Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 L'ambassadrice.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 13:31

Votre personnage

    « Je suis une femme bien ordinaire, qui n’a jamais voulus déplaire. Je vais, je viens au grès de mes envies, éternelle voyageuse. Mon maître fut de Voisin, il fut aussi mon ami et même s’il a eu cette folie bien étrange, de vouloir mettre ce monde dans la fange, je ne lui en veux pas, je pourrais même le comprendre. Qui n’aurait pas sombré dans la folie quand une telle passion vous dévore, je ne lui donne aucun argument de défense, mais je reconnais que lorsque l’on aime alors que l’on n’est pas fait pour cela, on sombre dans la déraison et on fait offense. Je l’ai connu, il m’a formé et même s’il a voulu me faire à son image, je ne suis pas totalement comme lui enfin presque…. »


    Nom: « Je me nomme de Bretagne, je viens d’une grande île et mon territoire est au-delà des montagnes. Là bas au nord, Bretan attend sagement que la duchesse revienne un jour, ce qui entre nous n’est pas encore aux gouts du jour. »
    Prénom: « Ma mère ou mon père, que sais-je me nomma Morgane, en l’honneur d’une fée sombre dans un comte dépassé, régit par les ombres et au cœur presque trop effacé. Peut être était-ce un signe ? Se doutait-on déjà que le vilain petit canard ne serait jamais un cygne ? »
    Surnom: « Si l’on ne donne surnom j’en ignore le nom. Je ne prête pas oreille à ce genre de chose, je suis quelqu’un qui ne préoccupe pas des autres et de leur méchanceté morose »
    Age: « Il fut une époque où j’avais vingt ans, où j’ignorais le temps, où je faisais ce que je désirais. Mais voilà que mes trente cinq ans ont sonné, et mon anniversaire coïncide avec ce jour où l’homme se suicide. Oui, je suis née le jour où de Voisin est mort, c’est fort triste de perdre ainsi son mentor. »
    Sexualité: « Il m’a apprit à sublimer les corps, les femmes ou les hommes, les deux sexes en sommes. J’avoue ne préférer ni l’un, ni l’autre, tout dépend de l’humeur du moment et de qui se présentera pour commettre la faute. La faute, oui, pêché de chair et de vice, pêché de plaisir et de cuisse. »
    Métier: «On me dit Ambassadrice, hélas c’est vrai, je suis de ce gouvernement, je suis de ce monde de vice. »
    Groupe: « Je suis Grande aussi, ho , pas par la taille mais le titre. Et oui, j’ai obtenu ce grade, grâce à mon seul mérite. »
    Rang désiré: « Si vous me permettez, une phrase de de Voisin me résume assez bien : ‘Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme’. Si vous n’en comprenez pas le sens restez avec moi le temps d’une danse, je vous montrerais pourquoi il disait cela de moi. »



    Caractère: « Un jour de Voisin, curieux m’a tenu ce langage : ‘’et bien ma dame que cache votre visage ?’’ Je lui ai répondu comme il est d’usage : ‘’Ah ! Monsieur il est de coutume de taire et de laisser la brume s’accorder avec le temps pour taire tout ce que je mens. ‘’
    Et oui, je ne suis pas femme qui se dévoile, je prends la verve et je l’utilise au grès de mon charme. J’use des mots comme l’on use des objets, je prends les maux et je les tournes à mon grès. On me dit observatrice, cela est vrai, je suis une femme de coulisse qui ne dit jamais rien sans l’avoir pensé. Mais je suis Ambassadrice et tout ce que je fais, je dois l’avoir calculé. Il en va de la bonne santé du royaume, il serait horrible qu’une guerre éclate et mette à mal le trône. Car il faut l’avouer, je joue peut être avec le feu, mais je sais faire en sorte que tout aille pour le mieux. On pourrait dire que je suis manipulatrice, que les mots me servent comme une matrice, mais il est discourtois de penser cela. Pourquoi ? Et bien parce que j’aime Ambrosia, j’aime cette capitale, j’aime cette reine, j’aime ce monde. Je ne saurais jamais mettre à mal cette royauté. Oh certes, je garde les complots pour moi, je les utilise cela va de soi, je m’acoquine avec une sorcière mais laissez moi levez le mystère.
    A mes yeux il y a une immense société, où j’aime prendre et donner ce qui me plait. Je voue un grand respect à sa majesté mais je ne peux m’empêcher, d’admirer aussi, cette sorcière qui use de cette fausse magie. Cela prouve encore que ses petits humains, sans grande importance, se trompe et font mal la révérence. Pourquoi me juger comme une femme malveillante, je trouve plutôt que je suis surprenante.

    Dois-je vous parler plus de moi ? Que voulez-vous savoir encore ? Si je peux donner la mort ? Oui. Si je peux jouer de tous les mauvais sorts ? Oh que oui. Je suis ancienne élève de Monsieur de Voisin et être blanche neige, là serait le plus malsain. Ah que vous dire encore ? Vous parlez de mon frère, de son amour pour une idiote de la cour. De la reine et de sa beauté, de l’envie qu’elle me donne de l’enlacer. De Voisin m’a transmit de mauvais pan de son caractère, comme l’amour qu’il portait à cette femme parfois si austère. Peut être devrais-je aborder ce que, de lui, j’ai hérité ? Cela vous tente. Et bien soit prenons cette pente.

    Tout le monde sait qu’il était méchant, bête, hautain, détestable, comploteur mais grand ministre. Ceci est un fait que l’on ne peut dénigrer. De lui, j’ai beaucoup apprit. J’ai pris, j’ai jeté, j’ai gardé de ses choses qu’il m’a transmises, pour ne pas être comme lui mais comme moi j’en avais envie. Peu de personne savent cependant quels étaient ses tourments. Julian était un homme étrange, assez fou, assez cynique, assez méchant pour être antipathique et désobligeant. Il m’a transmis de bonne et de mauvaise chose que je ne dénigre pas et qu’au contraire j’impose. Les petites gens m’importent peu, je ne les aime pas plus que cela, je les trouve sirupeux, visqueux, fort désagréable. Il n’y a que la sorcière que je trouve intéressante, une femme tout a fait charmante, qui a de l’esprit et cette moquerie qui est si jolie. Mais lorsque je parle de petite gens, je ne me contente pas de ses gens sans envergure, qui vont, va et vienne au grès de la nature. Je parle de ceux qui n’ont rien dans la tête et qui outre mesure me gâche la fête. Prenons un exemple tout à fait au hasard, je ne supporte pas cette favorite de trottoir, niaiseuse à souhait enfantine, quelle plaie. Et dire que mon frère s’en est entiché, il va lui falloir combien de temps pour réaliser qu’elle est aussi intéressante qu’un sexe mal dressé. Quand je l’observe, j’ai l’impression, de voir une enfant sans raison, qui joue dans la boue et qui reste fière d’elle jusqu’au bout.

    Mais même si je suis un Lucifer, je ne suis pas totalement si mégère. J’aime mon frère, je l’adore, je ferais pour lui de tous les mauvais sorts mais il ne peut me faire plier, ni me faire changer. Je l’écoute, j’accepte ses paroles mais pour moi ce sont des fariboles. »

    Physique: « Ma mère m’a toujours dit : ‘’ma fille tu as des yeux si jolie, mais ses joues, cette chevelure, on dirait une folle tout en démesure ‘’. Quelle sotte ! Pour elle la beauté n’est pas celle que je porte et pourtant, comment peut on se tromper de la sorte. Oh, je ne suis pas divine, je ne suis pas sublime mais j’ai un charme, un charme que l’on use comme une arme. Si par le passé, elle m’avait tant complexé, il y a un homme qui a sut assez me sublimer pour me montrer que j’étais belle quoi que les autres en pensée.
    De ce corps que l’on jugeait rond, il a avouait en aimer les formes. Il ne l’a jamais trouvé difforme et bien au contraire, il a su s’y complaire. Des cuisses, des hanches, de seins, tout un territoire qu’il a fait sien. Il y a révélé la femme, le charme, le désir et la passion, il a montré que mon corps était sensation. Exquis souvenir que son désir. Ainsi j’ai appris qu’au-delà de la vision de ma mère, il y en avait d’autre qui me jugeait aussi belle que l’enfer. Cela a nourrit une légère vanité et un pêché de luxure dont j’use mais jamais dans la démesure.

    Ma démarche est languissante, lascive et parfois envoûtante. Si je ne suis pas une géante, je suis pourtant d’une taille plus que suffisante. Je me mets en valeur, toujours en talon qui ajuste ma hauteur. Je porte corset et autre robe serrées pour dévoiler mes formes et le faire envier. Et pourtant, mes yeux restent l’arme de prédilection qui tue l’amant ou l’amante d’une seule observation.
    Mais que pouvez voir aussi ? Mon visage qui vous sourit ? Mes lèvres qui vous donnent envie ? Rien n’est plus dangereux qu’une façade et dites vous toujours que j’adore jouer de mascarade. »

    Histoire: « Lorsque je vins au monde, madame ma mère fut vraiment déçue. Diantre une fille que c’est inconvenu. Pas d’héritier mâle en première couche, voilà de quoi énervée cette femme de souche. Il était discourtois que le sexe soit fendue, comme une insulte à cette femme qui déteste les imprévue. Elle jugeait qu’il était indigne d’avoir en premier lieu une fille, de quoi la mettre en mauvaise disposition pour la suite de son organisation. Elle m’abandonna comme on abandonne un chat, me laissant errante dans une demeure sommeillante. Les nourrices, les servantes, voilà celles qui firent de moi une enfant cassante. Je vagabondais seule, errant dans la maison, trouvant des jeux pour occuper ma raison. Cinq années suffirent pourtant à ce qu’elle donne le bon enfant.

    Que de soulagement, que de plaisir, l’enfant avait un sexe qui saurait se durcir. Et voilà la naissance de mon frère qui offrit à ses gens des airs moins désobligeant. On fit une fête, on fit du bruit, et puis lui aussi petit à petit, il tomba dans l’oubli. Oh, il ne faut en vouloir à nos parents d’être ailleurs tous le temps. Ils devaient faire acte de présence, mon père par ses fonctions, notre mère par souci de bienséance. Il est toujours très important d’être dame à la cour, tant et si bien qu’on finit par oublier ses enfants un jour.
    Mais je ne lui en veux pas, cela m’a permis de faire mes propres pas. Et ce petit garçon tant attendu, on l’avait délaissé, seul bien entendu. Nous n’avions plus que nous, pour faire les quatre cent coups. Et si les nourrices finirent par se réjouir de notre entente, il est vrai que nous adorions faire des choses turbulentes. Les rires de l’enfance, l’innocence ses choses que l’on garde pour soi firent acte de présence. Jamais je n’oublierais mon petit frère, mon complice adoré. Nous étions ensemble plus invincibles que tout, plus fort que les gens dressés contre nous. Oh certes il y avait toujours cette différence, lui le mâle moi la femelle née trop en avance. Mais mes parents n’avaient plus de véritable importance.

    Avec l’adolescence arriva le temps des convenances. Apprendre et savoir, toujours s’instruire pour mieux reluire. La fille n’était pas belle mais manier les mots pour y laisser des séquelles. Ma mère fut la première touchée, finissant par se taire sans pouvoir bronchée. Elle ne savait pas manier les mots comme moi et j’avoue avoir adoré la tenir en joue. Je me moquais, devenant impertinente et l’on dit de moi que je prenais la mauvaise pente. C’est pour cela que lorsque j’entrais en éducation, mon maître se présenta avec passion. Il me jugeait si intéressante, si désobligeante qu’il voulut à tous prix faire de moi son égal devant autrui.
    Le temps fit son affaire, sans que je ne me morfonde de l’absence de mon frère. Certes j’étais triste, un peu pensive à son sujet mais je savais qu’il serait assez fort pour tout braver. Alors j’écoutais avec sagesse l’enseignement du maitre sur ma future noblesse. Il devint un ami, un confident, que je connu bien plus que le croit certains gens. Et oui de voisin était un homme affable, méprisant, détestable mais ne lui levons pas ce qu’il savait si bien faire, être avant toute chose un homme d’affaire. Oui, il détestait Richard Welton, il ne le supportait pas mais je ne nourrissais pas comme lui d’animosité sur sa personne. Non, durant deux ans je fus, observatrice silencieuse de toutes ses idées comploteuses. Je pris un peu de lui, je l’arrangeais à ma sauce et je devins moi au fur et à mesure du temps.
    J’appris le sexe et l’art de séduire, j’appris l’envie et l’art de faire plaisir. De Voisin me présenta rapidement au roi, simplement pour montrer ce morceau de choix. Et si les oreilles ne veulent pas l’entendre, vous savez, le roi savait s’y prendre. Il était divin au lit et savait fort bien partager le bien d’autrui, je couchais avec lui une fois au deux, sans jamais en user pour m’approprier les lieux, ce qui énerva passablement le comte, que je ne sois pas plus mauvaise cela aurait arrangé ses comptes. Mais je désapprouvais son désir de vengeance, je le connaissais mais je n’en parlais pas à outrance. En vérité je le cachais, je vous l’ai dis, je ne suis pas méchante, mais je ne vais pas dire les secrets des autres, je n’aime pas être désobligeante.
    Je sortis de cette éducation sans véritable obstacle à mon élévation. Et si le roi fut anciennement amant, il me prit comme ambassadrice pour avoir arranger d’une fois les relations dévastatrice. Mon art de la parole avait cet air de parabole qui, il faut l’avouer, charmé les pays étrangers. Je ne dirais pas que grâce à moi, il calma bien des esprits, mais je peux vous le sous entendre, après tout c’est une petite fierté qui régit ma vie.

    J’attendis que mon frère revienne au monde, un peu stressée qu’il me voit comme une furibonde. Après tout, il m’avait vu partir comme une femme en devenir et me voilà de nouveau face à lui comme une femme qui se moque d’autrui. Je lui montrais bien rapidement mon changement tout en le rassurant. Je le nommais à mes côtés pour ne plus jamais en être séparée. J’aime mon frère, je ne saurais m’en défaire, j’ai trop peur de vivre sans lui, une vie un peu rythmé par les ennuis. Je ne lui avouerais jamais, je le sais, mais il assagit mes vilains penchants et me donne parfois des remords à ne pas tout révéler des complots que j’entends. Mais je ne fais que me taire, après tout, personne ne vient me demander de faire lumière, sur ses choses que l’on murmure, ses choses que l’on souffle et qu’on juge comme parjure. Voyons, je ne mens pas, je me tais juste sur ce que je sais à quoi bon tout révéler. Cela rendrait ce monde trop facile et donc inutile.

    Mon rôle me fit voyager de pays en pays, de contrées en contrées, mais ma place était en Ambrosia et plus encore lorsque le comte sombra. Pauvre homme amoureux, certain cœur ne peuvent aimer et le sien ne le pouvait. Il se trompa, il aima à mon grand désarroi, la petite princesse et lui fit mal avec adresse. Une détresse sans faille faisait acte de foi en son âme et moi je le voyais, le contemplais comme une femme. Je ne pouvais rien y faire, il avait changé, il m’était devenu austère. Je n’ai jamais su ses secrets de complot, bien au contraire, il n’en disait mot. Et lorsque vint son suicide, je compris qu’en fait il était acide. Je ne lui en voulais pas, au contraire, je le remerciais pour ce qu’il avait fait de moi. Je le remerciais de ne pas m’avoir aimé et de ne m’avoir jamais voulus me marier. J’étais simplement une élève et c’est cela qui m’évita son glaive. Oh j’aurais pu crier haut et fort qu’il horrible et un détestable mentor. Mais ce n’est pas vrai, même s’il a fait du mal à sa majesté.

    J’ai vécu cette affaire de loin, préférant partir ailleurs au lointain. D’autres pays à rassurer et puis quand vint la fausse mort du grand inspecteur adoré, je revins curieuse de voir les choses se faire. J’avoue ne pas avoir souffert, je ne connais pas cela, souffrir ne m’intéresse pas. Il s’avéra cependant que ma sorcière connut une triste fin et que mon frère prit un très mauvais chemin. La favorite, il se met lui-même dans l’erreur, il ne voit donc pas qu’elle est sans saveur. Et puis en plus aimer une femme qu’aime la reine c’est porter lui-même déchéance sur notre nom et notre descendance. Il se fout lui-même dans les problèmes et il ose me dire que je suis une vilaine. Ah…il était temps que je revienne petit frère, nous allons te sortir de cette galère et si tu es sage, je ne lancerais pas de mauvais présage. Même si j’ai envie de dire que passer de la couche au ministère, voilà une femme qui sait y faire. Écarter les cuisses pour être directrice et ensuite savoir s’y prendre pour avoir d’autres commande, voilà bien le seul talent de cette enfant.

    Allons allons, ne me jugez pas comme une femme méchante, je vous l’ai dis, en vérité je suis surprenante. Et si je dis ce que je pense, cela vaut mieux que d’abuser de la bienséance. »





Vous
Nom/surnom: stroumpfh grognon
Avatar: Amy Lee
Possibilité de prendre votre personnage en pv: Oui
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia?: un petit chemin sombre
Les mots de passe ont été envoyé?:oui

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 15:35

Bonjour et bienvenu en AMbrosia

    Et bien Mademoiselle la duchesse, j'ai comme l'impression que vous avez pris beaucoup de trait de Julian de Voisin, je sens que certains vont vous détester, vous êtes validé


Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 15:43

Je ne saurais vous dire si...je vous redoute ou si vous me plaisez...je vais méditer là dessus en attendant, bienvenu!

Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 16:25

Bienvenue Madame l'Ambassadrice, vos Ferrero sont prêts !
(mdr Schtroumpf grognon !)

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 16:57

Citation :
Écarter les cuisses pour être directrice et ensuite savoir s’y prendre pour avoir d’autres commande, voilà bien le seul talent de cette enfant.

-" Morgane continu de me sous-estimer et un jour mes piques ne seront plus figurés !"


Prête pour la guerre ma chérie ? ^^

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 17:03

@Lilith: majesté voyons, ayez confiance.
@Mélusine: ah madame duval, bientot je serais en votre maisonnée pour une petite réunion familiale avec mon frère adoré.

@Hélène: Que de menace mais je n'en attend pas moins d'une gamine sans classe. Si vous désirez la guerre grand bien vous fasse, je ne vous crains ni vous ni vos menaces. Mais si vous vous entêtez à me tutoyer et surtout à me nommer ainsi, je vous jure ignorante ennemie que vous aurez des ennuis.

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:16

Bienvenue ma soeur, vaillante et sans peur.
Et si tes mots parfois me brûlent, lorsque tu nommes ma raison nulle, sache que mon enthousiasme est grand, de te compter parmi nos rangs.


( Welcome =)

Voir le profil de l'utilisateur
Loïc de Bretagne
Dubito Cogito Ergo Sum

avatar

Messages : 250
Date de naissance : 31/10/1992
Age : 25
Date d'inscription : 06/02/2011



Situation : Fiancé à Mademoiselle De Valene

Carnets
Age: 30 ans
Métier: Secrétaire de l'Ambassadrice
Niveau rp: Opened

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:18

Ah toi! Te voilà enfin pour m'accueillir, je commençais à me languir. Que dirais-tu d'accepter l'une de mes soirées surprises, toi moi et un lieu à ma guise. Dis oui mon frère? *lui fait de tendre yeux*

(thanks)

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:21

Oses-tu donc insinuer que ton plus fidèle servant pourrait t'abandonner ?
Guide mes pas où tu le voudras, tant que tu restes fixée à mon bras.

Voir le profil de l'utilisateur
Loïc de Bretagne
Dubito Cogito Ergo Sum

avatar

Messages : 250
Date de naissance : 31/10/1992
Age : 25
Date d'inscription : 06/02/2011



Situation : Fiancé à Mademoiselle De Valene

Carnets
Age: 30 ans
Métier: Secrétaire de l'Ambassadrice
Niveau rp: Opened

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:25

Je ne quitterais pas ton bras un seul instant. Quand à toi promet de ne point râler et peut être, j'accepterais de voir cette de valene dont tu t'es entichée.

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:33

Il n'est point de mes manières d'arborer une humeur grossières. Notre entrevue ne sera ainsi point gâchée, c'est entendu.

Voir le profil de l'utilisateur
Loïc de Bretagne
Dubito Cogito Ergo Sum

avatar

Messages : 250
Date de naissance : 31/10/1992
Age : 25
Date d'inscription : 06/02/2011



Situation : Fiancé à Mademoiselle De Valene

Carnets
Age: 30 ans
Métier: Secrétaire de l'Ambassadrice
Niveau rp: Opened

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:35

Fort bien, alors je te vole à ta pseudo troyenne et je t'emmène. là où mon esprit en a envie. *rit doucement* J'espère que nos retrouvailles te plairont

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 20:38

Pourquoi ne pas espérer ? Il n'y a pas de raison Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Loïc de Bretagne
Dubito Cogito Ergo Sum

avatar

Messages : 250
Date de naissance : 31/10/1992
Age : 25
Date d'inscription : 06/02/2011



Situation : Fiancé à Mademoiselle De Valene

Carnets
Age: 30 ans
Métier: Secrétaire de l'Ambassadrice
Niveau rp: Opened

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Jeu 17 Mar 2011 - 23:16

Bienvenue silent

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Ven 18 Mar 2011 - 10:52

Bienvenue à notre ambassadrice de charme!




Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Ven 18 Mar 2011 - 11:36

@Loïc: On ne sait jamais petit frère, des fois que tu es changé par la faute de ta mégère.

@Dante: Vous faites joliment la grimace, mais si je puis me permettre *tire la langue et touche le bout de son propre nez avec* essayez de faire ça pour voir?

@Tristan: Oh monsieur le secrétaire, vous êtes toujours aussi diablement charmant.

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Ven 18 Mar 2011 - 11:37

Bienvenue Morgane, toujours aussi légère dans la bienséance à ce que je vois.

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Ven 18 Mar 2011 - 13:38

Oh Baptiste vous êtes là, dites moi, est ce que vous gémissez toujours autant dans votre sommeil ou bien n'était ce que parce que je vous tenais compagnie jusqu'au réveil? hum?

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Sam 19 Mar 2011 - 0:31

Bienvenue, madame l'ambassadrice.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ambassadrice. Sam 19 Mar 2011 - 0:33

Mademoiselle l'Ambassadrice monsieur l'inspecteur, ne m'appelez donc pas Madame avant l'heure

Voir le profil de l'utilisateur
Morgane de Bretagne
Voilà l’infâme qui use de la verve comme de son charme

avatar

Messages : 1764
Date de naissance : 17/11/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/03/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 35 ans
Métier: Ambassadrice
Niveau rp: au grès de vos envies

MessageSujet: Re: L'ambassadrice.


Contenu sponsorisé




 

L'ambassadrice.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Grands-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact