Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Déborah De Veliere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Déborah De Veliere Sam 28 Mai 2011 - 19:11

Votre Personnage

Nom : De VELIERE
Prénom : Deborah
Surnom : Mademoiselle De Fantasme
Age : 36 ans
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Artiste (Peintre / Dessinatrice)
Groupe : Noble

Caractère :



  • Passionnelle. Je ne sais pas faire les choses à moitié. Quand j'aime, c'est complètement, entièrement. La passion m'emportera, me détruira à la longue. Je le sais bien. Mais après tout, vivre sans passion en vaut il la peine ? Je n'en suis pas convaincue alors autant continuer à enrober ma vie de rouge.
  • Amoureuse. Je le suis c'est indéniable. Mon cœur appartient à un seul homme et à mon art.
  • Séductrice. Lilian m'a appris à me servir des mes atouts féminins et de ma voix, surtout de ma voix. Faire des hommes ce que je veux est une occupation des plus agréables et profitables à mon art.
  • Jalouse. Ce qui est à moi est à moi. Aussi, je sors les griffes dès lors que l'on tente de s'approprier mon bien, de prendre ma propriété.
  • Emportée. Ah la passion ! Je ne sais pas faire dans la discrétion quand les sentiments me poussent à réagir. Je suis volcanique et l'assume.
  • Libertine mais romantique. Offrir mon corps aux hommes qui fréquentent le manoir oui mais pas sans qu'ils y mettent les formes : des bougies, des parfums, des tenues vaporeuses, ...
  • Fière. Voilà une leçon de mon ex mari que j'ai bien retenu. Hors de question de montrer à autrui l'impact qu'il / elle a sur moi.


Physique :

    Ni trop grande, ni trop petite, je ne suis pas vraiment le fantasme des hommes par excellence. Cependant, je n’ai pas à me plaindre. La nature m’a doté :

    • de rondeurs bien placées. Les hommes savent ainsi où mettre les mains.
    • d’une chevelure noire que je maintiens courte afin de pouvoir la dissimuler aisément sous n’importe quelle perruque.
    • de yeux en amende noirs.
    • d’un grain de beauté placé entre mes seins.

    De mon éducation, je garde une trace. Celle d’un coup de badine au creux de mes reins plus fort que les autres.


Histoire :

    Mon père m’a offert pour mes 17 ans mon plus beau cadeau, la VERITE ! Ce sentiment qui me poursuit depuis mon enfance trouve ainsi sa raison d’être. Je ne suis pas la fille de mon père, mais une bâtarde. Ma mère - que je pensais vertueuse vu sa farouche obstination à me tenir éloignée des hommes - a succombé aux charmes d’un artiste, un poète plus précisément. Enfin je comprenais les regards étranges que me lançait mon père, les murmures quand j’ai commencé à grandir. Ceux qui avaient du croiser mon vrai père devait le retrouver en moi. Et voyez vous ! Ce sont ces langues qui se déliaient dans mon dos qui me faisaient le plus mal. J’ai supporté cela 6 mois.

    6 mois pendant lesquels je pleurais presque tous les soirs quémandant le Très Haut de venir me prendre pour me soustraire à toute cette souffrance émotionnelle. Voyant que personne ne réagissait, ne se souciait de mon bien être, j’ai décidé de quitter la demeure qui m’avait vu naître.

    Atterrissant à Ambrosia, je me suis mise à errer dans les rues. C’est à cette époque que mes talents de dessinatrice m’ont le plus servi. Les quelques pièces que je gagnais me servaient à payer une chambre de bonne dans une maison des bas fonds et à manger. Mes vêtements n’avaient plus rien de ceux d’une noble et je ne m’en portais pas plus mal. J’ai appris à vivre simplement, à vivre de mon art.

    Le jour de mes 18 ans, une drôle de sensation m’avait poursuivi toute la journée alors que je m’adonnais au dessin pour de braves passants. J’avais vendu trois dessins lorsque je me suis faite happée dans une calèche. Mes diverses tentatives pour fuir furent réduites à néant rapidement. L’homme qui me faisait face a eu vite fait de me ligoter les mains et les pieds ensemble. Alors que je m’apprêtais à hurler une énième fois, il me bâillonna avec un foulard de soie.

    Mademoiselle De Vélière, vous êtes encore plus chatte que ce que je pensais. Mon kidnappeur connaissait mon nom. J’aurais aimé lui répondre mais je ne pouvais rien faire, rien dire. Seulement écouter. Votre père ne m’a pas menti. Mais, j’avoue être curieux de connaître votre voix. Parait il qu’elle est envoûtante. Le prédateur se rapprochait dangereuse de moi. En quelques secondes, ses lèvres furent contre mon oreille. A partir de maintenant, vous êtes mienne Deborah. Et si vous ne voulez pas que je vous réduise à néant, vous allez être une gentille fille.

    Cet homme était en réalité mon dresseur. Mon père – enfin celui qui m’a élevé – a toujours su où j’étais. Il me laissait vivre ma crise d’adolescente sous surveillance m’apprit rapidement Lilian De Valière, noble chargé de mon éducation. Avec lui, j’ai appris la douleur, la souffrance mais également les plaisirs les plus fous. Me conduisant dans des soirées intimes où chaque convive arborait masque et déguisement, il fit de moi une libertine. Appartenir à des hommes dont j’ignorais tout sous son regard à lui était un plaisir délectable. Avec les années, ma voix s’est affirmée. Celle-ci, profonde, amenait régulièrement mes partenaires au bord de l’extase, surtout lorsque je leur murmurai des propos luxuriants, indécents à l’oreille.

    Le jour de mes 22 ans, Lilian vint m’annoncer la fin de mon éducation. Mon cœur était partagé entre la joie de sortir enfin des sous sols du palais et la tristesse de ne plus être l’esclave de mon maître, de cet homme que j’avais appris à respecter, à estimer au fil des années. L’entretien avec le roi se passait bien. Je retrouvais mes lettres de noblesse. C’est ce jour là aussi que j’ai appris pour la première fois ce qu’était la jalousie. Lilian avait une autre esclave. Je les aurai tous les deux tuer tant ma rage était violente s’il n’y avait pas eu celui qui allait devenir mon mari. Un homme charmant, patient, charismatique qui, ce jour, lui apprit qu’il ne fallait jamais montrer à un homme l’ascendant qu’il pouvait avoir. A partir de cet instant, je cultivais cette fierté qui des années plus tard m’a conduite à avorter.

    8 ans, notre histoire dura 8 ans. Elle aurait pu durer toute la vie si Geoffrey ne m’avait pas trompé avec une greluche dont il était le dresseur. Il m’avait toujours promis de ne pas toucher les esclaves dont il avait la responsabilité. Comme une idiote je l’avais cru. Mais voilà, que revenant un jour plus tôt de mes escapades artistiques, je l’ai trouvé au lit avec elle. Moi qui étais rentrée pour lui annoncer ma grossesse. Sans dire un mot, j’ai refermé la porte et dévalé les escaliers pour aller trouver la sorcière. Le nécessaire fut fait rapidement. Cette perte fut douloureuse mais ne rien montrer à l’autre. L’élève que j’ai été avait bien appris sa leçon. Deux mois après, je divorçais et reprenais mon nom de jeune fille, celui de mon père qui n’était pas mon père mais dont j’hériterai du titre quelques mois plus tard suite à son décès. Dommage pour mon ex époux ! A quelques mois près, il aurait pu se targuer d’avoir pris pour épouse la Marquise De Vélière, propriétaire des terres de Vélian sur l’île de Frélencia.

    Bref, tous les hommes de ma vie m’avaient meurtri à leur façon. Ce n’est pas pour autant que je me suis tournée vers la gente féminine. Que neni ! J’ai continué à pourchasser mon idéal masculin et par une belle nuit d’été je l’ai trouvé. David Clark. Le seul problème, c’est sa tendance à être libertin. Son mode de vie ne va pas avec ma possessivité ! Je le veux à moi, rien qu’à moi et lui ne cesse de me répéter que si j’ai son cœur, son cul lui appartient à qui en veux. Dans ces moments là, je l’égorgerai volontiers. Il m’agace à vouloir cacher notre relation alors qu’il est indéniable que les sentiments sont là. Enfin. Voilà tout de même 3 ans que je partage son mode de vie et que le soir venu je prends le pseudonyme de Mademoiselle de Fantasme … Mais chut, les convives arrivent. Ils viennent se détendre au Manoir des délices. Avec tout ce qui s’est passé à Ambrosia ces temps ci, et en attendant que les exécutions aient lieu, il est normal que tous ces nobles veuillent passer une soirée dédiée au seul plaisir des sens.




Vous

Nom/surnom : *****
Avatar : Fanny Ardant
Possibilité de prendre votre personnage en pv : Oui
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia ? David
Les mots de passe ont été envoyé ? Oui

Voir le profil de l'utilisateur
Deborah de Vélière
Mademoiselle de Fantasme

avatar

Messages : 85
Date de naissance : 20/08/1977
Age : 40
Date d'inscription : 28/05/2011



Situation : Détruite

Carnets
Age: 38
Métier: Dessinatrice / Peintre
Niveau rp: 1/1

MessageSujet: Re: Déborah De Veliere Sam 28 Mai 2011 - 21:26

Bonsoir et Bienvenue en Ambrosia

    Et bien ma Dame, David me fait part que votre fiche lui convient, je vous valide donc, amusez vous au sein de nos murs.

Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Déborah De Veliere Sam 28 Mai 2011 - 21:34

    *arrivant en galant homme, un mouchoir aux lèvres il se penche vers sa belle et dépose un baiser sur la naissance de son sein* Ma dame, ma belle libertine vous voici enfin, il me tardait de vous voir et me glisser sous votre robe pour vous murmurer tous mon amour pour vous.

Voir le profil de l'utilisateur
David Clark
Le libertin
avatar

Messages : 1386
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 25/05/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 34 ans
Métier: Libertin
Niveau rp: ouvert

MessageSujet: Re: Déborah De Veliere Sam 28 Mai 2011 - 21:37

Ambrosia, merci.

David, vous n'avez pas du m'attendre pour vous glisser sous les robes des dames.

Voir le profil de l'utilisateur
Deborah de Vélière
Mademoiselle de Fantasme

avatar

Messages : 85
Date de naissance : 20/08/1977
Age : 40
Date d'inscription : 28/05/2011



Situation : Détruite

Carnets
Age: 38
Métier: Dessinatrice / Peintre
Niveau rp: 1/1

MessageSujet: Re: Déborah De Veliere Sam 28 Mai 2011 - 21:41

    Oh ma dame, voyons, que de vilaine parole pour une si jolie gorge, vous avez mon coeur, vous devriez être fière *embrasse délicatement la gorge de sa dame*

Voir le profil de l'utilisateur
David Clark
Le libertin
avatar

Messages : 1386
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 25/05/2011

Situation : Célibataire

Carnets
Age: 34 ans
Métier: Libertin
Niveau rp: ouvert

MessageSujet: Re: Déborah De Veliere


Contenu sponsorisé




 

Déborah De Veliere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Nobles-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact