail, sans être parfait, il était impressionnant. La dame était exigeante, énormément exigeante, il suffisait d'écouter Calvin parler des répétitions pour s'en rendre compte et encore plus si on pouvait y assister. La passion était dévorante, le besoin de faire de son mieux se faisait sentir. Elle aimait son travail et c'était suffisant pour motiver les troupes. Ajouté à cela un caractère d'une main de velours dans un gant de fer et le tout était parfaitement huilé pour que tout tourne sans accroc. Ou presque.

Et voilà que les deux comédiens se mettaient contre lui. Richard haussa doucement un sourcil, tout en comprenant que son cadet avait fait tourner la situation à son désavantage, alors que c'était bien lui qui en était à l'origine, rah le saligaud! Il ne perdait rien pour attendre celui-là! Son regard le lui fit d'ailleurs comprendre, regard auquel l'acteur répondit d'un sourire parfaitement taquin. Il adorait chercher son grand frère. Pourtant, le Grand resta quelque peu sérieux quand De Valene parla de l'un de ses... subordonnés. L'histoire n'était pas des plus comiques et il n'avait réellement pas apprécié ce qu'il avait entendu. Le pauvre Algardi en avait d'ailleurs prit pour son grade, même s'il avait semblé au supérieur que son homme n'avait pas réellement enregistré les menaces.

- Comptez sur moi... d'ailleurs, je lui ai remonté les bretelles. J'espère juste qu'il a comprit. Il faut les excuser, ils manquent parfois... d'éducation. Et sont un peu trop zélés.


Bien que ce flic là, en particulier, était une vraie brute. Enfin bon... on ne refaisait pas les caractères non plus.

Son attention se porta à nouveau sur son frère en costume, alors que la metteur en scène lui expliquait le rôle qu'il interprétait. Un baron... tiens donc. Oui c'est vrai qu'avec une gueule pareille, ça pouvait parfaitement y ressembler. L'homme en question se reconnaîtrait assurément bien vite. Aucun doute là-dessus, il connaissait Helene pour réussir à se faire sentir mal à l'aise, le plus connu des hommes. Et sans fausse modestie, il savait aussi, que Calvin était un acteur hors pair à ce niveau. Autant dire que le pauvre homme que l'on caricaturait dans cette pièce, allait en prendre pour son grade.

- Mmm... je me réjouis de voir cela. Rien qu'à te voir ainsi, mon frère, je sens que le reste sera des plus... délectable. Tout en regardant la jeune femme. Se faisant, il reconnu bien vite le second de la demoiselle, arrivé rapidement auprès d'elle, lui tendant un verre d'eau. Il répondit à son salut avec un léger signe de tête, sans plus lui prêter attention, puisque son amie touchait d'un coup à un sujet beaucoup plus sensible. Même le deuxième Welton fit une petite moue, il serait ravie de voir sa nièce travailler au théâtre, mais il y avait un mur de taille à passer et ça ne serait assurément pas le plus évident.

- Moi, oui sans aucun problème. Mais je te rappelle qu'Ellyn n'est pas sous ma garde et que c'est avec sa mère, qu'il faudra que tu t'arranges.
Ce qui ne serait assurément pas une mince affaire, connaissant l'animosité qui existait entre les deux femmes. Enfin, ma fille vient d'avoir sa majorité, je pense qu'elle a le droit de faire ses choix. Mais je peux toujours en parler à sa mère, pour tenter d'affiner le terrain.

Ca promettait une conversation des plus houleuses... comme à peu près toutes celles qu'ils échangeaient.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Sam 5 Juin 2010 - 22:51

Il restait malgré tout entre les deux grands des sujets qu’on eu put dire tabou. Ce n’était pas du faite de la comédienne. Helene n’avait aucun problème pour avouer que à une époque Richard lui avait plut. Il lui avait plut comme tout homme est capable de plaire à cette femme. Bien avant qu’elle ne devienne la favorite officielle de Lilith. Bien avant que sa place soit devenue l’une des plus dangereuse de la gente féminine d’Ambrosia. Car ne nous y trompons pas. De Valene était aussi rusée qu’elle pouvait être aimante. Il n’était jamais très bon de s’attirer ses foudres. Jamais. D’où le fait que beaucoup de monde sans aimer son sourire faisait semblant de l’admirer. Elle en avait conscience.

-« Bourreau oui mais ce n’est pas de la tête que je séparerais de mes victimes. Si tu avais été un peu plus aventureux tu l’aurais comprit. »

Et elle riait. Ses yeux marron détaillant le tandem Welton. Non elle ne cultivait pas le nom dit. C’est bien ce qui faisait éclater les relations les plus fragiles. Sans la froideur de la reine elle en avait la franchise. Et si blesser n’était pas dans ses habitudes la taquinerie si. Il était tout bonnement impossible de la mener au silence. Certes. Quelques rares conquêtes avaient réussi. Ce qui était sans aucun doute plutôt positif. On ne peut se construire qu’à partir de ses erreurs.

Richard faisais partis des personnes en qui elle avait totalement confiance. Mettons cela sur un élan irréfléchi de son cœur d’optimiste. Il la connaissait depuis presque huit ans. Il était peut être l’un des rares à avoir perçu ses doutes lors de l’ascension de la reine. C’est à cause de tout cela que sa liaison avec Calvin s’était si vite effilochée… en partie. Puisque cette femme était prête à la damnation pour une femme avide de contrôle. C’est qu’il n’avait pas tout à fait saisi qui était Helene. Heureusement dans le travail la question ne se posait plus.

Le respect voilà ce qu’elle avait obtenu. L’une des denrées qu’elle cultivait dans tous les jardins. Cet inspecteur avait donc raison de garder son sérieux concernant l’exercice de ses subalternes. Helene n’avait pas manqué dans glisser aussi un mot à son amie la Reine. Toute amitié partageait-elle avec l’un et l’autre, elle était avant tout la dirigeante d’un lieu public. Le policier avait donc reçu une lettre d’avertissement. L’affaire s’arrêterait là. Il restait juste à confirmer une dernière petite chose.

-« La prochaine fois, j’interdirais à tes hommes d’entrer. »

Sur ce elle retrouva son sourire de malicieuse. Le frère et l’ancienne amante en observateurs bienveillants. La dame le détailla de pied en tête.

--« Calvin a le talent de tout rendre délectable. »

Il n’en fallu pas plus que cette petite demande pour doucher la conversation. Comme c’était agaçant cette situation. Judith était une femme très bien. Mais c’était une véritable entêtée. Elles ne se voyaient pas depuis des années. Depuis la fameuse instance de divorce de madame. Helene trouvait son attitude exagérée et surtout injuste. Cette histoire de tromperie n’avait aucun poids selon elle. Cependant inutile de revenir encore une fois sur le sujet. La question n’était pas pour la mère mais la fille. Sans se démonter une seconde elle acquiesça avec un sourire.

-« J’irais voir Judith oui. Mais il serait bon que pour une fois tu t’en mêle. Ta fille y tiens à ce expérience. Je ne veux que lui faire plaisir. Je ne veux pas que cela déclenche une guerre ouverte d’accord. J’ai déjà assez à gérer avec les autres. Si ton ex ne veut pas faire d’effort elle n’aura qu’à voir ça avec la petite. »

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Dim 6 Juin 2010 - 20:01

Pas besoin d’être aventureux pour savoir de quoi était bien capable Helene, après tout, Richard avait un frère qui avait connu dans la plus grande intimité la jeune femme. Et il avait eu droit, à un résumé parfait de son caractère. De plus, ce n’était assurément pas pour rien que la Reine l’avait choisie comme étant sa favorite. Pas de doute que son caractère y était pour quelque chose. Un fin sourire s’était posé sur les lèvres des deux frères aux paroles de la théâtreuse, ils savaient tout deux à quoi s’en tenir avec elle.

- Oh, je n’en doute pas une seconde, ma chère. Et je ne prendrais pas le risque de me montrer un peu trop aventureux avec toi.


Leur relation avait toujours été spéciale, Judith l’avait bien vite vue comme une ennemie, un danger pour leur couple. Et même si l’inspecteur n’avait pu s’empêcher de trouver cette jeune personne à son goût, jamais il n’avait passé un cap avec elle. Rien d’échangé, mis à part des sourires et des regards. Il ne se serait pas permis. Sa femme, était la seule qui avait eu droit à toutes ses faveurs pendant qu’ils étaient ensemble. Maintenant qu’il était libre comme l’air, ça ne lui venait même pas à l’esprit d’essayer quoi que ce soit avec De Valene. Il la considérait plus comme une petite sœur, si on lui posait la question. Et puis, sa relation avec Calvin était aussi bien spéciale, il pouvait presque la considérer réellement comme tel.

Un petit haussement de sourcil accompagna la remarque sur ses hommes. Qu’y pouvait-il si ces messieurs abusaient de leur pouvoir ? Pas grand-chose, mis à part leur passer à tous un savon, il voyait mal ce qu’il pouvait faire d’autre. Bien entendu, il avait reçu la note de la monarque, il avait fait le nécessaire, il avait parlé avec Algardi, la prochaine fois, il verrait à sévir beaucoup plus durement.

- Ce n’est pas pour vouloir te contredire, mais dépendamment de qui ils viendront chercher, tu ne pourras peut-être pas leur fermé la porte au nez. Mais le mot est passé. Ils seront plus discrets la prochaine fois. Et au pire, je m’en occuperais personnellement.

Elle pouvait lui faire confiance. Welton savait mettre des gants quand il le fallait. Surtout dans ce genre d’endroit extrêmement réputé et à la mode. De plus, il ne souhaitait pas que ce genre d’affaire ternisse leur relation.

Que le sujet revienne sur son cadet, fit relâcher toutes les tentions et c’était plus agréable ainsi. Rick’ n’était pas venu là pour parler travail, mais bien pour se détendre un moment avec son frangin, bien que la conversation qu’il avait eu avec Lilith en ce début de journée lui revienne en tête. Ils avaient parlés de son interlocutrice, il faudrait qu’il l’interroge dans le cadre de on enquête aussi… mais pas maintenant, un petit secouement de tête pour faire dégager un instant ses pensées, pour se concentrer sur Calvin, qui avait un sourire des plus charmeurs, pour la dame en tous les cas.

L’enquêteur le savait, le béguin que le comédien avait eu pour la directrice de théâtre n’était pas totalement terminé. Il y avait toujours quelque chose, mais vu que le monsieur était plutôt libertin, il ne montrait aucunement son accrochement à Helene. Non, il aimait jouer, et la dame suivait plutôt avec plaisir en général. Les Welton ne savaient décidément pas avoir des histoires de cœur simples… Le théâtreux fit alors une révérence des plus gracieuses pour remercier sa metteur en scène du compliment, tout en voyant sûrement un sous-texte à pareil phrase.

- Je vous remercie madame.

Mais il était peut-être temps de s’éclipser, au moins pour aller se changer. Le sujet qui venait d’être abordé était plutôt explosif. Qu’importe les personnes qui lancer ce genre de conversation, Richard finissait toujours par se braquer et devenir sec et cynique. Encore plus quand on rajoutait sa fille dans le lot.

D’ailleurs, l’homme en question se renfrogna légèrement, alors que la jeune femme lui faisait remarquer qu’il serait bien que pour une fois, il s’en mêle. C’était plus fort que lui, il le prenait presque comme une attaque. Comme si on lui montrait encore plus qu’il n’était pas un bon père, ou en tous les cas, pas le père présent qu’il devrait être. Il soupira légèrement.

- Je te préviens directement, ce n’est pas parce que je vais m’en mêler que ça aidera Ellyn, au contraire, Judith pourrait bien se braquer encore plus. Après tout, je vais devoir te défendre…

Il pouvait presque déjà prédire la prise de tête que ça risquait de créer, mais il était de toute façon prêt à le faire pour sa fille. Il ferait tout pour elle.

- Mais j’ai dit que j’irais tenter de lui parler, alors je vais le faire. Ellyn me secondera au pire des cas.
Regardant son frère. Toi aussi d’ailleurs…

Au moins, si c’était la famille qui se liait contre la mère, peut-être qu’ils pourraient trouver un arrangement. Se passant une main sur la nuque, tout en passant quelques doigts dans ses cheveux, il observa la favorite de la Reine.

- On allait boire un verre, tu veux nous accompagner ? Ca te permettra de sortir aussi un moment de ton travail.

Même si elle n’était pas aussi impliquée que lui dans son travail, il savait pourtant que lors des créations elle pouvait complètement oublier le reste, alors quoi de mieux que de s’en faire sortir, même pour un instant.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Lun 7 Juin 2010 - 2:08

Elle n’avait qu’un frère. Ce jumeau aussi lunaire qu’elle était soleil. Ils s’aimaient. Ils ne se comprenaient pas tout à fait, mais ils tenaient sincèrement l’un à l’autre. A cette époque de l’année il devait être auprès de leur mère en campagne. Damien… Il était le fils présent et silencieux qui fascinait leurs parents. Rien à voir avec la grande fratrie Welton. Helene l’avait tout de suite aimée cette famille. Si Calvin avait été un peu plus jeune, qui sait. Et quand elle songeait aux enfants, qu’elle voudrait, la Grande espérait quelle ressemblerait un peu à celle-ci, sa famille.

-« Je sais Richard. C’est pour ça que tu seras mon témoin. »

Plaisanterie ? Ce n’était pas tout à fait sûr venant de la dame. A vingt-six ans il semblait logique que l’idée lui traverse enfin l’esprit. Depuis la fin de son éducation ses amours fugaces étaient plus nombreux que ses années. Elle s’enflammait comme un feu de paille. Une vraie amoureuse devant l’éternel. Il n’y a guère que Lilith qui pouvait prétendre à une quelconque constance de sentiment. Mais la Reine ne pouvait être le père de ses enfants. Evidement sur le plan professionnel s’était tout à fait autre chose. Une loyale comme on en trouve peu dans ce continent.

Adorable cet inspecteur. Il lui disait tout et son contraire. Là c’est la femme d’affaire qui l’observait. Calvin se sentit même obligé de détourner le regard. L’occasion de voir que plusieurs collègues allaient profiter des rayons du soleil. A Ambrosia les affaires étaient un domaine presque aussi important que le plaisir. Son Education avait été parfaitement mené sur ces deux thèmes. La violence ne faisait pas partie de ses méthodes. Mais la fermeté peut être une chose très douce.

-« Certes. Alors faisons ce compromis. Si vous devez intervenir pendant une représentation, je veux que ce soi toi. Sinon je trouve des vigiles pour l’entrée. Ca peut s’arranger. »

Elle connaissait bien assez de monde pour cela. Même si cette pratique en soi ne lui plairait jamais. Il le savait. Inutile de s’appesantir sur le sujet. Même si elle se doutait bien que l’Inspecteur referait son apparition. Après tout elle était l’une des habituées du palais. Et elle état bien sûr très proche du trône. La perspective d’être questionnée ne la perturbait pas une seconde. Calvin était beaucoup plus plaisant comme raison de débat. Même si là les deux amis étaient tout à fait d’accord. Il était indéniable que cet homme avait du talent. Helene n’aurait donc pas été étonnée qu’il présente un jour congé pour aller faire le tour du monde. Quant à Julien il s’était éclipsé sans soucis pour les laisser parler.

Le sous-entendu était aussi salace qu’on eu put l’attendre de cette jeune femme. Sans être dans la vulgarité elle ne se gênait jamais pour faire appel à l’imaginaire commun. Un trait de leur culture à tous. Une délicieuse façon de souligner les liens de chacun et donc leurs enjeux. Tout n’était que cela dans la vie : des enjeux. Même à couvert d’une conversation anonyme la gérante glissait des informations précieuse. Ses deux aînés étaient des individus qui comptaient. A ce titre Helene était capable d’un trésor de patience et de bonne volonté.

-« Je ne suis pas une succube tout de même. Enfin… passons. Evidement si tu procède comme ça. Non. Ne m’évoque pas. Parle seulement de ta fille. »

Non elle n’avait jamais rien fait de mal. Et si cette affaire idiote devait priver Ellyn, Helene pouvait très bien se fâcher. Les élucubrations de Judith lui empoisonnaient déjà assez la vie depuis… cinq ans déjà. Ca ne la rajeunissait pas. L’appréhension des garçons lui fit lever les yeux vers le plafond. Qu’ils pouvaient être gourds parfois. Ce n’était qu’une dame blessée, pas un dragon à terrasser. Il faudrait bien un jour qu’elle ouvre les yeux. Elle ne cacha pas son lège agacement.

-« Trois contre un vous devriez vous en sortir sans blessé. »

Un sourire amical accueillit la proposition. Richard voulait toujours la distraire de son travail. Un vrai petit diable. Calvin lui connaissait la réponse. Mais bon mieux valait laisser la patronne refuser poliment. D’ailleurs il voyait dans le dos de celle-ci une jeune femme approcher l’air incertain.

-« Pas aujourd’hui Richard. J’ai à faire. Mais amusez-vous donc. Et ramène le moi pour dans une heure. J’en aurais besoin pour l’acte trois. »

Une vraie mère poule avec cette réclamation. Plutôt un employeur sans concession. Une main sur le bras de son comédien avec un sourire. Juste au moment où une jolie voix l’appela d’un peu plus loin. Ses iris se posèrent une seconde sur la demoiselle. Puis comme une rose au soleil la dame s’activa. Une bise dynamique pour le policier un autre plus secret pour le frère de celui-ci. Ça y est la reine de la ruche devait retourner au front. Dans un mouvement vif elle se tourna vers la salle. Son dos droit pour dernière image. Di Meaulne réapparu, comme par magie, en lui tendant une liste tout en jetant un regard au duo.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE] Jeu 10 Juin 2010 - 2:09

Son... témoin? Oulha, elle était sérieuse quand elle lui disait une chose pareille? Pas sûr qu'il accepte, enfin on ne disait jamais non à ce genre de demande de toutes les façons, mais Richard devait bien avouer qu'il se verrait mal jouer au témoin, alors que le marié n'était pas son frère. Par contre, si par le plus grand des hasards, ces deux là devaient finir leur vie ensemble, pourquoi pas? Mais quelque part, notre inspecteur doutait que la dame se case, elle était favorite de la Reine et rien que de part ce fait, il était difficile de trouver quelqu'un pour se faire passer la bague au doigt. Peu apprécierait d'avoir pour rivale, Lilith De Choiseul. On était bien trop souvent perdant, c'était une certitude. Et puis, Helène casée? Il avait vraiment du mal à se l'imaginer, elle ne le supporterait jamais longtemps en tous les cas, sa soif de liberté était bien trop grande, pour se glisser dans le carcan d'un mariage. Elle ne s'en rendait peut-être pas encore compte, mais c'était bien l'avis de son ami en tous les cas. Ce n'était pas pour autant un tableau noir qu'il dressait, les femmes qui s’assumaient sans mari et maître, avaient tout son respect, elles aussi.

- J'en serais honoré.

Ce qui était-on ne peut plus vrai. Mais pas tout de suite, bien évidement.

Ils semblaient d'accord sur le problème des arrestations dans son théâtre. Il ne voyait pas d'inconvénient à s'occuper lui même de cela. Après tout, il fallait voir à surveiller l'image de la police dans ce genre d'établissement où tout le gratin pouvait venir s'y amuser. Algardi n'avait franchement pas fait très fort en venant s'occuper de sa cible sans aucune manière. Les dégâts n'étaient pas non plus énorme de ce qu'il avait compris. Ca n'empêchait pourtant pas le fait que la représentation avait été arrêtée et qu'en plus, il avait fallut annuler les prochaines, pour réparer les pots cassés. Bref, rien de bon pour le rendement de l'établissement de divertissement et l'image de sa patronne.

- C'est un bon deal. J'essayerai d'être présent à chaque fois. Mais ne va pas jusqu'à engager des vigies. Je transmettrais le message aux hommes. Ils sont rustres, mais on tendance à écouter ce qu'on leur dit, en général.

L'homme se devait de défendre les siens, après tout, il était l'un des plus haut placé dans la hiérarchie de part son rang de Grand. C'était donc légitime de vouloir tenter de redorer un peu le blason de ses équipes. Tout ce qu'il fallait espérer, c'était bien que ce qu'il s'était passé avec Samuel, ne se reproduise plus. Voilà tout, pas plus compliqué que cela. Mais le mot était déjà bien passé au central, normalement, tout devrait être en ordre.

Calvin avait profité de cette discussion pour ranger quelques uns de ses accessoires, préférant les laisser à l'accessoiriste plutôt que de les prendre avec lui. C'était bien connu qu'un peu tête en l'air, il oublie une partie de son costume sur le chemin. Ce qui serait assurément vu d'un regard noir de la part de la responsable ET du metteur en scène, bien entendu. Sacré les accessoires, comme tout ce qui touchait au bon fonctionnement de la pièce, d'ailleurs.

Quand à Welton aîné, il voyait parfaitement que le sujet Judith était tout aussi délicat, enfin non pas délicat, source d'énervement plutôt, pour Helène. Enfin comment faire autrement, elle était au centre de la dispute entre les époux, même si elle n'avait quasiment rien fait. Des petites approches, bien rapidement tuées dans l'œuf d'ailleurs, mais qui n'avait fait que confirmer Judith dans ses doutes. De quoi le couler définitivement quand la dernière goutte avait fait déborder le vase.

- L'image est peut-être un peu forte, quoique... fit-il avec un petit sourire, une succube... Tu connais Judith, Helène. Dès que ton nom est évoqué, elle s'assombrit d'un coup. Et même si les deux amis pouvaient trouver cela ridicule puisqu'aucun d'eux n'étaient en tord, Richard comprenait aussi le point de vue de son ex-femme, point de vue que ne semblait pas comprendre la Grande. Il n'était pourtant pas là pour lui faire un court.

La couturière n'était pas un dragon non... un Léviathan! Carrément pire! Et si la favorite de la Reine s'agaçait de voir l'enquêteur royal aussi emprunter quand il s'agissait de discussions sérieuses, glissantes, prises de tête avec sa femme, c'était bien qu'elle n'avait jamais réellement fait face à une Judith entrée dans une colère noire. De toutes les façons, il ne le souhaitait à personne. Lui savait où il allait mettre les pieds et une petite moue se fit sur son visage.

- C'est bien gentil de dire ça, mais je vais bien être obligé de parler de toi, ma chère. Qui dirige ce théâtre après tout? Mon frère peut-être...

Juste pour lui mettre les faits en face, ça n'allait pas être coton cette histoire. L'homme tenterai de prendre des gants en entament le sujet, il ne fallait pas qu'il fasse tout foirer, ne jamais oublier qu'il faisait cela pour sa fille.

- Ne te moque pas... ce n'est pas si facile.

Heureusement que son cadet revenait vers lui, un peu deguinder, prêt à partir pour se boire un verre, ça permettait de faire changer de sujet à nos deux Grands. Comme d'habitude, ou presque, la jeune femme déclina l'invitation à boire et donc, à profiter d'une pause qui était sûrement méritée pour elle aussi. Welton comprenait, il ne ferait aucun commentaire, après tout, il était pas mal pareil.

- Bien, comme tu le souhaites. Jetant un coup d'œil à son frère, toujours tout sourire. Pas de problème, l'étalon reviendra à l'écurie en temps et en heure. Avec un petit clin d'oeil, avant de remarquer qu'elle était déjà attendue, il la salua alors, tout en accueillant la bise avec plaisir, puis laissa l'instant d'intimité entre les deux théâtreux, en observant la scène et les techniciens s'activer dessus. Puis De Valene fila bien rapidement rejoindre son assistant et la jeune demoiselle qui attendait gentiment de bien vouloir lui parler.

Les deux frangins se retrouvant entre eux, s'échangèrent un petit regard complice, avant de partir en direction de la sortie, accompagné par quelques éclats de rire. Allez savoir ce qu'ils venaient de se raconter, mais ça ne devait pas manquer de piquant! Des moments rares et totalement appréciable pour Rick', qui sentait combien ça lui faisait du bien de pouvoir échanger avec un membre de sa famille, dans ces moments de trouble.

La réalité se rappellerait bien trop vite à lui, quoi qu'il fasse alors... autant profiter de cette petite heure en compagnie de Calvin.

Arrow Nuit d'insomnie

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Visite de courtoisie [HELENE]


Contenu sponsorisé




 

[Terminé] Visite de courtoisie [HELENE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Règles et contexte :: Exemple de rp-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact