Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Ma demoiselle de Velene Heléne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Ma demoiselle de Velene Heléne Mer 17 Fév 2010 - 23:51


Votre personnage
Nom: De Valene
Prénom: Helène
Surnom: Le douce heureuse
Age: 26 ans depuis peu
Sexualité: Bisexuelle
Métier: Gérante du théâtre d’Ambrosia
Groupe: Les Grands
Rang désiré: Dame de compagnie et favorite de sa Majesté


Caractère:

On connait son visage, depuis quelques années déjà, à la cour de la reine. Jeune femme tout en art et en finesse elle trouva, sans difficulté, sa place au sein de la haute sphère. A l’instar de toute sa caste, Heléne fait preuve d’une curiosité toute avisée, dans cet univers de château. Ce n’est certes pas cette curiosité malsaine dont font preuve certaines nobles, telle la Mertueil, qui la motive. Puisque malsaine cette demoiselle ne l’est toujours pas. Huit années, dans ce petit royaume, n’ont toujours pas réussi à détériorer sa douceur. Cette douceur, notre artiste la cultive, avec une sincérité tout à fait charmante. C’est peut être celle-ci qui la préserva au regard de sa souveraine.
Heléne n’a pas d’ambitions politiques hasardeuses, ni d’esprit de domination d’ailleurs. Si elle sait tout de ses confrères, c’est avant tout, parce qu’ils sont les éternels muses de ses productions théâtrales. Sa fraîcheur pleine d’honnêteté lui donne toute la liberté de critiquer ce monde dans lequel elle évolue. Un regard pour le moins essentiel là où les masques ne quittent jamais les faces. Les masques, cette gérante les adorent et les créaient sans complexe, dans un jeu de la vie. Elle, une grande qui attache à la vie une importance inaliénable. Les intrigues ne sont que des petits éclats qui s’éteignent à peine le souffle est-il passé.
Chacun à sa faiblesse à combattre. Cette jeune dame laisse sa vie filer au gré de ses passions plus folles les unes que les autres. Son jeune cœur ne bat qu’au rythme de ses amours éphémères. C’est avec plaisir qu’elle se laisse prendre dans les pièges de la passion. Son tempérament aimable lui laisse la possibilité de découvrir encore et toujours, la joie. Cette joie peut se trouver dans les bras de tout mortel, ou paroles de tout dramaturge. Dans ces conditions les responsabilités demeurent sur le plan des bagatelles contrariantes. Ce qui, bien heureusement, ne la rend pas négligente quant à la paix de son entourage.
Derrière un sourire pétillant se dissimule une âme aimante qui ne cesse de veiller sur l’autre en secret. Heléne est loin de la couardise et ses alliés ne souffrent jamais d’un abandon. Ses plus proches relations la trouvent parfois un peu trop bienveillanten, cela par ses remarques pleines de lucidité. Gare à ses adversaires car sa détermination est aussi solide que le reste. Helène, n’oubli jamais où elle se trouve et qui la sous-estime pourrait bien en perdre la langue. Car la passion n’est pas l’exception de la bonté. Quand on l’y pousse les armes de la scène deviennent son bataillon !


Physique:

Hélene est une femme adulte et au fait de sa beauté. Si le théâtre l’attire autant ce n’est pas uniquement pour le jeu des voix et des costumes. Car la beauté lui a on dit s’exprime dans chaque chose. Si ce dicton est un tant soi peu censé, alors notre jeune amie est tout à fait jolie. Des origines, riches de métissages, lui donnent le teint légèrement halé d’un pays du soleil. Un teint qui jure sans doute, là où la blancheur est d’or. Qu’importe la belle Helène s’en est fait un atout. Ainsi ses cheveux longs et souples ne font qu’appuyer son originalité. Elle ne les a plus coupés, depuis la fin de son éducation, et les entretiens avec amour. Ils sont l’objet d’une charmante expression éphémère, tantôt lisses, bouclés, libres, décorés…
A ceci s’ajoute un goût prononcé pour la toilette. Cette artiste royale ne sera jamais vue en pleine négligence esthétique. Il s’agit là du prolongement de son métier qui fait loi dans chacun de ses actes. Ses tenues sont soignées avec une intuition étonnante. Car en en plus d’être bien vêtue, mademoiselle l’est sans se contrainte d’une quelconque mode. Sa connaissance de la morphologie et des couleurs lui donne toutes les bases pour de fameuses apparitions.
Son corps mince ne manque pourtant pas de toutes les formes que la féminité offre aux regards. Elles sont le souvenir délicieux de belles nobles étrangères enrichies de l’exotisme. Les courbes de la danseuse joyeuse et charmeuse dans chaque souffle. Un être peut être un peu gracile loin d’une fragilité désavantageuse. D’ailleurs tout à fait imposant par sa prestance pleine de sourire. L’aura d’une jeunesse, en passe de devenir mûre, qui se traduit dans un regard sombre et malicieux un rien andalousite.


Histoire:

Le comte c’est cela ? Oui on vient de m’avertir, deux serviteurs… c’est affreux, je suis bien d’accord avec vous… Ho que je vous raconte mon histoire ? Cela vous aidera à retrouver le coupable ? Hmm soit ! Avez-vous entendu parler de mon talant pour les soliloques ? Non eh bien.
Ma famille était présente lors de la prise de pouvoir de Mérimin. D’ailleurs la Maison en garde un souvenir cuisant. Notre petit territoire n’avait rien de menaçant pour ce fondateur. Enfin… je ne suis pas là pour juger le passé n’est-ce pas ? Seulement pour le conté, un peu. Des miens ce fût Eliot de Velene prince de sang héritier qui entendit le discours du conquérant De Choiseul. Je ne sais rien de lui. Si ce n’est, que son entretien fût un succès, qu’il trouva un quartier à diriger, et une épouse à rendre pleine.
Les miens ont depuis lors été les mécènes d’Ambrosia. Un rôle tout à fait adéquat dans cette cité des charmes. Les générations se succédant, ont soutenues la musique, l’architecture, l’écriture… la peinture demandez à monsieur Balante, (si vous arrivez à le trouver ici) mon frère l’entretien depuis trois ans déjà. Vous ne connaissez peut être pas mon frère un jumeau ? Damien. Il n’aime pas la cour. Il n’a jamais aimé le monde. Un vrai moine cet homme. Il devrait sans doute donner quelques conseils à notre cher prêtre. Tout cela, reste entre nous, c’est entendu ? Bien.
Ma mère Coline est la fille d’une autre maison. Je ne sais, si mes parents s’aimaient réellement. Mais au moins n’ont-ils jamais eu l’air malheureux. Ils sont gens de lettres et de spectacle. Et naturellement ils m’ont élevée en ce sens. Bien que je le crois, cela n’a fait qu’accentuer mon amour déjà existant pour l’Art. J’avais cinq ans à peine, quand j’ai déclamé la prose Marivaux, dans le jardin du manoir. Les mouettes ont sans aucun doute rit de ma prestation. Mais que voulez vous une passion est par nature incontrôlable.
L’éducation ? Eh ! Mais comme vous y allez ! Voulez-vous gommer douze ans de ma courte vie aussi facilement ? A six ans donc je commençais le théâtre. Père m’a soutenue dans cette voie. Je me suis découvert un amour véritable pour le chant. Le chant lyrique et magnifique, une passion. Mais les dieux en ont décidé autrement. Je n’ai aucun talent pour la mélodie. Si ce n’est pour les intonations de Racine peut être. M’avez-vous vu jouer monsieur ? Cela fait longtemps que les planches n’ont plus entendu mes rimes… Un théâtre ce n’est pas rien à gérer c’est vrai. Voilà cinq ans bientôt que je l’ai ouvert. Ma plus grande fierté, et… comment ?
Ho Richard, vous savez donc que je côtois Richard. Un ami de longue date, sans aucun doute le plus ancien. D’ailleurs pourquoi n’est-ce pas lui qui m’interroge ce soir ? Soit, soit ,je reprends ne vous agacez pas. C’est bien vous qui avez coupé mon récit le premier ! J’avais seize ans à l’époque. Il était déjà un homme accomplit. Je profitais de mes deux dernières années de liberté. J’étais amoureuse d’un jeune Duc. Une autre de mes passions en effet. Mais, il voulait se marier, cela nous a fâché. Il va bien je crois. Son troisième enfant ne tardera plus. Mais ! Velton donc. C’est une amusante rencontre. Il venait voir une pièce. Je venais encourager l’une des actrices. Charmant personnage. Bien mieux que tous ces louveteaux en rut.
Je ne savais pas alors qu’il avait déjà une place dans cette cour. Comme quoi cette ville est parfois très petite. Lilith l’apprécie presque autant que moi. Je me souviens que c’est l’une des conversations que nous avons eu toutes les deux, alors que je débutais le rite de passage. C’est un ami de monsieur de Mon Voisin qui me prit sous sa coupe. De la vint sans aucun doute les nombreuses occasions, que nous eurent toutes les deux à nous écouter. Je crois que j’aurais pus suivre cette femme n’importe où. C’est elle qui fût ma première véritable critique. Lilith ne ment pas. C’est ce qui m’a séduit en premier. Qu’elle soit la reine ne change en rien ce que nous avons créé. Si ce n’est cette admiration que j’ai encore plus. D’ailleurs je dois aller la voir. D’autres questions ? Nicolas… je ne sais pas. N’est -il pas, toujours avec les esclaves ? Quel rapport ?
Pourquoi me parler de cette affaire ? Cela remonte à des mois. Vous êtes bien curieux. Lucius n’a pas d’humour qui puis-je ? L’Art ne souffre d’aucune frontière monsieur. Tout le monde a adoré cette pièce. Un travail passionnant. Je ne regrette rien. Le ministre est tout simplement cynique. C’est bien dommage. Mais je ne me fais aucuns soucis quant à sa capacité de réponse à mes plaisanteries. Il s’agit là d’un des nombreux jeux de ce monde. N’avez-vous pas comprit que cette cour n’est que cela ? Jouer. Mon rôle y est peut être un peu plus… marqué. Après tout je suis l’oreille de la reine. Revenez quand vous aurez vos soupçons. Je me ferais un plaisir de les écouter. Et… je vous garde une place pour le prochain spectacle. Ce sera au printemps, vous viendrez.


Vous
Nom/surnom : So’
Avatar: Rachel Bilson
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia?: Sa majesté
Les mots de passe ont été envoyé?: sou peu !

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ma demoiselle de Velene Heléne Jeu 18 Fév 2010 - 0:54

Bienvenue à Ambrosia



    Votre fiche correspond tout à fait au personnage, nous sommes donc heureux de vous compter parmi nous. Pensez à générez votre carnet dans votre profil. Bon séjour parmi les membres de la cour. Vous êtes validé


Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Ma demoiselle de Velene Heléne Jeu 18 Fév 2010 - 2:32

Merci bien !
Je vais de ce pas rejoindre mes quartiers !
Justes après les dernières formalités bien entendu.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ma demoiselle de Velene Heléne


Contenu sponsorisé




 

Ma demoiselle de Velene Heléne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Grands-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact