Derniers sujets
» NEW YORK THE DARK SIDE
Ven 18 Sep 2015 - 22:31 par Invité

» VAMPIRE KINGDOM
Lun 7 Sep 2015 - 11:48 par Invité

» Blackout <3
Mer 2 Sep 2015 - 18:36 par Partenaires

» X MEN the after years <3
Mer 3 Juin 2015 - 19:28 par Invité

» Formulaire de Partenariat
Mer 3 Juin 2015 - 17:03 par Partenaires

» Signature du règlement.
Mar 24 Mar 2015 - 22:30 par Elise De Belcour

» Petit problème
Mar 24 Mar 2015 - 20:37 par Elise De Belcour

» Autres Vies... Et si vous deveniez des voyageurs de l'improbable ?
Mer 11 Mar 2015 - 19:11 par Invité

» Top-sites
Mar 10 Mar 2015 - 19:59 par Aymerie de Rochechouart


Partagez | .
 

 Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 15:30

Votre personnage

    Nom: De Sangre
    Prénom: Baptiste, Antoine, Louis, Emanuel.
    Surnom: Le royaliste
    Age: 50 ans
    Sexualité: Hétérosexuel
    Métier: Ministre de la Santé
    Groupe: Grand
    Rang désiré: Ma confiance n’est donné qu’une fois.


    Caractère:


« Vous parler de mon fils ? Mon aîné ? Mon petit Baptiste ? Oh je suis si fière de lui, il est devenu quelqu’un de Grand, un noble tout ce qu’il y a de plus charmant. Je suis la première à l’admirer, je l’aime, il est l’enfant de l’amour, il est mon petit, mon tout petit.
Ce n’est pas un homme méchant, il est tellement intègre. Pour lui, ce royaume doit être mené dans les règles de l’art. Nous en parlons souvent. Il a un œil avisé sur la politique, sur notre reine et sur tout ce monde. Je sais que la mort de son frère l’a beaucoup touché, il ne supporte pas que l’on enfreigne les règles, il ne supporte pas que les hommes fassent fit des règles. Ce n’est pas sa faute si la vie l’a rendu ainsi. Autrefois il était plus léger, il aimait tellement son frère, son jumeau, mais il n’a pas supporté ce qui est arrivé. Il a changé, il est devenu plus strict, plus intègre, il ne supporte pas de donner sa confiance et de voir que celle-ci n’est pas respecté. C’est un homme de valeur que voulez vous. Un homme intègre, un homme qui ne veut que la justice et le respect. Oh il n’est pas utopiste, il sait que chacun à son libre arbitre, il sait que chacun à ses libertés, mais pas au point de laisser les hommes ou les femmes bafouer la royauté. Il y a des règles, des règles qu’ils estiment juste, si on venait à toucher ses règles pour en faire fit, il rappellerait à l’ordre. Il n’est pas ministre pour rien, il veut que les choses soient respectées. Depuis la mort de son frère ses convictions sont devenues plus grandes, plus fortes, il ne demande rien de plus que le respect.
Il est autoritaire, il est intègre, professionnel, royaliste il sait se montrer un homme bon mais pas si les autres veulent s’imposer face à ses idées. Il sait avouer quand il a tord, il sait avouer quand il a raison, mais il ne faut pas le prendre à revers. Il peut se montrer fort violent quand les choses vont mal. C’est un ministre, avant tout désormais.
La reine ? Oh il adore sa reine, il l’aime énormément. Il la juge encore trop jeune pour comprendre ce monde, mais il est là, il fera tout pour la guider. Il fera tout pour l’aider à être une Grande reine, elle aurait l’âge de sa nièce, s’il en avait eu une. C’est pour cela qu’il travaille avec ardeur pour elle.
Lawrence Welton ? UN grand homme avec qui il adore converser et s’opposer. Cela lui plait.
Isabelle ? Il m’en parle souvent, il en est amoureux je crois mais il ne peut s’empêcher de la séduire à sa manière, c’est un grand timide au fond avec les femmes qui lui plaisent.
L’inspecteur ? Il admire son travail. Il le juge comme un homme d’exception, l’un de ses rares hommes qui sache être quelqu’un de droit et de juste.
Mademoiselle Duval ? Il se méfie d’elle, il lui a accordé sa confiance, mais il reste sur ses gardes. Pour l’instant, il n’a rien à lui reprocher, elle se plie aux règles, elle le fait fort bien, mais il n’aime pas ce genre de femme provocante, dépravée, qui se complaisent dans le sexe pour l’argent.

Vous savez Baptiste est un homme comme on en fait plus. Il se damnerait pour la monarchie, il ferait tout ce qu’il peut pour pouvoir faire de la reine la plus Grande reine qu’Ambrosia ait connu. Il ferait tout son possible pour que ce monde comprenne que l’on peut être libre si l’on respecte ses règles. Il ne supporte pas les menteurs, les faux jetons, les dissimulateurs. Il ne supporte pas que l’on fasse du mal aux autres pour son seul plaisir. Peut être je l’idéalise trop, mais c’est mon fils. Et à mes yeux, mon fils est quelqu’un de bien.
    Madame de Sangre, 70 ans, confidence d’une mère sur son fils


    Physique:


« Je ressemblais trait pour trait à Baptiste. Nous étions jumeaux après tout. Mais je n’ai pas pu vieillir, je n’en ai pas eu le temps. Il est devenu un homme de prestance, un homme de charisme aux regards sombres et toujours réfléchis. Ses manières, son attitude traduisent l’homme qu’il est. Grand, distingué, fort, élégant, c’est dans sa nature d’être ainsi. Sa silhouette sait faire prestance mais elle s’efface quand il a quelqu’un d’égale valeur à coté de lui et si c’est la reine, il s’efface, du mieux qu’il le peut. Car c’est elle à ses yeux qui doit être forte de présence. Son regard est bleu, d’un bleu pâle, léger, mais qui peut devenir bien sombre quand les choses vont à l’encontre de ses idées, ils peuvent même irradier quand il est lancé dans ses grands discours. C’est un homme de passion, de passion politique et cela se traduit sur son attitude.
Il n’a qu’un seul côté négligé, cette barbe qu’il laisse pousser, un effet volontaire, il la taille à une longueur précise ce qui donne à ses traits plus de rigueur et de fermeté au final. Ses cheveux sont toujours coiffés avec minutie et il porte souvent, tout le temps, des costumes de bonne étoffe. Généralement il les commande aux filles de l’atelier de Mademoiselle MacBranain, il aime énormément son talent. Il a toujours une canne et un haut de forme quand il sort, il aime cela.
Baptiste ne se juge pas beau, contrairement à moi qui me trouvais d’une classe sans égale, il sait qu’il peut charmer, il sait qu’il peut être séducteur, il sait qu’il a ce petit quelque chose qui plait aux femmes mais il n’en abuse pas. Il sourit peu souvent, il est toujours si sérieux, mais il est beau à sa façon, sans s’en rendre compte.
    Léandre de Sangre, confession d’un mort



    Histoire:


« Mes fils sont nés il y a cinquante ans, sur les terres de Sandaras, sur le continent d’Amaras. Là à l’est, sur les terres bordant la mer de Mérimin. Nous possédions une vaste terre de coton, terre de plantation et de labeur. J’avais épousé en secondes noces Lucia de Malerne, une jeune femme d’une beauté exquise. J’avais tente ans déjà, elle n’en avait que vingt, elle avait été ma disciple, mon esclave durant son éducation. Je suis tombé amoureux d’elle dès que je l’ai vu, ma première femme n’en était pas jalouse, ma première femme n’avait pas la force d’en être jalouse. Elle était atteinte d’une maladie grave des poumons et se mourraient petit à petit, j’en ai bien souvent pleuré, parce que je ne pouvais rien faire, parce que j’en aimais une autre. Mais au lieu de me condamner, c’est elle qui nous a offert sa bénédiction et alors qu’elle s’éteignait lentement, Emmanuel me jura de veiller sur nous et notre bonheur, je n’oublierais jamais sa douceur, sa tendresse et ses mots.

Un an après, mes fils naissaient. Baptiste fut le premier à sortir du sein de sa mère, suivit sept minutes après par Léandre. A peine leurs naissances faites, je devinais déjà l’opposition des jumeaux. Baptiste était calme, serein, il ne pleurait jamais, Léandre tout le contraire. Mais étrangement quand ils étaient côte à côte, les garçons oubliaient le reste du monde et plus ils grandirent plus cela se confirma. Baptiste protégeait son frère de toutes les bêtises qu’il faisait, il s’insurgeait que je le punisse et défendait les libertés de son frère. Hors je lui apprenais qu’il n’y a de liberté que lorsqu’on respecte les règles. Baptiste conversa longuement à ce sujet avec moi, il n’avait que dix ans mais il était curieux de comprendre, comme il était curieux d’apprendre.
A quatre ans, les garçons apprirent à monter à cheval, à cinq l’escrime et le maniement des armes, à huit la boxe, à neuf ans la lutte. En parallèle leurs mères leur enseignait l’étiquette et le maintient, la lecture, l’écriture, l’histoire et la géographie. C’était une femme de savoir et elle inculquait tout cela à ses fils. Il était de coutume dans ma famille que les parents enseignent à leurs enfants au lieu d’avoir un précepteur et c’est ce que nous fîmes.

Les garçons se révélèrent un peu plus avec le temps de caractère différent. Baptiste était posé, calme, Léandre beaucoup plus dissipé, influençable. Mais ils savaient se tempérer à eux deux. Quand ils eurent seize ans, ils tombèrent tous deux amoureux de la même jeune fille, une enfant de noble de la contrée voisine. Il y eut une rivalité fraternelle entre eux deux, ils aimèrent la jeune fille, la courtisèrent mais si Léandre succomba jusqu’à sa couche, Baptiste détesta cela et l’ignora bien rapidement. A ses yeux l’amour n’était pas un jeu, ni un prix, il se désintéressa totalement de cette jeune femme et préféra se préparer pour son éducation. Nous leur en avions parlé, ils savaient qu’ils devaient se rendre en Ambrosia et Baptiste acceptait cette idée, même s’il savait que les nobles de la cour étaient de redoutable prédateur pour certain. J’espérais au fond de moi, qu’ils ne tomberaient pas sur des personnes sans morales, sans pudeurs, sans scrupule.

Ils partirent pour la capitale à dix huit ans tout juste, Léandre était impatient, Baptiste ne laissait rien transparaitre. Il m’avait laissé une lettre que je trouvais une heure après son départ où il me narrait son inquiétude, sa peur de tomber sur quelqu’un de violent, j’aurais aimé le rassurer mais il était déjà loin.
Je reçu une lettre de Baptiste quelques jours plus tard, m’expliquant qu’il ne comprenait pas ce royaume, mais qu’il appréciait le roi, Marc Antoine, étant devenu le disciple de celui-ci, il apprenait avec sa majesté le maniement de la cour. Il apprenait comme il se devait ce qu’un jeune roi de 31 ans pouvait lui apprendre. Léandre, lui était tombée aux mains d’une maîtresse courtisane, avide de plaisir et de chairs, il ne voyait plus guère son frère, sauf lorsqu’il revenait aux sous sols, le corps blessé des plaisirs. Des marques de morsures, de cire et d’autres choses. Baptiste était inquiet, beaucoup trop inquiet pour son frère. Je lui conseillais d’en converser avec le roi, d’être comme je lui avais apprit un homme de verve pour comprendre et essayer de savoir. C’est ce qu’il fit et dans sa deuxième lettre, il m’avoua la colère de son frère à ce sujet. On l’avait retiré de sa maîtresse pour le confier à un autre noble, plus calme. Ils s’étaient même battus et cela fit souffrir l’aîné de mes fils avec beaucoup de peine.
Leurs éducations se déroulèrent avec colère entre mes fils, l’un désirant toujours se laisser aller aux pêchés de ce royaume, l’autre essayant de comprendre, de protéger ses idées et ses convictions. Baptiste perdit sa virginité avec la femme du roi, malheureusement pour lui mais n’en toucha mot à son maître. Il craignait de le décevoir, il craignait que la chose ne fasse scandale au royaume, il était devenu plus royaliste que le roi, plus que moi et je fus impressionnée de revoir mes fils revenir à vingt deux ans.

Léandre était de ses précieux tout en apparat, Baptiste un homme de droiture. Leurs oppositions étaient stupéfiantes mais ils avaient retrouvés leurs côtés inséparables. Au final je fus heureux de constater que leurs liens fraternels avaient plus de puissance que la dépravation de ce royaume.
Baptiste se maria à vingt cinq ans avec une jeune femme de son âge, une demoiselle exotique à la peau noire, une femme du nouveau monde qu’il avait connu dans les sous sols. Elle était aussi belle qu’intelligente et ils s’aimaient. Ma belle fille savait converser et mon aîné n’avait d’yeux que pour elle. Il la regardait avec ses yeux brillants qu’on les amoureux et la trouvait charmante, intelligente, étonnante. Léandre fut un peu jaloux et préféra partir pour la capitale.
Baptiste en fut triste mais conversa avec son frère par lettre, c’étaient là le seul moyen de rester en contact avec lui et pourtant Baptiste ne faisait que lire la dépravation de son frère devenu ami avec Monsieur de Voisin. Un homme que mon aîné avait cordialement évité.

A vingt sept ans Baptiste cependant connu un grand drame. Sa femme mourra en couche, elle se vida de son sang en donnant naissance à une petite fille trop fragile qui mourra deux semaines plus tard. Mon fils fut l’homme le plus détruit du monde, il pleura, jura de ne plus aimer personne et demanda à son frère de venir mais Léandre refusa. Il n’avait pas le temps. Ce fut un choc pour son frère qui comprit que l’homme dont il était le plus proche avait définitivement changé.
Il retourna à Ambrosia, vendant la demeure qu’il avait avec sa femme, vendant ses possessions en Amaras afin de rentrer dans l’armée. Il s’était décidé à ne vivre que pour le roi, puisqu’il ne pouvait pas avoir d’enfant, ni de femme désormais. Il intégra la milice royale, sans grande ferveur. Toujours triste, toujours morne, ce n’était pas vraiment sa place mais il continuait. Il voyait son frère, de loin, il entendait le jeune homme racontait ses fresques, oscillant entre bougre et catin.
A trente cinq ans, Baptiste était devenu un homme sans vie, il me confiait ne plus savoir sa place en ce monde, il ne voulait pas d’autres femmes, il ne supportait pas les nobles de la cour, il n’aimait que le roi et la petite princesse dont il gardait la chambre généralement. Elle avait douze ans à l’époque et Baptiste n’échangeait que peu de mot avec elle.
Et puis le malheur s’abattit encore sur lui. Un matin, le chef des gardes vint le chercher, il ne travaillerait pas aujourd’hui, il devrait se rendre à l’hôpital, identifier le corps de son frère. Léandre avait été tué ce matin dans une des maisons closes de la ville. Le fiancé de la prostitué, jaloux avait tiré dans le dos de son frère, la macasse n’avait rien fait, personne n’avait rien fait et Léandre était mort. Alors que le médecin lui présentait le corps, il entendit les mots « maladies vénériennes » répétaient plusieurs fois, il entendit le policier lui expliquer que son frère avait fait un esclandre auprès de la prostitué en l’accusant de lui avoir transmis morpion et petite vérole. Il dut entendre ce que les témoins avaient dis. Léandre était mort pour que personne ne sache que la maison close n’était pas salubre. Pour taire le manque d’hygiène, alors qu’il rendait son frère mort, qu’il déposa un baiser sur son front en larme, il comprit alors que sa place n’était pas que de protéger le roi, mais aussi de lui rendre honneur, pour que plus personne ne meurt. Les règles étaient à respectées pour tous….

Demandant audience au roi, il fit jouer leur passé commun pour rentrer comme secrétaire du précédent ministre. Il avait trente cinq ans. Dans un travail acharné, fait de visite médicale de plus en plus rigoureuse, de pattes grassement payées, mon fils parvint à monter un dossier. Petit à petit l’oiseau fait son nid comme on dit. Il m’envoya toute ses découvertes au fur et à mesure dans ses lettres, il me demanda d’héberger une prostitué, de la garder sur nos terres le temps de finaliser son dossier. Et puis cinq ans plus tard tout fut prêt.
En plein conseil des ministres, comme il me le raconta presque euphorique, il avait prit la parole face au roi. Il avait exposé l’insalubrité de sept bordel, des rats trouvaient jusque dans les chambres, la petite vérole qui se cachaient entre les jambes de la plupart des prostitués, l’affaire fit scandale auprès du conseil, l’ancien ministre fut renvoyé sans heurt par Marc Antoine de Choiseul, Baptiste immédiatement nommé à sa place.

A quarante ans, Baptiste avait trouvé sa place, j’étais fier de lui et sa mère aussi. Il passa dix ans à tenir d’une main de maître la santé, accueillant la nouvelle reine avec plaisir, accueillant Lawrence Welton et miss Bouvier avec joie. On le surnomma le royaliste avec le temps, il faisait partie de ce petit trio de ministre parfaitement royaliste, intègre, les trois seuls qui savaient conjuguer travail et esprit et non pas plaisirs et plaisirs et plaisirs.
Il surveilla de près durant dix ans la santé en Ambrosia et depuis sept ans désormais mademoiselle Duval, il lui avait accordé sa confiance, mais il m’avoua qu’une rumeur, sur une nouvelle fille masquée avait éveillé sa curiosité. Il m’avoua aussi ne pas craindre le poison qui régnait, la mort de de Voisin ne lui avait rien fait, bien au contraire, il en était fini de l’emprise de cet homme sur cette cour et c’était le mieux. La mort de la petite prostituée ne l’avait pas touché, le poison du bal l’avait inquiété pour sa majesté et pour la couturière. Et puis le dîner d’York avait tourné à la tragédie et il avait regretté de ne pas y être allé. Jusqu’à ce que le jour du deuil, il me confie dans sa dernière lettre.

« Pére, il y a encore de l’espoir pour Ambrosia, le père et le fils Welton m’ont montré que je pouvais encore croire en ce royaume et en ce que je fais. J’aime ma place, j’aime être ministre »

Que va-t-il faire ? Seuls ses lettres me le diront, mais croyez moi, mon fils a encore des choses à faire en ce bas monde. »

    Monsieur de Sangre père, 80 ans


Vous
Nom/surnom: Luc
Avatar: Nicolas briançon
Possibilité de prendre votre personnage en pv: Oui
Qui vous a amené jusqu'à Ambrosia?:top site
Les mots de passe ont été envoyé?:oui

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 18:20

Fiche terminée

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 18:39

Bonjour et bienvenu sur Ambrosia

    Et bien quelle fiche monsieur de Sangre, vous avez bien suivit les indications je vous ai fournit en mp. J'espère que vous vous plairait parmi nous, vous êtes validé


Voir le profil de l'utilisateur http://i74.servimg.com/u/f74/15/02/26/34/da13.jpg http://ambrosia.forums-actifs.com

_________________
Ambrosia
Maitresse du jeu

avatar

Messages : 1796
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2010

Situation : ....

Carnets
Age: ----
Métier: Maite du jeu
Niveau rp: Rp d'intrigue 1/3

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 18:43

Merci madame, je vais faire au mieux pour sa majesté désormais, j'ai une macasse à voir je crois

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 18:48

Monsieur mon ministre!!!!! Vous êtes là je suis heureuse de vous voir *lui saute au cou*

Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/t31-lilith-de-choiseul http://ambrosia.forums-actifs.com/t21-sa-majeste-lilith-de-choiseul

_________________





Lilith de Choiseul
Reine, mère et épouse

avatar

Messages : 9000
Date de naissance : 07/07/1986
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2010



Situation : Mariée

Carnets
Age: 28 ans
Métier: Reine
Niveau rp: 11/11

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 18:49

*réceptionne la reine en entendant son dos craquer* Madame doucement, je suis vieux avec le temps mais je vous servirais jusqu'à la mort

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 20:29

Oh... Bien que je ne sois pas ravie de vous voir fouiner chez moi, je vous souhaite la bienvenue quand même Monsieur le Ministre

[P.S : Mélusine n'a la maison close que depuis sept ans et non dix Very Happy Amuses-toi bien Smile ]

Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine Duval
Mystérieuse beauté froide

avatar

Messages : 5552
Date de naissance : 16/03/1981
Age : 36
Date d'inscription : 12/05/2010




Carnets
Age: 41
Métier: Gérante de la Maison Close
Niveau rp: Fermé ! 3/3

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 20:35

Fouiner? Mais Mademoiselle Duval si vous faites votre travail, je me dois de faire le mien. Et puis il n'y a rien à fouiner n'est ce pas? Ou bien est ce que vous me cacheriez quelque chose? Merci tout de même.

[ps: merci j'ai corrigé, j'ai lu presque tout mais ce détail m'a échappé! ]

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Ven 4 Fév 2011 - 21:35

Monsieur de Sangre ! Ou étiez-vous passé !

Bienvenue à Ambrosia ! Bonne chance si tu cherches à faire appliquer des normes. ^^ Bon jeu !

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Sam 5 Fév 2011 - 1:14

Bienvenue Monsieur le Ministre.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Sam 5 Fév 2011 - 13:49

Monsieur le ministre, ravie de voir que votre arrivée s'est déroulée comme prévue. Au plaisir de vous croiser dans les couloirs.

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Sam 5 Fév 2011 - 15:42

Bienvenue silent

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Sam 5 Fév 2011 - 18:10

Tiens notre bon Ministre! N'embetez pas trop notre Duval, elle ne fait rien de mal et n'offre que le plaisir!

Bienvenue!

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé.... Sam 5 Fév 2011 - 23:07

@Madame Macbranain: je n'étais pas loin madame, merci de votre accueil.
@Monsieur Welton: Merci mon cher.
@Mademoiselle de La clos: Au plaisir de vous voir aussi.
@Monsieur Damon: merci
@Monsieur de Sade: Mais Madame Duval est soumise à des règles et je me dois de les lui faire respecter. Restez à votre place, je reste à la mienne, donc merci de ne pas relever vos paroles de ce genre de commentaire. Mais merci

Voir le profil de l'utilisateur
Baptiste de Sangre
Ma confiance n’est donné qu’une fois.

avatar

Messages : 739
Date de naissance : 15/10/1981
Age : 36
Date d'inscription : 04/02/2011




Carnets
Age: 51
Métier: Ministre de la santé
Niveau rp: Ouvert

MessageSujet: Re: Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé....


Contenu sponsorisé




 

Vicomte de Sandaras, Baptiste de Sangre, ministre de la santé....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ambrosia :: Le jeu :: Grands-
Il était une fois AmbrosiaA savoirContact