Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 la princesse aux pieds nus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: la princesse aux pieds nus Dim 29 Mai 2011 - 20:00

Votre personnage
Nom: Del Madrela
Prénom: Soledad, Lucia, Carmella, Andrélina
Surnom: LA princesse aux pieds nus
Age: 19 ans
Sexualité: Hétérosexuelle
Métier: - - -
Groupe: Esclave
Rang désiré: La princesse aux pieds nus

Caractère:


"Soledad, une princesse qui n'est pas imbu d'elle même mais qui n'est pourtant pas d'une docilité facile. Elle n'est pas docile, un animal sauvage n'est jamais docile. Véritable chatte, elle se présentera à vous calme, immobile, son regard toujours porté sur vous avec intérêt, vivace mais méfiant. Aux aguets toujours, elle a cette retenue sauvage, envoûtante qui fait d'elle un animal aux griffes acérés bien souvent dangereux si on vient à l'acculé dans un coin.
Elle peut être très calme, très silencieuse, lire et vous ignorer mais si vous l'enfermez, elle deviendra hargneuse, dangereuse, rebelle presque. Peut être a-t-elle peur de se retrouver en cage, pourtant elle sait fort bien que les deux ans à venir ne seront pas de grand repos. Mais voilà, elle ne peut se résoudre en vérité à vivre dans un lieu sans fenêtre sur l'extérieur, sans rien pour qu'elle puisse s'échapper. Les enfants de la nature sont ainsi, ils peuvent en société se présenter parfait, le corps et l'esprit en accord avec ce qui les entoure, Soledad restera silencieuse, peu enclin à sortir de sa misanthropie, elle n'aura qu'un désir, retourner à ses lectures solitaire, assise dans un arbre ou au bord d'une rivière.
Voyez vous ses félins que l'on peut apprivoiser mais qui au moindre mauvais gestes deviennent des animaux aux feulements de prédateur. Essayez un jour de lui faire mettre ses chaussures si elle ne le veut pas, vous risquerez d'avoir une chatte furieuse devant vous qui s'emportera petit à petit. Plus vous insisterez plus vous la verrez devenir hostile. Mais vous savez, tout animal peut être apprivoisé et si vous parvenez à le faire, vous découvrirez une jeune femme sublime.
Ma fille est fille de roi et de ce fait, elle sait fort bien s'accorder pour se tenir. Mais elle est sauvageonne, je ne peux le nier. Elle ne supporte pas les gens qui sont méchants, qui veulent s'imposer et dominer, ceux là, elle les ignorera impérieusement car son caractère ne lui donne pas l'envie de connaitre ses sentiments mauvais et néfastes. Elle n'est pas naïve, elle sait que le monde peut être bien sombre, mais elle refusera toujours de rentrer dans le jeu du vice, de la méchanceté et du mépris.
Elle a un profond respect pour ses sujets et c'est bien la seule raison qui fait que ma fille se rend en Education, elle veut devenir une meilleure personne pour les guider plus tard. Fière de son royaume de ses origines et de notre vie de bohème, elle se tient en tout instant comme Ambrosia le commande, mais elle a besoin d'être aussi elle même et je sais que celui qui sera chargé de son éducation, le découvrira bien assez tôt. J'espère qu'il saura l’apprivoiser, car même si ma fille est sauvage, elle est une noble qui a sa noblesse de coeur et qui ne fait ce rite que pour son pays. Dans le seul but de les gouverner un jour avec justice et impartialité."

Darien del Madrela, roi de Madras, contrées d'Hispanica.
Physique:


"Soledad ne se juge pas plus belle qu'une autre, ni plus sublime. Pourtant je ne cesse de lui répéter qu'elle est belle, ma fille, mon bébé. Ma petite sauvage. Quand je l'ai mise au monde je n'ai vu que ses grands yeux verts oscillant sur le bleu. Et plus elle a grandit plus elle est devenue femme. Grande, presque trop pour une fille, enfin selon ses dires, elle atteint les 1m83, mais elle est belle et ses formes généreuses sont largement mise en valeur grâce à cela. Ses formes d'ailleurs, de cela elle en est fière mais refuse de les afficher dans une autre couleur que le noir, je crains qu'elle ne porte encore le deuil de sa jumelle. Celle né un instant avant elle mais qui a périt lorsque elle avait seize ans.
Soledad a une peau du sud, légèrement rosée, juste à peine car si elle est brune, elle a hérité de la peau rousse de sa grand mère, et supporte mal de prendre des coups de soleil. Une ombrelle l'accompagne toujours de ce fait, une ombrelle et des mitaines de dentelle pour couvrir ses mains. Ses boucles brunes entourent son visage avec délice, un visage de madone comme j'aime à dire, mais c'est là fierté de mère. Elle se trouve trop carré de visage, pourtant ses lèvres pulpeuses montrent bien qu'elle est une femme, ainsi que son opulente poitrine, mas elle est persuadée que par sa grandeur et ses traits pas aussi rond qu'il ne le faudrait, elle ne ressemble qu'à un garçon déguisé. Enfin, elle se sait jolie, elle se sait femme, mais elle aime à se dénigrer. non pas pour entendre les compliments mais simplement pour ne jamais se juger au dessus des autres.

Drusilla del Madrela, reine de Madras, contrée d'Hyspanica
Histoire: (15 lignes minimum)

[justify] « Non, je ne veux pas, je ne vous manque pas de respect, je ne me rebelle, je vous dis simplement non. Je ne veux pas faire cela. » dit-je en tournant lentement la page de mon livre, le dos tourné, le regard penché sur ma lecture. « Je ne vois pas en quoi mon histoire vous concerne Monsieur, vous n’êtes que dresseur, si vous étiez mon maître, là, peut être que je vous parlerais, mais on m’a dit que le ministre, amis de mon père, m’avait déjà destiné à quelqu’un. Dans ce cas, ce sera à lui que je raconterais mon histoire, pas à vous. Et je ne changerais pas d’avis. »

Je ne démordrais pas de cela. Cet inconnu souhaite savoir ma vie alors que je ne le connais point, il est hors de question que je la lui raconte. Ma vie m’appartient et peut être la dirais-je à celui qui sera mon maître, mais en aucun cas, je n’en dirais plus sur moi.
Oh ne vous en faites pas je n’ai rien oublié de mon passé, tout est là, dans ma tête, aux creux de mes souvenirs, je me souviens de tout.
Je suis née il y a dix neuf ans au sud d’Hispanica, sur les terres de Madras un matin d’été. Je fus la seconde née, ma sœur vint en premier. Gabriella, Viscontina, Blanche, Alana del Madrela et je la suivis dix minutes après. J’étais la seconde née, pour moi ce serait la liberté, ma sœur les contraintes de son pays. Elle serait la reine, je serais Mademoiselle. J’étais donc plus libre qu’elle dès ma plus jeune enfance. Pourtant, cela ne nous a jamais éloignée l’une de l’autre, bien au contraire, elle était sage, docile, j’étais la va nu pied qui courait dans les jardins du palais. Nous sommes un pays de bohème, nous vivons bien différemment de la cour, nous le reconnaissons mais nos cultures sont différentes et le roi Ambrosien semble avoir toujours accepté nos us et coutume. Puisque lorsque Mérimin eut pris le pouvoir par les anciens temps, le premier de notre lignée, enfant d’à peine douze ans avait accepté le premier la mort de son barbare de père et rejoint les rangs à l’âge voulus du gouvernement.
Nous sommes un peu utopiste sur les bords, avouons-le. C’est là notre nature et c’est là la mienne aussi. Je me défends, mais je ne fais pas violence. La violence fait naitre trop de sombre sentiment que je refuse d’accepter en mon âme.

Ainsi je fus éduquée librement, acceptant tout de même d’être enseigné sur la manière de me tenir et d’agir, je devrais quoi qu’il m’en coute aussi passer l’Education. J’acceptais de posséder un minimum de savoir, de connaissance mais je suis bien trop bohème pour connaître l’histoire sur le bout des doigts ou les plus grandes idées philosophique. Je développais donc à l’inverse de ma sœur, le dessin, l’art du portrait et le gout de la lecture. En dehors de cela, je ne m’intéressais pas à devenir reine puisque ce n’était pas mon rôle, jusqu’à ce que….Gabriella vienne à mourir.

C’était l’hiver, je m’en souviens encore, je l’avais forcé à quitter ses études, sortir un peu ensemble pour les premiers flocons, je ne lui demandais rien de plus. Elle avait cédé malgré le risque de nous disputer et nous avions couru ensemble dans le froid. Sur le lac elle a voulu s’élancer à ma suite, la glace a cédé, toutes les deux nous sommes tombées, on nous a sortit de cela. Mais moi, habituée aux rudesses de la vie, la maladie ne m’a pas emporté, ma sœur oui. J’ai pleuré dans ma fièvre, on m’a interdit de la voir, je suis allée à ses funérailles et puis j’ai porté le deuil. Je le porte toujours.

J’ai du donc apprendre pour devenir la future reine de notre royaume. Je devais le faire pour ma sœur, morte par ma simple faute. Mais je ne pouvais totalement abandonner le passé. Alors je devins la princesse aux pieds nus comme le palais aimait à me surnommer. Et j’appris, du mieux que je le pus.
Mon père après une faveur accordé par le ministre de l’Éducation attendit quelque peu avant de m’envoyer en Ambrosia. Tout d’abord pour consolider mes acquis, ensuite parce que commença la vague néfaste au sein de la capitale. Ce fut à l’annonce de l’arrestation des coupables qu’il se décida à m’y laisser y aller. Et je suis donc là à attendre.

Monsieur de Malte m’a dit qu’un certain de Bretagne s’occuperait de moi. Mais il semblait saoul, un peu ailleurs et alors qu’il ponçait le nom de Morgane il écrivit Loïc sur l’ordre. Je dois aller aux mains de Morgane et je me retrouve à Loïc ? Je ne sais pas trop ce qui va se passer mais j’espère que le destin ne me joue pas de mauvais tour. Nous verrons bien.


Vous
Nom/surnom: moi
Avatar: Ykara
Possibilité de prendre votre personnage en pv: Oui-
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia?: Loïc
Les mots de passe ont été envoyé?: oui

Voir le profil de l'utilisateur
Soledad de Choiseul
La princesse aux pieds nus

avatar

Messages : 1317
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 29/05/2011



Situation : Secrètement mariée à Nicolas

Carnets
Age: 19
Métier:
Niveau rp: 01/?

MessageSujet: Re: la princesse aux pieds nus Dim 29 Mai 2011 - 21:33

Bonjour et bienvenue en Ambrosia

    Et bien mademoiselle je ne peux que vous souhaitez bienvenue, vous êtes validée. Bon jeu


Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 30
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

 

la princesse aux pieds nus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Esclaves-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact